Sciences

Notre univers a peut-être été créé en laboratoire par une civilisation avancée

Temps de lecture : 2 min

C'est ce qu'affirme un scientifique de Harvard, Avi Loeb.

Des individus technologiquement plus avancés que nous vivraient dans un univers biologique. | Guillermo Ferla via Unsplash
Des individus technologiquement plus avancés que nous vivraient dans un univers biologique. | Guillermo Ferla via Unsplash

«Le plus grand mystère concernant l'histoire de notre univers est ce qui s'est passé avant le big bang. D'où vient notre univers?», s'interroge Avi Loeb dans son dernier édito signé dans la revue Scientific American. L'ancien président du département d'astronomie de l'Université Harvard, directeur fondateur de la Black Hole Initiative de Harvard et président du Conseil de physique et d'astronomie des National Academies a une théorie sur l'origine de notre univers. Il aurait pu avoir été créé en laboratoire par «une civilisation technologique avancée», écrit-il.

Ces êtres supérieurs, que l'auteur classe au rang A sur l'échelle cosmique, «auraient pu développer une technologie qui a créé un bébé univers à partir de rien grâce au tunnel quantique» puisque «notre univers a une géométrie plate avec une énergie nette nulle». La théorie que soulève Avi Loeb pourrait unifier l'idée religieuse selon laquelle un créateur suprême est à l'origine de la vie avec «la notion séculaire de gravité quantique». Il ajoute que si sa théorie est vraie, cela suggérerait qu'un univers comme le nôtre, abritant une population technologiquement plus avancée, serait un univers biologique.

Des humains trop nuls pour la classe A?

La supposée existence d'un cosmos biologique laisse planer l'idée que l'espèce humaine a été créée pour donner naissance à des civilisations plus avancées que nous ne le sommes actuellement. Avi Loeb classe les humains au niveau C sur l'échelle cosmique, «car nous sommes incapables de recréer les conditions habitables sur notre planète quand le Soleil mourra»... voire au niveau D, «puisque nous détruisons négligemment l'habitat naturel sur Terre à cause du changement climatique, entraîné par nos technologies».

Il ne nous est pas impossible d'atteindre la catégorie A, mais de nombreux obstacles perturbent cette évolution, notamment notre incapacité à créer une «densité suffisamment grande d'énergie noire dans une petite région», écrit l'auteur de l'édito. Néanmoins, Avi Loeb encourage les individus à «regarder humblement à travers de nouveaux télescopes» afin de «rechercher des enfants plus intelligents sur notre bloc cosmique».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Si nous ne le faisons pas, prévient-il, notre expérience sur Terre pourrait bien se terminer comme celle des dinosaures.

Newsletters

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

[TRIBUNE] S'il s'agit de limiter les dégâts sur l'environnement et la santé humaine, cette source d'énergie est sans doute la plus opportune.

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Une nouvelle étude scientifique met en évidence la facilité déconcertante avec laquelle ce processus s'opère.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio