Monde

Le patron des services secrets américains démissionne

Temps de lecture : 2 min

Moins d'un an et demi après sa nomination par Barack Obama, Dennis C. Blair s'apprête à démissionner de son poste de directeur du renseignement américain (ce sera effectif le 28 mai). Et c'est la fonction en elle-même qui se retrouve dans l'œil du cyclone.

Créé en 2001, dans la foulée du 11-Septembre, le poste de Director of National Intelligence (DNI) ressemble à un siège éjectable: son titulaire est chargé de coordonner l'action de 16 agences différentes, au fonctionnement parfois opaque et aux vues souvent contraires. Comme le rappelle le Washington Post, Blair n'a jamais hésité à faire part de ses états d'âme à la presse. En janvier, peu après la tentative de détournement du vol Detroit-Amsterdam, il avait publiquement regretté que l'administration ne recoure pas aux nouvelles méthodes d'interrogatoire développées au sein d'une nouvelle équipe.

Pour les observateurs, le boss du renseignement paie également les errements des services secrets ces derniers mois, «dans leur incapacité à détecter des menaces terroristes peu sophistiquées». Ces dernières semaines, l'attentat raté de Times Square était venu s'ajouter à la liste des coups de chaud. En froid avec le puissant patron de la CIA, Leon Panetta, Blair a imité ses deux prédécesseurs: il n'aura tenu que quelques mois.

[Lire l'article sur le Washington Post]

Photo: Dennis C. Blair / REUTERS, Richard Clement

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Au Royaume-Uni, une enquête publique tente de faire la lumière sur les pratiques très controversées de policiers infiltrés auprès de divers groupes militants.

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

La nomination d'Effie Eitam à la tête du Yad Vashem a suscité la colère des historiens et des rescapés de la Shoah.

Newsletters