Tech & internet / Monde

Facebook a payé 5 milliards de dollars pour protéger Mark Zuckerberg

Temps de lecture : 2 min

Une plainte allègue que le règlement dans l'affaire Cambridge Analytica a été motivé par le désir de protéger le fondateur du réseau social.

Mark Zuckerberg à Bruxelles, le 17 février 2020, lors d'une rencontre avec la Commission européenne. | Kenzo Tribouillard / AFP.
Mark Zuckerberg à Bruxelles, le 17 février 2020, lors d'une rencontre avec la Commission européenne. | Kenzo Tribouillard / AFP.

En 2019, Facebook a été condamné à une amende par la Federal Trade Commission (FTC) en 2019 pour avoir «trompé» les utilisateurs sur sa capacité à préserver la confidentialité des informations personnelles, après une enquête d'un an sur la violation de données de Cambridge Analytica, une société d'analyse britannique qui a collecté des millions de profils Facebook d'électeurs américains. L’amende était de 4,9 milliards de dollars. Et ce prix a été payé rubis sur l’ongle, a indiqué le Guardian, pour protéger le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg en cas de procès.

Cette information est sortie grâce à une plainte déposée par des actionnaires de Facebook dans le Delaware le mois dernier mais rendu publique fin septembre. «Zuckerberg, la COO Sheryl Sandberg et d’autres administrateurs de Facebook ont ​​accepté d'autoriser un règlement de plusieurs milliards de dollars avec la FTC en tant que contrepartie expresse pour protéger Zuckerberg d'être nommé dans la plainte de la FTC», est-il écrit sur l’autre plainte, celle d’actionnaires de Facebook. Cette décision évite à Mark Zuckerberg de pouvoir être nommé dans la plainte de la FTC et de devoir témoigner durant un possible procès.

Si Zuckerberg avait été personnellement nommé dans la plainte de la FTC, il aurait pu faire face à des amendes substantielles pour de futures violations et aurait subi un «important préjudice à sa réputation», affirme le procès-verbal. Celui-ci ajoute: «Le risque aurait été très important pour Mark Zuckerberg, qui est extrêmement sensible à son image publique et aurait des ambitions politiques.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

La plainte des actionnaires de Facebook cite également un délégué de la FTC, Rohit Chopra. Ce dernier estime que le gouvernement américain a sciemment négocié avec Facebook pour «obtenir plus d'argent, afin qu'un individu n'ait pas à se soumettre à un témoignage sous serment». «Et je pense que ce n’est pas juste», a ajouté le délégué de la FTC. Facebook a refusé de commenter cette information auprès du Guardian.

Newsletters

Aux Jeux olympiques de Pékin, les athlètes peuvent craindre pour leur cybersécurité

Aux Jeux olympiques de Pékin, les athlètes peuvent craindre pour leur cybersécurité

Certains pays, dont les États-Unis, leur recommandent même de ne pas s'y rendre avec leur smartphone personnel.

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Fort du succès de son dernier album «Civilisation», le rappeur est devenu l'un des sujets les plus tendance sur LinkedIn, où il est loué pour son génie marketing. Un phénomène curieux, tant le rappeur s'est construit une image aux antipodes du bourreau de travail.

Aux États-Unis, l'aviation civile s'inquiète du déploiement de la 5G

Aux États-Unis, l'aviation civile s'inquiète du déploiement de la 5G

Elle craint que la bande C n'interfère avec certains outils de sécurité des avions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio