Tech & internet

Publier des photos et stocker des mails, une pollution invisible

Temps de lecture : 2 min

Le CO2 total généré au Royaume-Uni uniquement pour des données stockées inutilement équivaut à 112.500 vols allers-retours Londres-Australie.

Les données inutiles stockées sur des serveurs ou sur des appareils produisent 10,6 kg d'émissions de CO2 par an et par personne. | Maddi Bazzoco via Unplash
Les données inutiles stockées sur des serveurs ou sur des appareils produisent 10,6 kg d'émissions de CO2 par an et par personne. | Maddi Bazzoco via Unplash

Nous sommes dans l'ère du Big Data mais aussi de la «donnée sale», écrit l'Institution of Engineering and Technology. Sa dernière enquête est éloquente: le stockage de millions de photos, vidéos et mails inutiles sur les serveurs du monde entier crée une empreinte carbone aussi importante que celle de l'industrie du transport aérien.

L'institution of Engineering and Technology estime qu'un adulte britannique prend en moyenne 900 photos par an. Cinq de celles-ci seront ensuite publiées en ligne, créant un duplicata. Les images dupliquées et indésirables gardées en stock accumulent 10,6 kg d'émissions de CO2 par an et par personne –qu'elles soient conservées sur des serveurs partagés ou sur nos appareils personnels.

Les «données sales», ce sont aussi la diffusion et le téléchargement de données inutiles, comme le stockage des mails et des messages. Le rapport indique que le total de CO2 généré au Royaume-Uni à partir des données stockées inutilement équivaut à 112.500 vols allers-retours de Londres à l'Australie.


Conseils pour un «style de vie en ligne durable»


Le président du Digital Panel de l'Institution of Engineering and Technology, Chris Cartwright, estime que «jusqu'à présent, une grande partie de la médiatisation sur les émissions carbone s'est concentrée sur les grands contributeurs». Il cite, entre autres, l'aviation, les transports et les industries alimentaires. Ce qui a aussi beaucoup fait parler, ce sont les solutions coûteuses pour pallier les émissions de gaz à effet de serre, comme l'énergie solaire ou encore le stockage d'énergie à l'aide de murs électriques et de pompes à chaleur.

«Mais l'histoire ne s'arrête pas là, poursuit-il. Sans surprise, la plupart d'entre nous ne réalisent pas que notre utilisation du stockage dans le cloud signifie que d'énormes centres de données énergivores sont nécessaires.» Selon l'institut, la grande majorité des données existantes ont été générées au cours des deux dernières années. Cette tendance ne devrait pas faiblir, indique-t-il.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour un «style de vie en ligne durable», l'Institution of Engineering and Technology conseille de supprimer les mails et photos indésirables, de limiter la fonction «répondre à tous» sur les mails ou encore de désactiver la lecture automatique sur les podcasts et les services de streaming numérique.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio