Monde

Le patron des services secrets américains démissionne

Temps de lecture : 2 min

Moins d'un an et demi après sa nomination par Barack Obama, Dennis C. Blair s'apprête à démissionner de son poste de directeur du renseignement américain (ce sera effectif le 28 mai). Et c'est la fonction en elle-même qui se retrouve dans l'œil du cyclone.

Créé en 2001, dans la foulée du 11-Septembre, le poste de Director of National Intelligence (DNI) ressemble à un siège éjectable: son titulaire est chargé de coordonner l'action de 16 agences différentes, au fonctionnement parfois opaque et aux vues souvent contraires. Comme le rappelle le Washington Post, Blair n'a jamais hésité à faire part de ses états d'âme à la presse. En janvier, peu après la tentative de détournement du vol Detroit-Amsterdam, il avait publiquement regretté que l'administration ne recoure pas aux nouvelles méthodes d'interrogatoire développées au sein d'une nouvelle équipe.

Pour les observateurs, le boss du renseignement paie également les errements des services secrets ces derniers mois, «dans leur incapacité à détecter des menaces terroristes peu sophistiquées». Ces dernières semaines, l'attentat raté de Times Square était venu s'ajouter à la liste des coups de chaud. En froid avec le puissant patron de la CIA, Leon Panetta, Blair a imité ses deux prédécesseurs: il n'aura tenu que quelques mois.

[Lire l'article sur le Washington Post]

Photo: Dennis C. Blair / REUTERS, Richard Clement

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters