Culture

Paris Podcast Festival 2021: un palmarès qui fait envie et un triomphe pour «Vénus s'épilait-elle la chatte?»

Temps de lecture : 4 min

La quatrième édition du festival s'est achevée sur une cérémonie de clôture haute en couleur, animée par la podcasteuse et humoriste Marine Baousson.

Julie Beauzac reçoit le prix du public pour «Vénus s'épilait-elle la chatte?», le 17 octobre, à Paris. | Capture d'écran Paris Podcast Festival via YouTube 
Julie Beauzac reçoit le prix du public pour «Vénus s'épilait-elle la chatte?», le 17 octobre, à Paris. | Capture d'écran Paris Podcast Festival via YouTube 

Dans le petit monde du podcast, c'est devenu l'un des événements majeurs de l'année. La quatrième édition du Paris Podcast Festival s'est terminée le dimanche 17 octobre au soir après quatre jours de tables rondes, d'enregistrements en public et d'écoutes en avant-première. Mais ce qu'attendaient bon nombre de professionnels et de fans du podcast, c'est la cérémonie de clôture, animée cette année par la podcasteuse et humoriste Marine Baousson, elle-même récompensée l'an dernier du prix de la révélation Radio France pour Vulgaire.

Sa mission: mettre l'ambiance dans la grande salle de la Gaîté Lyrique et aider le jury, présidé par le rappeur Oxmo Puccino, à remettre les prix décernés dans les huit catégories de la compétition officielle, chacune comportant cinq podcasts sélectionnés par un comité indépendant. Julie Beauzac ayant été sélectionnée dans deux catégories (apprentissage et révélation), c'était en tout trente-neuf podcasteurs un brin angoissés et pendus aux lèvres du jury qui espéraient remporter le trophée et un chèque de 3.000 euros.

Slate Podcasts primé pour la première fois

Après plusieurs discours des organisateurs et des partenaires, ainsi qu'une (longue) vidéo de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot réalisée spécialement pour l'occasion, le public qui remplissait la grande salle de la Gaîté Lyrique a enfin pu découvrir le palmarès.

Comme à l'accoutumée, le prix jeunesse a ouvert la marche de cette quatrième cérémonie de clôture. Remis par un jury composé d'enfants âgés de 6 à 9 ans (Alya, Diane, Joseph, Joshua et Romy), le prix a été attribué à Raconte-moi une bêtise produit par Initial Studio, adossé au même groupe que Slate. L'épisode primé, «Les pâtes au grille-pain», donne la parole à un homme adulte qui, enfant, a fait une grosse bêtise en voulant cuisiner un repas. «On trouve important de raconter ces bêtises et de miser sur l'intelligence des enfants pour faire le tri entre ce qu'il ne faut pas faire et ce qu'il faut faire», a commenté la productrice Élisa Mignot.

Le prix du podcast de conversation, doté par la DGMIC du ministère de la Culture, a été remis à Lucile Bellan, pour le podcast Première & dernière fois produit par Slate.fr. L'épisode «Vanessa, 28 ans: “Je voulais pas être un fantasme, mais qu'on me considère comme une personne”» donne la parole à une femme trans qui évoque sa vie sexuelle. En recevant le prix des mains du juré Anthony Vincent, la podcasteuse a expliqué: «Vanessa a été tellement généreuse, j'avais très peur de dire une connerie, de la blesser, et à la fin, on était super potes. C'est ça l'aventure Première & dernière fois, c'est de raconter des histoires très différentes. Mais on partage les mêmes expériences, les mêmes orgasmes.»

Le prix Scam du podcast documentaire, remis par la journaliste des Pieds sur terre, Sonia Kronlund, a récompensé Carnets de correspondante de Marine Vlahovic. Produit par Arte Radio, ce podcast en cinq épisodes chronique le quotidien de la correspondante à Ramallah, de sa couverture du conflit israélo-palestinien à l'épuisement d'une journaliste si éloignée des rédactions parisiennes. Absente, Marine Vlahovic a pris la parole à travers une note vocale toute politique, à l'image de son podcast. «Je voudrais rendre hommage aux journalistes pigistes à l'étranger et en France, ce sont les voix qui vous informent mais ce sont aussi les sans-voix de la profession.»

A suivi le prix SACD du podcast de fiction. Remis par l'administratrice radio de la SACD Sophie Bocquillon, le trophée a couronné Sarah Treille Stefani, autrice et interprète de Frootch. Basée sur l'improvisation et la gêne façon The Office, cette fiction unique est produite par Paradiso média et diffusée en exclusivité sur Spotify. «C'est le début un peu de tout pour moi, parce qu'il y a deux ans, j'étais maîtresse de cérémonie et je rêvais de ce prix, parce que Frootch c'est un projet de cœur, un cœur qui dégouline trop mais ça m'a fait rencontrer des gens extraordinaires», a déclaré la podcasteuse. Une mention spéciale du jury a été remise à Les aventures rocambolesques d'Édouard Baer et Jack Souvant produit par France Inter.

C'est évidemment Oxmo Puccino qui est monté sur scène pour remettre le prix de la musique originale avec le soutien de la SACEM. Après avoir déclaré que «la prouesse consiste à glisser de la musique sans couper la parole», la rappeur a appelé à ses côtés Antoine Sahler, compositeur de la bande-originale de Frères2Cœur, série en douze épisodes sur une transplantation cardiaque. Le lauréat a tenu à rappeler les «rapports fraternels» qui le lient à Guillaume et Nicolas Simon, co-réalisateurs et sujets du podcast.

Vénus a le vent en poupe

Oxmo Puccino a ensuite remis le prix Targetspot du podcast d'apprentissage à un épisode de Vénus s'épilait-elle la chatte? intitulé «Picasso, séparer l'homme de l'artiste» qui déconstruit le mythe du peintre pour en montrer la face sombre. «Six mois de travail harassant sur des sujets horribles pour lesquels je n'ai reçu aucun financement, a relaté Julie Beauzac. Je suis contente que ce podcast me dépasse totalement.» Une mention spéciale a été faite à La recherche à l'œuvre d'Anne Cécile Genre pour l'INHA.

Ce sont Manuelle Légaré et Michel Montreuil qui remportent le prix du podcast francophone, avec le soutien de la DGLFLF du ministère de la Culture, pour Récidives, produit par Radio Canada OHdio. «On s'est posé beaucoup de questions pendant deux ans, on a eu beaucoup de doutes, mais je suis heureuse que ce projet ait vu le jour», a dit Manuelle Légaré dans un message diffusé dans la salle juste avant la remise du Prix Radio France de la révélation podcast.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le jury spécial composé de journalistes et responsables de Radio France a salué le travail de Julie Beauzac pour Vénus s'épilait-elle la chatte?, qui est remontée sur scène avec un «Vous êtes sûrs?» très ému. La podcasteuse est revenue sur scène une troisième fois pour recevoir le prix du public sponsorisé par Ausha sous un tonnerre d'applaudissements, grâce aux 3.593 auditeurs qui ont voté pour Vénus, un peu devant Les Baladeurs des Others et Le Cœur sur la table de Binge Audio. «3.593… C'est le nombre d'habitants dans le bled où j'ai grandi.» C'est sûrement moins que le nombre d'auditeurs qui se précipiteront pour écouter Vénus après ce palmarès inédit dans l'histoire du Paris Podcast Festival.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio