Égalités / Sports

Le Mexique condamne sa fédération de foot pour avoir plafonné les salaires des joueuses

Temps de lecture : 2 min

Une sanction de 9 milliards de dollars, soit un peu plus de 7 milliards d'euros, a été imposée aux meilleurs clubs de football du pays.

Des joueuses de l'équipe nationale féminine de football du Mexique. | Andre Ringuette / Getty Images North America / AFP
Des joueuses de l'équipe nationale féminine de football du Mexique. | Andre Ringuette / Getty Images North America / AFP

La commission fédérale de compétence économique (Cofece) du Mexique a imposé une amende de 9 milliards de dollars, soit plus de 7 milliards d'euros, à dix-sept clubs du pays et à la Fédération du Mexique de football, ainsi qu'à huit cadres. L'autorité antitrust estime que tous s'étaient entendus pour maintenir au plus bas les salaires des joueuses. Ce plafonnement a creusé l'écart salarial entre les sexes, estime la Cofece.

La ligue de football mexicaine est en outre accusée d'avoir entravé la concurrence entre les joueurs masculins en ne leur permettant pas de négocier des salaires plus élevés au sein des clubs.

Obtenir l'autonomie d'ici à 2027

3.000 dollars par mois, c'est ce que gagnent les quelques joueuses de football des clubs les plus riches du Mexique, soit 997.000 dollars de moins que leurs homologues masculins. La plupart des footballeuses professionnelles se contentent de quelques centaines de dollars mensuels, une somme qui ne parvient même pas à couvrir les frais d'entraînement et de transport.

La Fédération affirme de son côté avoir supprimé le plafond salarial en 2019. Pour autant, elle ne conteste pas l'amende. En 2020, Yon de Luisa, son président, affirmait qu'une meilleure rémunération des footballeuses entraînerait la disparition des clubs.

Cette année, face à la Cofece, il s'est montré davantage optimiste: «Avec plus de sponsors et de couverture télévisée, les clubs et l'équipe nationale auront évidemment plus d'argent à investir et cela se reflétera dans les conditions pour tout le monde.»

De son côté, Mariana Gutiérrez espère l'autonomie de la ligue de football féminine dont elle est présidente d'ici à 2027. Cette affaire intervient au milieu d'un débat mondial sur l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes dans le milieu sportif, comme ç'a été le cas avec les footballeuses américaines.

Newsletters

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio