Sciences

Une momie vient de bouleverser ce que nous savions sur l'Égypte antique

Temps de lecture : 2 min

Cette découverte pourrait modifier les livres d'histoire.

Le tombeau de Khuwy à Saqqara, en Égypte, le 13 avril 2019. | Mohamed El-Shahed / AFP
Le tombeau de Khuwy à Saqqara, en Égypte, le 13 avril 2019. | Mohamed El-Shahed / AFP

En 2019, des archéologues ont découvert dans la nécropole de Saqqara, au sud du Caire, la tombe de Khuwy, un noble de la Ve dynastie (2700 à 2200 avant Jésus-Christ). Ce tombeau abritait aussi un corps embaumé, dont la qualité de préservation indiquait qu'il y avait été disposé bien plus tard.

Mais la poursuite des recherches indique finalement que cette momie pourrait être en fait celle de Khuwy, et donc dater de plus de 4.000 ans. Jusqu'ici, les égyptologues estimaient que les techniques employées pour embaumer Khuwy n'avaient commencé à être utilisées que mille ans plus tard.

«Si c'est en effet une momie de l'Ancien Empire, tout les livres à propos de la momification et de l'histoire de l'Ancien Empire devront être modifiés», explique la professeure Salima Ikram, directrice du département Égyptologie à l'université américaine du Caire.

Mille ans d'histoire remis en cause

«Jusqu'ici, nous pensions que la momification sous l'Ancien Empire était relativement simple, avec une dissection basique et pas toujours réussie, pas d'enlèvement du cerveau et un enlèvement occasionnel des organes internes» poursuit Salima Ikram.

Or Khuwy est embaumé avec des bandelettes de lin très fines et une résine de haute qualité. Les historiens pensaient que ces techniques n'avaient été employées par les Égyptiens qu'à partir de la XXIe dynastie, 1000 années plus tard.

Ce n'est pas qu'une histoire de technique: «Les matériaux utilisés, leurs origines et les routes commerciales qui leur sont associées vont fondamentalement changer notre compréhension de l'Ancien Empire», précise Salima Ikram.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cette découverte a été révélée dans la série documentaire, Lost Treasures of Egypt, de National Geographic, dont la troisième saison débutera le 7 novembre.

Newsletters

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

[TRIBUNE] S'il s'agit de limiter les dégâts sur l'environnement et la santé humaine, cette source d'énergie est sans doute la plus opportune.

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Une nouvelle étude scientifique met en évidence la facilité déconcertante avec laquelle ce processus s'opère.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio