Monde

Les Italiens mobilisés contre la limitation des écoutes

Temps de lecture : 2 min

Manifestations, pétitions, groupes sur internet: tous les moyens sont bons pour protester contre la norme Alfano, ce projet de loi visant à restreindre la mise sur écoutes et à imposer amendes ou peines de prison aux journalistes qui en publient des transcriptions. Silvio Berlusconi assure ne chercher qu'à préserver la vie privée, l'opposition accuse le gouvernement de vouloir étouffer des affaires de corruption dans ses rangs.

Alors que la polémique enfle, le gouvernement semble faire quelques concessions: on n'emprisonnera pas les journalistes qui publient les écoutes. De quoi apaiser les critiques? Pas vraiment, explique le magazine l'Espresso: les opposants ne démordent pas et souhaitent la révocation de tout le projet de loi.

Cet après-midi, une manifestation est prévue à Rome. Au programme: un sit-in en face du Parlement, avec un «speaker's corner» où chacun peut exprimer ses critiques face aux autres manifestants bâillonnés. Critiques qui ne viennent pas que de la  gauche. Il Secolo d'Italia, journal du parti de droite Alleanza Nazionale, souligne les divergences au sein de la majorité sur les dangers de cette loi. La mobilisation est forte aussi sur internet et les réseaux sociaux.

Deux sites, la Valigia Blu et celui du quotidien La Repubblica, ont lancé une initiative originale: les post-it boys. Le principe est simple: les jeunes qui souhaitent s'opposer à la loi n'ont qu'à se prendre en photo, un post-it sur la bouche sur lequel on peut lire: «Moins d'information = plus de corruption, non à la loi bâillon».

Autre initiative: envoyer des centaines de mails au président de la République italien, Giorgio Napolitano, pour qu'il ne promulgue pas la loi. Le site No Bavaglio (non au bâillon) a dépassé les 92.000 signatures, et les membres des pages Facebook mobilisées sur la question ne font qu'augmenter.

[Lire l'article sur l'Espresso]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Sciopero dei blogger contro DDL Alfano, Sinistra Ecologia Libertà via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Frappes israéliennes à Gaza, inondations au Koweït, «Camp Fire» en Californie... La semaine du 12 novembre en images. 

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

Pour une journée à Toronto, Melania Trump a dépensé 150.000 euros en frais d'hôtel

La première dame n'a pourtant pas passé la nuit à Toronto.

Newsletters