Culture

La grève qui s'annonce pourrait mettre Hollywood à genoux

Temps de lecture : 2 min

Elle devrait être massive et pourrait durer des lustres.

On estime que 60.000 personnes pourraient se mettre en grève, paralysant du même coup toute l'industrie hollywoodienne. | Brands&People via Unsplash
On estime que 60.000 personnes pourraient se mettre en grève, paralysant du même coup toute l'industrie hollywoodienne. | Brands&People via Unsplash

Pas moins de 60.000 personnes travaillant au sein de studios de cinéma et de télévision hollywoodiens pourraient bientôt débuter une grève, laquelle s'annonce dévastatrice. Le syndicat IATSE (International Alliance of Theatrical Stage Employees) appelle en effet à une grève générale. Objectif: protester avec bruit contre l'AMPTP (Alliance of Motion Picture and Television Producers), avec laquelle il est en désaccord au niveau des négociations de contrats qui courent depuis des mois.

L'IATSE représente des dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses de l'ombre, qui évoluent dans des domaines tels que la coiffure le maquillage, les costumes, le montage, la direction artistique ou la photographie. Signé en 2018, le contrat qui le lie à l'AMPTP a pris fin en juillet. Depuis, les deux parties ne parviennent pas à se mettre d'accord sur les termes de son renouvellement. La date de fin du contrat avait été repoussée à septembre le temps de trouver un consensus, lequel a fini par devenir une véritable arlésienne.

Les négociations portent autant sur les conditions de travail dangereuses (journées interminables, conditions de sécurité traitées à la légère) que sur les rémunérations insuffisantes. L'AMPTP refuse pour l'instant de répondre aux demandes du syndicat sur ces points. Les syndiqué·es de l'IATSE ayant massivement voté leur soutien à la grève, ce sont environ 60.000 employé·es qui s'apprêtent à cesser le travail si un accord n'est pas trouvé en urgence.

Une telle grève pourrait bien faire vaciller Hollywood, déjà mis en difficulté par une période de pandémie qui a notamment contraint certains tournages à s'interrompre (comme celui de Mission: Impossible 7 ou de la saison 2 de La Chronique des Bridgerton). D'après Quartz, les services de streaming les plus récents pourraient bien ne pas se relever d'une nouvelle interruption. Car si Netflix ou Hulu peuvent à tout moment se reposer sur leur catalogue existant, un petit nouveau comme Apple TV ne dispose pas d'assez de ressources pour faire rester ses spectateurs et spectatrices, qui en auront vite fait le tour.

Mais la grève pourrait avant tout accentuer la rupture entre les cinéphiles et les salles de cinéma. En mettant entre parenthèses la production de films aussi attendus que Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3, Blade, L'Exorciste ou Les 4 Fantastiques, elle pourrait réellement compromettre la survie de certaines salles, et conforter le public dans l'idée que désormais, le cinéma ne se consomme qu'à domicile.

Soutien populaire

D'après le cabinet Ampere Analysis, l'industrie cinématographique hollywoodienne pourrait perdre «160 miliards de dollars de croissance» (soit environ 138 milliards d'euros) à cause de la pandémie. Le bel essor du streaming (23% d'augmentation des revenus) ne suffira pas à compenser les pertes. Et de nombreux projets pourraient bien ne pas voir le jour si Hollywood se retrouve de nouveau paralysée pendant de longues semaines.

Ava DuVernay, Seth Rogen, Jeffrey Wright, Rosie O’Donnell, Mindy Kaling, Alyssa Milano, Sarah Paulson ou encore Fran Drescher ont d'ores et déjà affiché leur soutien aux grévistes potentiel·les, en utilisant notamment le hashtag #IASolidarity sur les réseaux sociaux. En outre, 120 membres du Congrès et du Sénat ont co-signé une lettre visant à assurer les membres de l'IATSE de leur solidarité.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le début de la grève est fixé au lundi 18 octobre, à moins qu'une avancée notable survienne d'ici là. Après des mois de discussion stérile, il semble difficile d'imaginer que les deux parties aboutissent miraculeusement à un accord durant le week-end en cours. Sans nul doute, les semaines à venir seront placées sous le signe du rapport de force.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio