Monde

Le patron des services secrets américains démissionne

Temps de lecture : 2 min

Moins d'un an et demi après sa nomination par Barack Obama, Dennis C. Blair s'apprête à démissionner de son poste de directeur du renseignement américain (ce sera effectif le 28 mai). Et c'est la fonction en elle-même qui se retrouve dans l'œil du cyclone.

Créé en 2001, dans la foulée du 11-Septembre, le poste de Director of National Intelligence (DNI) ressemble à un siège éjectable: son titulaire est chargé de coordonner l'action de 16 agences différentes, au fonctionnement parfois opaque et aux vues souvent contraires. Comme le rappelle le Washington Post, Blair n'a jamais hésité à faire part de ses états d'âme à la presse. En janvier, peu après la tentative de détournement du vol Detroit-Amsterdam, il avait publiquement regretté que l'administration ne recoure pas aux nouvelles méthodes d'interrogatoire développées au sein d'une nouvelle équipe.

Pour les observateurs, le boss du renseignement paie également les errements des services secrets ces derniers mois, «dans leur incapacité à détecter des menaces terroristes peu sophistiquées». Ces dernières semaines, l'attentat raté de Times Square était venu s'ajouter à la liste des coups de chaud. En froid avec le puissant patron de la CIA, Leon Panetta, Blair a imité ses deux prédécesseurs: il n'aura tenu que quelques mois.

[Lire l'article sur le Washington Post]

Photo: Dennis C. Blair / REUTERS, Richard Clement

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Incendie à Notre-Dame, publication du rapport Mueller et confirmation du candidat de l'opposition à la tête de la mairie d'Istanbul... La semaine du 13 avril en images. 

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Newsletters