Société / Culture

Doublure lumière au cinéma, un travail de l'ombre

Temps de lecture : 5 min

Rencontre avec Angélique Meyns, intermittente du spectacle, venue à ce métier un peu par hasard au service de l'actrice américaine Jessica Chastain puis de la Française Marina Foïs. 

Angélique Meyns dans son appartement parisien, le 18 octobre 2021. | Eva Moysan
Angélique Meyns dans son appartement parisien, le 18 octobre 2021. | Eva Moysan

C'est sa silhouette, de dos, qui a été repérée. Angélique Meyns terminait sa formation à l'école Campus Univers Cascade (CUC) de Paris, quand un directeur de casting lui a proposé de passer des essais pour devenir la doublure lumière de l'actrice américaine Jessica Chastain. Une opportunité exceptionnelle pour la jeune femme, alors âgée de 25 ans et récemment diplômée du cours Florent. Après des tests probants, elle devient en 2016 la doublure lumière officielle de l'artiste multi-récompensée.

C'est un rôle relativement méconnu hors des cercles des connaisseurs de cinoche. Il consiste à prendre la place de l'acteur ou de l'actrice pendant les réglages, afin que les techniciens puissent ajuster les lumières. Cela permet également de répéter la scène, le réalisateur en profitant pour distiller ses remarques et directives aux acteurs avant qu'ils ne rejoignent le plateau. «Ça économise l'actrice et ça réduit son temps de tournage», détaille Angélique Meyns, qui nous reçoit autour d'un café dans son appartement du XXe arrondissement parisien. Dès que les moteurs sont actionnés, elle disparaît de l'écran.

Pour décrocher ce contrat, la trentenaire confesse avoir déguisé son bon niveau d'anglais en niveau courant, ce dont les équipes de tournage américaines se sont rapidement rendu compte, lorsqu'elle a dû répéter les répliques de son actrice pendant les temps de préparation en plateau. Elle en rit: «Trop tard, j'avais signé! Et puis j'ai rapidement progressé.»

Cascade et lumière

Pour être la doublure lumière d'un artiste, l'apparence physique est essentielle: il faut avoir la même morphologie que lui. Difficile, donc, de se destiner à ce métier. Mais, parfois, si l'acteur et le doubleur ont presque le même âge, sont vraiment très ressemblants et s'entendent bien, ils peuvent se suivre pendant toute une carrière. «En France, je dirais qu'il y a environ vingt femmes qui sont à la fois doublure lumière et doublure cascade et qui en ont fait leur métier à temps complet», estime la comédienne parisienne. Pour sa part, elle a décidé de continuer à jouer au cinéma et au théâtre en parallèle de ce métier de l'ombre.

Double de cascade et de lumière vont souvent de pair. Angélique a elle-même fait les deux pour Jessica Chastain. «Toutes les productions n'ont pas les moyens d'avoir une doublure lumière, reconnaît la trentenaire. Mais c'est plus systématique quand les tournages sont compliqués ou éprouvants physiquement.»

Pour faire ce métier, la jeune femme devait porter un soin extrême à son apparence et notamment à son poids. | Eva Moysan

Selon le système américain, Angélique Meyns a signé pour être la doublure lumière de Jessica Chastain pendant cinq ans. Cela lui garantissait d'être rappelée régulièrement, au fur et à mesure des tournages de l'actrice, tout en lui imposant des règles strictes. Interdiction de tomber enceinte, de perdre ou de prendre du poids, de faire de la chirurgie esthétique…

Elle doit calquer son corps sur celui de l'actrice. «Si elle prend 30 kilos d'un coup, pour une raison ou une autre, je dois la suivre», résume-t-elle, toujours souriante. Elle est d'abord un peu surprise d'avoir été repérée pour doubler l'actrice américaine, très rousse, alors qu'elle arbore une tignasse blond platine. Mais les deux femmes partagent le même teint de porcelaine, la même taille, 1,63 mètre, presque le même poids, autour de 50 kilos, et la même carrure.

Rigidité des plateaux américains

Grâce à sa silhouette, la comédienne parisienne a suivi sa double rouquine sur les tournages de Ça: Chapitre 2, Ava et The 355. Angélique se rend plusieurs fois aux États-Unis, mais aussi en Irlande et aux quatre coins de la France. Elle ne peut pas être trop précise. Même si son contrat a pris fin, elle doit respecter des règles de confidentialité sur certains lieux de tournage, «pour des raisons de sécurité».

La Française y découvre la rigidité des plateaux américains et leurs règles tirées à quatre épingles. «La hiérarchie y est très stricte. Par exemple, personne ne peut parler au réalisateur, à part son assistant. Les petits rôles ou les doublures n'ont pas la permission d'adresser la parole à qui que ce soit. Alors, parfois, j'étais un peu perdue. Je cherchais les toilettes, je voyais des gens passer, mais je n'étais pas sûre d'avoir le droit de leur parler alors… j'attendais!», s'amuse-t-elle.

Dans son téléphone, Angélique garde précieusement des photos en souvenir de ses tournages avec Jessica Chastain et Marina Foïs. | Eva Moysan

Angélique a vécu une expérience très différente en devenant la doublure lumière de Marina Foïs, en France, entre 2018 et juillet 2021, pour les deux films Papa ou Maman puis la série Les Sauvages. «L'ambiance était beaucoup plus conviviale. Je me suis toujours sentie à l'aise», confie-t-elle. La trentenaire se réjouit d'avoir noué une «vraie relation» avec l'actrice cinq fois nommée aux César. «Marina m'a régulièrement remerciée et félicitée pour mon travail. On a créé une complicité. Ensuite, elle m'a rappelée trois fois pour me proposer des castings», raconte Angélique.


Mettre son ego de côté

Au fil de ses tournages américains, Angélique n'a jamais été proche de Jessica Chastain. Elle souligne: «Je ne l'ai jamais touchée et je n'ai même jamais été à moins d'un mètre d'elle.» Elle loue néanmoins sa politesse: «Toujours un regard, un signe de tête dans ma direction, parfois un “thank you'”, ce que certains acteurs ne font jamais.»

Angélique regrette cependant qu'elle l'ait poussée à prendre beaucoup de risques lors des scènes de cascades. Ce sont les acteurs qui ont le dernier mot en la matière. «Si elle trouvait que je tombais mal, que je ne courrais pas aussi élégamment qu'elle le voulait, elle pouvait me demander de refaire la scène dix fois, au point où je mettais parfois ma vie en danger», souffle la comédienne parisienne.

«J'ai voyagé, je suis passée derrière la caméra de grands réalisateurs, j'ai énormément progressé dans mon jeu en côtoyant tous ces supers acteurs.»
Angélique Meyns, doublure lumière et cascade

En contrepartie, elle touche de bons cachets: jusqu'à 700 euros la journée pour être doublure cascade. Plus une prime qui peut grimper jusqu'à 10.000 euros en cas de blessure. Mais la comédienne a décidé d'arrêter les pirouettes pour les productions américaines: trop dangereux. Quant à doublure lumière, le cachet à la journée tourne autour de 350 euros en France et 550 aux États-Unis, un tarif très honorable selon l'intermittente du spectacle.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Libérée de ses contrats avec Jessica Chastain et Marina Foïs, Angélique se concentre actuellement sur d'autres projets au cinéma et au théâtre. Des projets où, cette fois, elle reste dans la lumière après qu'ait été prononcé le mot «action!». Elle le reconnaît: pour être doublure, il faut accepter de mettre son ego de côté. Pourtant, elle juge que ce furent les meilleures années de sa vie. La comédienne liste: «J'ai voyagé, je suis passée derrière la caméra de grands réalisateurs, j'ai énormément progressé dans mon jeu en côtoyant tous ces supers acteurs. J'ai appris le rythme des vannes au cinéma en observant Marina Foïs. Et Jessica Chastain a un jeu de regard et de naturel formidable.»

Newsletters

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Il est loin le temps où nous traitions nos masques en respectant scrupuleusement les règles indiquées par les spécialistes du Covid-19. Faut-il s'en inquiéter?

Pourquoi y a-t-il autant de militaires dans les groupes d'ultradroite?

Pourquoi y a-t-il autant de militaires dans les groupes d'ultradroite?

Les profils de militaires ou ex-militaires ressortent avec insistance dans les dernières affaires de terrorisme d'extrême droite. La tendance n'est ni neuve, ni surprenante.

Pourquoi recevoir des cadeaux à Noël est stressant

Pourquoi recevoir des cadeaux à Noël est stressant

Un cadeau peut en dire long sur les liens que l'on a avec une personne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio