Sports

Floyd Landis avoue s'être dopé et accuse Lance Armstrong

Slate.fr, mis à jour le 20.05.2010 à 10 h 12

Le cycliste américain Floyd Landis, dont la victoire dans le Tour de France avait été annulée à la suite d'un contrôle antidopage positif, a envoyé une série d'emails aux autorités du cyclisme et aux sponsors dans lesquels il avoue s'être dopé de manière systématique tout au long de sa carrière. Il y accuse également d'autres coureurs et responsables d'équipes d'avoir été impliqué dans le dopage, y compris son compatriote septuple vainqueur du Tour de France Lance Armstrong.

Jusqu'ici, Landis avait toujours nié s'être dopé pendant le Tour de France 2006. Il avait notamment déclaré peu après son contrôle positif, en 2006: «Je suis fier d'avoir gagné le Tour de France, parce que j'étais le plus fort».

Le Wall Street Journal, qui a eu accès à trois de ces emails, écrit ignorer combien d'emails ont été envoyés par Landis, mais a eu confirmation de leur authenticité par trois destinataires qui en ont parlé au coureur.

Dans un des emails, Landis affirme que l'ancien coach et ami de Lance Armstrong, Johan Bruyneel, lui avait fait découvrir les patchs de stéroïdes, le dopage sanguin et les hormones de croissance lors de ses première années chez US Postal, en 2002 et 2003.

Il écrit également qu'Armstrong, qu'il a aidé à gagner trois grandes boucles chez US Postal de 2002 à 2004, l'a aidé à mieux comprendre les mécanismes du dopage: «Lui et moi avions de longues discussions à ce sujet lors des entraînements, où il m'expliquait l'évolution des test d'EPO et comment les transfusions étaient devenues nécessaires à cause de ces nouveaux tests incommodes.» Landis égratigne au passage le système antidopage actuel, le qualifiant de «comique», et explique comment prendre de l'EPO sans se faire attraper.

Ces déclarations interviennent à quelques semaines du début du Tour de France, alors qu'un autre cycliste suspendu pour dopage, Alexandre Vinokourov, effectue son retour et se bat actuellement pour la première place dans le Giro.

En 2007, Alexandre Vinokourov avait abordé le Tour de France en favori. Il l'avait quitté en paria après avoir été contrôlé positif deux fois aux transfusions homologues après deux étapes que le Kazakh avait remportées.

[Lire l'article dans le Wall Street Journal]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Floyd Landis et Lance Armstrong à l'entraînement en 2003, REUTERS/Eric Gaillard

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte