Société

Ne vous réduisez pas à votre profession

Temps de lecture : 2 min

Se réduire à une caractéristique unique, en particulier votre métier, est dangereux.

Est-ce que vous avez du mal à vous imaginer heureux si vous perdiez votre travail? | Daniel Cheung via Unsplash
Est-ce que vous avez du mal à vous imaginer heureux si vous perdiez votre travail? | Daniel Cheung via Unsplash

Marx l’aurait dit en premier estime Arthur C. Brooks, journaliste et économiste. Marx pensait que le capitalisme rendait les gens malheureux en les transformant en rouages d’une machine, en objet plutôt que sujet.

Selon Brooks, beaucoup de travailleurs «s’objectivent» eux-mêmes aujourd'hui, sans que personne n’ait plus besoin de le faire pour eux. Le succès professionnel devenant alors leur seul objet de satisfaction et de bonheur.

Selon une étude du Carroll College, quand une personne est physiquement objectivée, c’est-à-dire réduite à ses caractéristiques physiques, elle perd confiance en elle et éprouve des difficultés à accomplir des tâches simples. Si l'objectivation au travail fonctionne de manière différente, elle n'est pas sans son lot de conséquences.

Des chercheurs français en psychologie ont récemment publié une étude pour tenter de construire un outil de mesure du sentiment d’objectivation des travailleurs. Ce sentiment d’être perçu comme un outil interchangeable mène au mal-être au travail, au burnout, à la dépression…

«De la même manière que notre société du spectacle encourage chacun à s'objectiver de manière physique, notre culture du travail nous pousse à nous réduire à notre profession», écrit Brooks. Une attitude que le journaliste ancre particulièrement dans la culture américaine où le «self-made man», ambitieux et dévoué, est érigé en modèle. Et quand le travail disparaît, que reste-il alors.

Selon Brooks, si vous répondez par l'affirmative à l’une de ces questions, c’est certainement que vous accordez trop d'importance à ce que votre profession fait de vous:

«Votre travail constitue-t-il la plus grosse partie de votre identité? Est-ce que c’est comme cela que vous vous présentez?

Avez-vous sacrifié des relations amoureuses pour votre travail? Avez-vous renoncé à des relations, amitiés ou à votre vie de famille à cause de cela?

Est-ce que vous avez du mal à vous imaginer heureux si vous perdiez votre travail?

Est-ce que l’idée de le perdre ressemble à une petite mort?»

Les conseils de Brooks sont assez simples. Essayez de vous dégager du temps, par semaine d’abord mais aussi un temps de vacances en totale déconnexion. Ayez des amis en dehors de votre cercle professionnel qui vous accordent de la valeur pour autre chose que votre travail.

Newsletters

La semaine imaginaire de François Hollande

La semaine imaginaire de François Hollande

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Jouer collectif

Jouer collectif

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio