Parents & enfants

Comment parler du changement climatique aux enfants

Temps de lecture : 2 min

Une discussion nécessaire pour prévenir et limiter leurs inquiétudes.

De manière générale, il faut toujours rester positif. | Melissa Askew via Unsplash
De manière générale, il faut toujours rester positif. | Melissa Askew via Unsplash

Fonte des glaces, inondations, incendies, hausse des températures: le monde se trouve chaque jour confronté un peu plus à une réalité anxiogène, celle du changement climatique. Une réalité qui préoccupe toutes les générations, notamment la jeunesse. Près de 45% d'entre eux disent même souffrir d’éco-anxiété, selon une étude menée sur les jeunes du monde entier.

En tant que parents, une question se pose: quelle attitude adopter face aux potentielles angoisses que peuvent ressentir ses enfants, jeunes ou adolescents, face au réchauffement climatique et à ses conséquences? Le média Wired s'est penché sur le sujet, en interrogeant plusieurs spécialistes.

Tout dépend de l'âge

Tout d'abord, il faut savoir que votre enfant a probablement déjà entendu parler du changement climatique, même les plus jeunes. Pour autant, les quelques informations que ces derniers ont pu intercepter sont souvent partielles, et, mal comprises, elles peuvent être source de détresse émotionnelle. Raison de plus pour aborder le sujet.

Ensuite, il est important d'adapter son discours en fonction de l'âge de l'enfant. Pour les moins de 6 ans, Leslie Davenport, autrice d'un cahier d'exercices pour aider les jeunes à comprendre le changement climatique, préconise de plutôt cultiver l'amour de l'enfant envers la nature à travers, par exemple, la beauté des plantes ou l'observation des changements de saison. Étant trop jeune pour comprendre ce qu'est véritablement le changement climatique, mieux vaut donc lui apprendre le respect de l'environnement par le biais de phrases telles que «la planète est notre maison, nous devons donc en prendre soin.».

Dans les discussions, l'important est surtout d'être le plus rassurant possible, ajoute le média américain, en expliquant, par exemple, «que le changement climatique est un gros problème, mais qu'il y a beaucoup de gens qui travaillent ensemble pour le résoudre.». Rester dans du positif.

Connexion, action, honnêteté

Entre 7 et 12 ans, les enfants peuvent commencer à être particulièrement intéressés par la science du climat. Un moment charnière, où un sentiment d'angoisse peut aussi survenir. Pour aborder le sujet, il est conseillé de demander ce que votre enfant sait déjà sur le changement climatique. L'objectif ici est surtout de créer une connexion entre les deux interlocuteurs pour, ensuite, trouver ensemble des actions à mettre en place pour changer les choses à votre échelle. L'occasion parfaite pour stimuler son désir d'agir, tout en vous rapprochant de lui.

Passé l'âge de 13 ans, les discussions autour du climat changeront sûrement du tout au tout, prévient Wired: l'enfant aura ses propres sources. À cet âge-là, la meilleure des choses à faire est de répondre à ses questions, ses interrogations, tout en s'appuyant sur des sources fiables et vérifiées. C'est aussi l'occasion pour vous d'être véritablement honnête, en avouant peut-être vos propres craintes sur le sujet, ou même que vous n'avez pas toutes les réponses. Engager une conversation transparente, basée sur des données justes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

De manière générale, il faut toujours rester positif. «Essayer de les rassurer en les sensibilisant sans être dans le déni, en leur disant que nous allons faire notre part et être raisonnables dans la mesure du possible», explique au HuffPost la pédopsychiatre Christine Barois. Faire sa part, c'est aussi être exemplaire dans son comportement, en essayant de changer les choses au quotidien, pour donner de l'espoir.

Newsletters

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Elle recevra plusieurs millions d’euros de dommages et intérêts.

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Le parent impatient n'est pas impatient, il est en plein déni de réalité

Le parent impatient n'est pas impatient, il est en plein déni de réalité

Je vais beaucoup mieux depuis que j'ai accepté que l'éducation, c'était cela: répéter.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio