Monde

Les pro-vie sont plus nombreux depuis l'élection d'Obama

Jessica Grose, mis à jour le 09.11.2010 à 9 h 54

L'explication est politique, pas morale.

Manifestation pour le 37e anniversaire de l'arrêt Roe v. Wade/Molly Riley, REUTERS

Manifestation pour le 37e anniversaire de l'arrêt Roe v. Wade/Molly Riley, REUTERS

Les Américains sont aujourd'hui plus nombreux à se déclarer pro-vie que pro-choice: selon une nouvelle enquête Gallup, ils seraient 47% contre 45%. C'est la troisième fois consécutive depuis mai 2009 que l'étiquette pro-vie bat l'étiquette pro-choix, symbole d'une évolution importante. Jusqu'au printemps dernier, le nombre d'Américains se déclarant pro-choix augmentait de façon constante depuis le lancement en 1995 des sondages réalisés par Gallup sur l'opinion nationale concernant l'avortement. (A l'époque, seulement 33% des Américains se disaient pro-vie.) Selon les chiffres de l'institut de sondage, c'est chez les femmes et les moins de trente ans que le sentiment pro-vie augmente.

La politique s'invite dans le débat

L'explication de cette tendance est à chercher dans le fait que la position sur l'avortement suit de plus en plus les clivages politiques - mais sans réelle impartialité. Les Républicains, et les indépendants d'inspiration républicaine, s'identifient plus que jamais à  la position pro-vie. Et si les Démocrates sont plus nombreux à se dire pro-choix que l'an dernier, ceux qui se disent proches du Parti Démocrate sont aussi ceux qui ont un tout petit peu plus de chances de se déclarer pro-vie.

Lydia Saad, rédactrice en chef de Gallup estime que les Républicains réagissent, en partie, à la présence d'un Démocrate pro-choix à la Maison Blanche. Pendant les dernières années de l'Administration Bush, l'auto-identification pro-vie chez les Républicains avait peu augmenté, mais l'an dernier, elle a grimpé de cinq points. «Les Républicains, en particulier, ont peut-être moins envie de se dire "pro-choix" s'ils pensent que cela les range aux côtés des Démocrates, ou d'Obama», a déclaré Saad. Ses conclusions sur les attitudes partisanes envers l'avortement sont cohérentes avec les études de Nathaniel Persily, un professeur de droit et de sciences politiques à la Faculté de Droit de Columbia. Pour lui, les Républicains et les conservateurs deviennent globalement plus partisans, et s'en suit une droitisation de ceux qui avaient auparavant une opinion modérée sur l'avortement.

Obama, militant modéré

Persily a une autre explication pour compléter l'analyse: il attribue ce glissement vers le pro-vie à Obama et à la modération du discours des Démocrates quant à leur soutien à l'avortement. En 2008, durant sa campagne, Obama avait déclaré que l'avortement «avait quelque chose d'extraordinairement puissant sur le potentiel de la vie ainsi qu'un poids moral que nous prendrons en considération lorsque nous débattrons de ces questions». Pour ceux qui, face à l'avortement, nagent entre deux eaux -et même pour ceux qui se disent pro-choix- entendre un président remettre en question la moralité de l'avortement pourrait rendre effrayants les avantages du Planning Familial.

Les militants pro-choix et pro-vie ont leurs propres théories expliquant pourquoi c'est la Génération Y, en particulier qui se détourne du «choix». Il y a 10 ans, seulement 15 % des 18-29 ans pensaient que l'avortement devrait être illégal en toutes circonstances. Aujourd'hui, 23% des Américains issus de cette même classe d'âge, veulent rendre l'IVG hors la loi. Certains pro-choix attribuent cette évolution à l'éducation sexuelle fondée uniquement sur l'abstinence. Aimee R. Thorne-Thomsen, ancienne directrice du Pro-Choice Public Education Project (projet d'enseignement public au pro-choix), se dit sceptique face aux résultats de Gallup, mais ajoute que ceux qui ont aujourd'hui la vingtaine ont «grandi sous un système politique qui a diabolisé la sexualité. Leur éveil à la sexualité s'est fait dans la promotion de l'abstinence et du mariage, ce qui constitue un éventail très réduit de comportements sexuels judicieux.» Qui, pour de plus en plus de jeunes de moins de 20 ans, n'impliquent pas l'avortement.

Une évolution plus technique et politique que morale

Face à cela, les jeunes militants pro-vie que j'ai interrogés se demandent s'ils ne reçoivent pas plus de soutien grâce à l'amélioration des techniques d'échographie. «Ma génération a vu ses propres images d'échographies, et celles de ses frères et sœurs,» a déclaré  Kelsey Hazzard, président de secularprolife.org, «il est donc difficile de nous faire avaler le slogan "les fœtus sont juste un amas de cellules"».

L'idée que de plus en plus d'Américains endossent la casquette pro-vie est plutôt effrayante pour les pro-choix. Mais qu'est-ce que cela signifie vraiment de vous dire «pro-choix» ou «pro-vie»? Ces étiquettes sont-elles réellement cohérentes avec l'opinion des gens concernant l'avortement? La réponse est peut-être oui, mais pas de façon simple et tranchée. Si de plus en plus de personnes se déclarent pro-vie, le pourcentage d'Américains qui estiment l'avortement moralement répréhensible a chuté de six points depuis l'an dernier. Dans un même temps, un sondage Pew d'août dernier montre qu'un peu plus de gens pensent que l'avortement devrait être illégal en toutes circonstances, bien que l'augmentation ne soit que d'1% par rapport à l'automne précédent.

La prochaine nomination à la Cour Suprême pourrait faire bouger les choses en faveur du label pro-choix. Cela n'est pas lié, en soi, à Elena Kagan, mais la rédactrice en chef de Gallup, Lydia Saad, explique que lorsque la question de l'avortement est soulevée dans le cadre de la Cour Suprême, le problème tend à aider le camp des pro-choix. Le fait est, qu'au final, la plupart des gens ne veulent pas revenir sur l'arrêt Roe v. Wade qui reconnait l'avortement comme un droit constitutionnel. De récents chiffres confirment la seconde partie de son argumentation - selon un sondage CBS News/New York Times d'avril, 58% des Américains pensent toujours que l'arrêt Roe v. Wade était une bonne chose.

Persily est davantage d'accord avec Saad qu'il ne suit l'argument plus flou selon lequel les programmes promouvant l'abstinence ou l'échographie auraient fondamentalement changé l'opinion publique. Il remarque aussi que, depuis l'élection d'Obama, de plus en plus d'Américains se sont déclarés favorables aux droits liés à la possession d'une arme à feu, une évolution qui ressemble à celle envers l'étiquette pro-vie. Il est trop tôt pour dire si cette modification de l'opinion augure un changement législatif. Pour l'instant, l'adoption de la position pro-vie semble - plus que par la morale - motivée par la politique.

Jessica Grose

Traduit par Peggy Sastre

Photo: manifestation pour le 37e anniversaire de l'arrêt Roe v. Wade/Molly Riley, REUTERS

Jessica Grose
Jessica Grose (13 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte