Culture

En science-fiction, le premier est souvent le meilleur

Temps de lecture : 2 min

Allez savoir pourquoi, les trilogies sont une spécialité particulièrement appréciée dans le domaine de la science-fiction. Si les fans sont ravis de voir revenir leurs personnages préférés sur les écrans, il y a souvent de grandes disparités dans la qualité des films au sein d'une même trilogie. Pour fêter le 30e anniversaire du très sombre l'Empire Contre-attaque, considéré par beaucoup de fans comme le meilleur opus de la série des Star Wars (celui notamment où Dark Vador prononce la phrase «Je suis ton père»), le site Wired dresse une liste des meilleurs films de chaque grande trilogie du genre.

Pour la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, le site préfère le premier opus, La Communauté de l'Anneau, au troisième, Le Retour du Roi, qui est pourtant celui qui a raflé toutes les récompenses, notamment aux Oscars. Plus inquiétant, le premier épisode nous fait découvrir la richesse du monde de Tolkien comme aucun des deux autres.

Autre monument, Matrix: là encore, les deux séquelles n'ont pas égalé la véritable révolution visuelle et l'impact du premier film. En vrac, notons encore que mis à part Mad Max 2, ce sont les premiers opus des trilogies Retour vers le futur, Robocop, Starship Troopers ou encore Jurassic Park qui obtiennent les honneurs de Wired.

[Lire l'article sur wired.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de Une: Capture d'écran de YouTube

Newsletters

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Née dans un corps d'homme, cette grande dame de l'expérimentation électronique a notamment travaillé avec Robert Moog et signé l'album «Switched-on Bach» qui demeura longtemps le plus vendu de l'histoire.

«Les Olympiades» de Jacques Audiard: vivre, s'aimer, baiser

«Les Olympiades» de Jacques Audiard: vivre, s'aimer, baiser

Le réalisateur montre, avec tendresse et dans un Paris sublimé par le noir et blanc, qu'il reste de belles histoires à raconter.

Comment une petite ville paisible a adopté le Hellfest

Comment une petite ville paisible a adopté le Hellfest

Dans une série de podcasts produite par France Bleu Loire Océan, Capucine Frey tire le portrait de Clisson, 7.500 habitants, et de son histoire d'amour avec le festival de métal.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio