Société

Rester ami avec son ex n'est pas si bizarre

Temps de lecture : 4 min

Certains couples décident, une fois l'amour envolé, de prolonger leur relation sous une forme amicale. Cela n'est pas toujours bien perçu.

«On reste amies?» | Jorge Saavedra via Unsplash
«On reste amies?» | Jorge Saavedra via Unsplash

Pour la plupart des gens, acheter une maison avec son ex tient plus du cauchemar que du projet de vie. C'est pourtant le choix qu'ont fait Jade* et son ancien petit ami, Pierre, il y a quelques années, en acquérant avec un ami commun une longère à rénover près de la région parisienne. Il faut dire que, depuis leur rupture en 2014, ces deux-là sont progressivement devenus bien plus que des ex l'un pour l'autre. À tel point qu'aujourd'hui, à bientôt 30 ans, Jade considère Pierre comme son meilleur ami.

Si Alexandre n'a, de son côté, jamais envisagé de cosigner un bail avec un de ses ex, il est tout de même resté très proche de deux d'entre eux. «Ce sont des hommes qui ont compté pour moi et je n'ai pas envie de tout effacer parce que je ne suis plus en couple avec eux», explique simplement le jeune homme de 27 ans. «On n'était pas fait pour être ensemble mais on se portait beaucoup d'affection», se justifie aussi Jade à propos de sa relation d'antan. Alors, au fond, pourquoi ne pas continuer à profiter et à cultiver cette affection autrement?

Une saine amitié

Pour la psychologue et psychothérapeute de couple Véronique Kohn, basée à Montpellier, «il est, de prime abord, assez positif de rester en lien». Attention toutefois, «s'il persiste un sentiment amoureux chez l'un des deux, prolonger la relation en amitié devient un moyen d'abréger voire d'éviter le deuil et cela entraînera de la souffrance à un moment ou un autre», prévient-elle.

C'est justement pour faire le deuil de leur relation amoureuse que Jade et Pierre ont eu besoin d'un peu de temps après leur rupture. «On s'est quitté d'un commun accord mais la décision venait plus de moi», admet Jade. Après trois ans de relation, leur vie de couple avait progressivement glissé vers ce qui ressemblait davantage à une «colocation amoureuse».

La jeune femme retourne donc vivre chez sa mère. «Ça lui a brisé le cœur, mais on est quand même restés en très bons termes», raconte-t-elle en évoquant son ancien concubin. Fraîchement séparés, les deux anciens tourtereaux coupent contact pendant quelques mois. Il se reparleront finalement six mois plus tard, «le temps de laisser cicatriser».

Laisser le temps au temps

«Il faut être certain de pouvoir gérer une telle amitié», estime Véronique Kohn, qui conseille de s'interroger profondément: «Est-ce que je suis capable d'être ami avec cette personne que j'ai tant aimée?» Quitte à renoncer lorsque la situation est trop douloureuse.

Après avoir quitté son ex il y a un peu plus de deux ans, Alexandre aussi a dû laisser couler un peu d'eau sous les ponts. «Je sentais un peu d'ambiguïté de sa part, j'ai donc préféré mettre des distances dans les premiers temps suivant la rupture», raconte-t-il.

«J'ai proposé qu'il les rencontre pour qu'il constate par lui-même qu'il ne persiste ni sentiment, ni tension sexuelle.»
Alexandre, 27 ans

Outre le temps, la rencontre de nouveaux partenaires peut aussi favoriser la transition vers l'amitié. Pour Alexandre, c'est lorsque son ex a rencontré sa petite amie actuelle que l'ambiguïté a été définitivement levée. Quant à Jade, elle estime que le moment où Pierre est tombé amoureux d'une autre femme a scellé sa guérison. «À partir de là, on a pu retisser une autre relation de grande amitié», estime-t-elle avec le recul. Elle se libère alors de la culpabilité d'avoir provoqué la rupture, tandis que Pierre se remet à croire en l'amour.

Faire une place à son ancienne vie dans un nouveau couple

Mais l'entrée de nouveaux compagnons dans le tableau peut aussi entraîner quelques complications. C'est l'expérience qu'a fait Jade il y a quelques années. Son petit ami de l'époque vit très mal l'amitié qu'elle partage avec Pierre. «Il ne supportait pas de ne pas être le seul homme de ma vie», confie-t-elle.

Quant à Alexandre, il avoue avoir dû rassurer son petit copain actuel, peu adepte pour sa part des copinages avec d'anciennes amours. «J'ai proposé qu'il les rencontre pour qu'il constate par lui-même qu'il ne persiste ni sentiment, ni tension sexuelle», explique-t-il. Le jeune homme prend tout de même quelques précautions pour ménager son amoureux. «Quand on voit un de mes ex, je veille à ce qu'on ne parle pas trop des souvenirs ou des choses qu'on a partagées lorsqu'on était ensemble», admet-il.

Alexandre est aussi resté proche de son premier amour dont il est séparé depuis plus longtemps encore. Dans ce cas, c'est le partage d'un même groupe d'amis qui a permis de conserver le lien après la rupture.

«Il y a aujourd'hui une sorte de pragmatisme dans les relations amoureuses.»
Véronique Kohn, psychologue et psychothérapeute de couple

Au-delà du côté pratique et confortable de conserver le même groupe d'amis et de ne pas les forcer à choisir, «il peut y avoir un idéal autour de l'amour inconditionnel», indique aussi Véronique Kohn. «Même si la relation se transforme, on va quand même garder un amour sous une autre forme», estime-t-elle. «C'est une autre recette avec les mêmes ingrédients», résume aussi Jade.

Amitiés particulières

L'évolution du couple et la multiplication du nombre de partenaires moyens dans une vie rendent également ces amitiés particulières plus fréquentes, notamment chez les plus jeunes. Même si peu de données existent sur le sujet, un sondage réalisé par OpinionWay pour Meetic en 2010 sur un échantillon de 1013 personnes (et repris par Le Monde) montrait déjà bien la dimension générationnelle du phénomène. Ainsi, 32% des personnes interrogées déclaraient être amies avec un·e ou plusieurs de leurs ex. Une proportion plus forte encore chez les personnes âgées de 18 à 24 ans puisqu'elles étaient quasiment la moitié (48%) à déclarer être dans ce cas, contre seulement 23% pour les 60 ans et plus.

«Il y a aujourd'hui une sorte de pragmatisme dans les relations amoureuses, juge Véronique Kohn. Maintenant qu'on connaît parfois une dizaine ou plus de relations dans sa vie, on s'attend facilement et on travaille plus volontiers à ce que ses ex deviennent des amis. Mais il ne faut pas en faire une injonction.»

«Cela dépend vraiment de la personne et de l'histoire qu'on a eue», corrobore Jade, aujourd'hui séparée de son petit ami jaloux et avec lequel elle n'a d'ailleurs gardé aucun contact.

Bien décidée en revanche à conserver la très forte amitié qui la lie à Pierre aujourd'hui, elle annonce désormais immédiatement la couleur à ses nouveaux petits amis afin d'éviter toute déconvenue. «Je préviens tout de suite que je fais partie de ces gens amis avec leurs ex, indique Jade. Je leur explique que c'est quelque chose qu'on va apprivoiser ensemble, mais que c'est absolument non-négociable.»

*Les prénoms ont été changés

Newsletters

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Il est loin le temps où nous traitions nos masques en respectant scrupuleusement les règles indiquées par les spécialistes du Covid-19. Faut-il s'en inquiéter?

Pourquoi y a-t-il autant de militaires dans les groupes d'ultradroite?

Pourquoi y a-t-il autant de militaires dans les groupes d'ultradroite?

Les profils de militaires ou ex-militaires ressortent avec insistance dans les dernières affaires de terrorisme d'extrême droite. La tendance n'est ni neuve, ni surprenante.

Pourquoi recevoir des cadeaux à Noël est stressant

Pourquoi recevoir des cadeaux à Noël est stressant

Un cadeau peut en dire long sur les liens que l'on a avec une personne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio