Monde

La ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande se sépare de son sorcier

Temps de lecture : 2 min

Le conseil municipal a mis un terme au contrat de Ian Brackenbury Channell après vingt-trois années de magie et de divertissement.

Ian Brackenbury Channell était considéré comme une œuvre d'art vivante par la New Zealand Art Gallery Directors Association. |  William West / AFP
Ian Brackenbury Channell était considéré comme une œuvre d'art vivante par la New Zealand Art Gallery Directors Association. |  William West / AFP

Le sorcier de Christchurch tire sa révérence après vingt-trois années de bons et loyaux services. Le conseil municipal de cette ville de Nouvelle-Zélande a mis un terme au contrat de Ian Brackenbury Channell, 88 ans. Ce Britannique avait été engagé pour promouvoir la ville par le biais «d'actes de sorcellerie et d'autres services de type sorcier».

Le conseil municipal a déclaré avoir envoyé une lettre au magicien afin de le remercier pour son travail. Une porte-parole, Lynn McClelland, a confié que la décision avait été difficile à prendre, mais que le sorcier «ferait pour toujours partie de l'histoire [de Christchurch]». La ville prend un tournant touristique et veut se présenter comme plus «dynamique, diversifiée et moderne», afin d'attirer «les résidents, les visiteurs nationaux et internationaux, les nouvelles entreprises et les travailleurs migrants qualifiés». Ian Brackenbury Channell prend assez mal le fait de ne plus correspondre à l'ambiance de la ville: «Cela implique que je suis ennuyeux et vieux, sauf qu'il n'y a personne d'autre comme moi à Christchurch», a-t-il commenté.

Gandalf, sors de ce corps

C'est en 1976 que le sorcier a commencé à accomplir ses actes de magie et de divertissement dans les espaces publics de Christchurch, quelque temps après son arrivé en Nouvelle-Zélande. Dès 1982, la New Zealand Art Gallery Directors Association annonçait que Ian Brackenbury Channell était une œuvre d'art vivante. Huit ans plus tard, le Premier ministre de l'époque, Mike Moore, faisait appel à lui. Dans une lettre, il lui demandait de devenir le magicien de la Nouvelle-Zélande, un Gandalf des temps modernes.

Acceptant cette mission, Ian Brackenbury Channell s'est produit à Christchurch pour un salaire de 16.000 dollars par an (environ 10.000 euros). En 2009, il a reçu la Médaille du service de la reine Elizabeth II. Mais depuis quelques années, la présence de Ian Brackenbury Channell avait diminué dans la ville. Selon lui, c'est parce que le conseil municipal le rendait invisible et ne répondait pas favorablement à ses propositions pour améliorer le tourisme.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le sorcier continuera tout de même de faire quelques apparitions au Christchurch's Arts Centre, malgré la fin de son contrat avec la ville. Une exposition sur sa vie se tient actuellement dans l'établissement. Ian Brackenbury Channell a confié qu'en partant, il ne jetterait pas de mauvais sort sur le conseil municipal, préférant lui donner des bénédictions.

Newsletters

La vraie cible des émeutiers aux îles Salomon, c'est l'influence chinoise

La vraie cible des émeutiers aux îles Salomon, c'est l'influence chinoise

Depuis 2019, le Premier ministre Manasseh Sogavare se rapproche de la République populaire pour tenter de sortir l'archipel de ses difficultés économiques.

L'avenir des entreprises françaises en Algérie s'assombrit

L'avenir des entreprises françaises en Algérie s'assombrit

Le climat des affaires n'est pas au beau fixe pour la France sur le sol algérien. Mais cette tendance remonte à bien avant l'aggravation des tensions entre Paris et Alger, début octobre 2021.

La Russie est-elle réellement sur le point d'envahir l'Ukraine?

La Russie est-elle réellement sur le point d'envahir l'Ukraine?

Des mouvements de troupes suspects sont signalés près de la frontière russo-ukrainienne. Même si Poutine veut seulement agiter la menace, ce type de situation peut tout à fait partir en roue libre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio