Sciences

On a mis dix ans à comprendre comment les moules tenaient à leur rocher

Temps de lecture : 2 min

Le mystère de leur colle sous-marine très efficace vient enfin d'être décrypté au niveau cellulaire.

Un tel adhésif serait parfait pour intervenir dans des environnements humides, par exemple en chirurgie. | Magda Ehlers via Pexels

 
Un tel adhésif serait parfait pour intervenir dans des environnements humides, par exemple en chirurgie. | Magda Ehlers via Pexels  

Les moules bleues (Mytilus edulis) passent leur vie bringuebalées par la houle. Comment parviennent-elles à rester fermement arrimées aux rochers ou à leurs petites copines? Grâce à une colle sous-marine très efficace, qui ne cesse d'ébahir les scientifiques. Et pour cause, un tel adhésif serait parfait pour intervenir dans des environnements humides –par exemple, en chirurgie, lors de soins et traitements dentaires ou encore dans l'industrie et la construction.

Publiée le 7 octobre dans Science, l'étude d'une équipe de recherche internationale révèle avoir enfin percé les secrets des mécanismes cellulaires permettant aux moules de fabriquer leur colle sous-marine surpuissante. Un article concluant rien de moins qu'une décennie de travail.

Fluide protéique

«Le mécanisme précis par lequel les moules produisent leur adhésif a jusqu'à présent été entouré de mystère, car tout se passe à l'abri des regards à l'intérieur du pied de la moule», explique Tobias Priemel, premier auteur de l'article et doctorant au laboratoire Harrington de l'université McGill, au Canada. Depuis le début de ses études en Allemagne, cela fait plus de sept ans que ce chimiste traque les extraordinaires propriétés de la colle de moule. «Pour comprendre les mécanismes impliqués, nous avons appliqué des techniques spectroscopiques et microscopiques avancées et développé une approche expérimentale combinant plusieurs méthodologies […] issues de la biochimie, de la chimie et de la science des matériaux.»

En collectant des informations au niveau subcellulaire, les scientifiques ont découvert, dans le pied de la moule, des tubes microscopiques canalisant des substances qui s'assemblent pour former la colle. Dans ces canaux, la moule sécrète un fluide protéique qui, selon une recette éprouvée, va se mélanger à des ions métalliques issus de l'eau de mer et préalablement stockés dans des vésicules. Ces ions, de fer et de vanadium, sont ensuite lentement libérés pour transformer le fluide protéique en colle solide. Un processus qui ne prend que deux à trois minutes.

Reste maintenant à savoir comment le reproduire artificiellement, en réunissant les bons ingrédients, dans les bonnes conditions et au bon moment.

Newsletters

Notre univers a peut-être été créé en laboratoire par une civilisation avancée

Notre univers a peut-être été créé en laboratoire par une civilisation avancée

C'est ce qu'affirme un scientifique de Harvard, Avi Loeb.

Est-ce qu'on entend mieux quand on a les oreilles décollées?

Est-ce qu'on entend mieux quand on a les oreilles décollées?

[L'Explication #30] Une histoire de pavillon, de moules et de Lambrusco.

Le record de la température la plus froide a été atteint en laboratoire

Le record de la température la plus froide a été atteint en laboratoire

Les scientifiques ont fait chuter un gaz quantique d'une tour pour dépasser le zéro absolu.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio