Santé / Sciences

Pourquoi ruminons-nous nos peurs à 3h du matin?

Temps de lecture : 2 min

Vous n'êtes pas seul à vous réveiller vers cette heure-là. Explications.

À 3h du matin, le corps atteint un tournant qui le pousse à se réveiller. | Andisheh A via Unsplash
À 3h du matin, le corps atteint un tournant qui le pousse à se réveiller. | Andisheh A via Unsplash

Greg Murray est thérapeute, chercheur en psychologie spécialisé dans l'humeur, le sommeil et le rythme circadien, professeur et directeur au Center for Mental Health à la Swinburne University of Technology en Australie. Dans les colonnes de Science Alert, il prend la parole pour répondre à une question très répandue chez bon nombre d'entre nous: Pourquoi ruminons-nous nos peurs lorsqu'on se réveille à 3h du matin? Ces pensées «pénibles et punitives» sont souvent «irrationnelles et improductives». Elles s'évaporent lorsque le jour se lève. Ce phénomène s'explique scientifiquement.

L'étude neuroscientifique du corps humain démontre que ce dernier atteint un tournant aux alentours de 3h du matin. La température centrale du corps augmente, le sommeil, divisé en deux temps, diminue à cette heure-ci avant d'entrer dans sa seconde période, au cours de laquelle il sécrète de la mélatonine (l'hormone du sommeil) et atteint son pic. Les niveaux de cortisol (l'hormone du stress) augmentent aussi. Ces mécanismes s'enclenchent, parce que le corps se prépare à la nouvelle journée qui l'attend. Ils ont aussi pour effet de nous réveiller et cela s'accompagne parfois de stress difficile à gérer physiologiquement.

L'heure de récupération physique et émotionnelle

Greg Murray explique que la plupart du temps, les personnes parviennent à rester endormies malgré les signaux envoyés. Mais le stress active la pleine conscience de soi et augmente les risques d'interruption du sommeil. La période du Covid-19 l'a démontré, illustre le chercheur. «Il existe des preuves que la pandémie est un facteur de stress perturbant le sommeil. Donc, si vous êtes sujets aux réveils à 3h du matin en ce moment, vous n'êtes certainement pas seul.»

À cette période du cycle du sommeil, le corps est en récupération physique et émotionnelle: les conditions physiques et cognitives sont à leur plus bas niveau. Les ressources internes pour lutter contre les problèmes sont donc faibles. S'ajoute à cela l'absence d'autres ressources généralement utiles à l'adaptation d'un être humain, comme «les liens sociaux et les atouts culturels». Sans présence humaine et physique, «nous sommes seuls dans le noir avec nos pensées. Ainsi, l'esprit a en partie raison lorsqu'il conclut que les problèmes qu'il a générés sont insolubles» à cette heure-ci. L'inquiétude prend alors le pas, identifie un problème tourné dans tous les sens et met en évidence le pire des scénarios.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le chercheur en psychologie ne se contente pas de répondre à la question posée au départ. Il confie ses secrets pour lutter contre les pensées paralysantes qui surviennent à 3h du matin et parvenir à se rendormir. Il conseille d'utiliser la pleine conscience en se concentrant sur sa respiration, de se lever, d'allumer une lumière tamisée et de lire.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Selon une récente étude, la réponse à cette question pourrait bien se trouver dans l'ADN.

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Différents scénarios sont envisageables, qu'il importe de tous prendre en compte dès maintenant.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio