Monde

Fellation des chauves-souris et harcèlement sexuel

Slate.fr, mis à jour le 23.05.2010 à 16 h 41

Un article scientifique sur la fellation des chauves-souris a fait des vagues dans la communauté scientifique après qu'un professeur de sexe masculin a été accusé d'harcèlement sexuel pour l'avoir montré à une collègue du sexe opposé.

L'article en question, intitulé La fellation augmente le temps de copulation chez les chauves-souris, parle de la fellation que les chauves-souris mâles effectuent entre eux avant la copulation (il est accompagné d'une vidéo avec une bande-son techno), et était devenu une sorte de blague dans la communauté scientifique à sa parution à l'automne dernier. C'est en tous cas la raison invoquée par Dylan Evans, un comportementaliste du University College Cork, en Irlande, pour avoir montré l'article à une collègue de la faculté de médecine, qui commence ainsi: «La fellation est courante dans les préliminaires humains, mais rarement documentée chez les autres animaux.»

Mais tandis qu'Evans assure qu'«il n'y avait pas l'ombre d'un signe qu'elle avait été offensée à ce moment», il s'est vu accusé une semaine plus tard de harcèlement sexuel et a dû accepter une aide psychologique intensive sur une période de deux ans.

Evans affirme qu'il ne peut désormais plus exercer ses fonctions à cause du scandale de la fellation des chauves-souris. «Cela aurait pu s'arrêter là si les échanges de correspondance de l'affaire n'avaient pas été fuités sur Internet» rapporte le Irish Independent.

Après qu'une enquête interne a conclu qu'Evans n'était pas coupable de harcèlement sexuel (ce qui n'a pas changé sa sanction), des universitaires influents ont pris sa défense et ont même lancé une pétition pour qu'il soit définitivement blanchi.

Le site néozélandais Times Live s'est amusé à imaginer les conseils qui ont été donnés à Evans lors de ses sessions d'aide psychologique:

Règle numéro 1: ne pas discuter des habitudes sexuelles d'animaux à des collègues femmes au cas où elles s'évanouiraient.

Règle numéro 2: si votre travail concerne la recherche sur la sexualité des animaux, soyez sûrs d'obtenir l'accord de tous vos collègues avant d'utiliser les mots «sexe», «pénis» et «derrière».

[Lire les articels dans le Irish Independent et le New Scientist]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: White-Shouldered Bat, WilsonB, via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte