Égalités / Société

Les difficiles questions du logement quand on est victime de violences conjugales

Temps de lecture : 2 min

Avec l’histoire de trois personnes, l’association Solidarité femmes explique en vidéos les démarches à effectuer pour garder son domicile, le quitter ou se reloger quand on est victime de violences conjugales.

Capture d'écran de la vidéo YouTube de Solidarité Femmes: «Victimes de violences conjugales, comment rester au domicile?» | Via YouTube.
Capture d'écran de la vidéo YouTube de Solidarité Femmes: «Victimes de violences conjugales, comment rester au domicile?» | Via YouTube.

C’était il y a deux ans. Fin août 2019, juste avant le lancement du Grenelle contre les violences conjugales, une centaine de personnes s’était rassemblée à Paris pour demander des mesures rapides contre les féminicides et les violences faites aux femmes. Face à la foule, l’actrice et réalisatrice Eva Darlan avait lancé: «Combien de mortes vous faudra-t-il encore? Agissez vite, on meurt!» Deux ans plus tard, le bilan est mitigé. Certes, le nombre de féminicides a diminué en France: de 146 femmes tuées par leurs partenaires ou ex-partenaires en 2019, une des années les plus meurtrières, le nombre est descendu à 102 l’année suivante. Mais la protection des victimes reste insuffisante. On estime que près de 210 000 femmes subissent chaque année des violences conjugales en France.

Une des questions épineuses pour ces femmes est celle du logement. Comment faire pour quitter son domicile et être entendue par la justice? Ou comment rester dans son domicile et faire en sorte que le mari violent parte? Pour répondre à ces interrogations, la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF), qui gère la ligne du 3919 depuis la création du numéro en 1992, vient de publier trois vidéos explicatives sur YouTube. Dans ces pastilles d’un peu plus de deux minutes, l’association y raconte les histoires de Chloé, Nora et Agnès, narrées par la mannequin Cindy Bruna, ambassadrice de Solidarité femmes.

Chloé a par exemple déposé plainte contre son compagnon, violent avec elle. Pour assurer sa sécurité, elle a demandé une protection et a réussi à garder son logement.

Nora, dans la même situation, s’est elle rendue dans les locaux d’une association du réseau de Solidarité Femmes. Avec une référente sociale, elle a préparé son départ de chez elle et a été accompagnée jusqu’à ce qu’elle obtienne un nouveau logement.

L’histoire d’Agnès, victime de violences de la part de son ex-partenaire de Pacs, est similaire. Dans cette vidéo, Solidarité Femmes explique comment avoir accès à un logement social en priorité et se reconstruire.

Si vous ou une de vos proches êtes victimes de violences conjugales, le numéro d’aide 3919 peut être contacté 24h/24 toute la semaine. Ce service est anonyme et gratuit. En 2020, les appels entrants au 3919 avaient augmenté de 70%.

Newsletters

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

Un sondage mené aux Royaume-Uni sur près de 4.000 femmes apporte des résultats édifiants.

Pourquoi les Françaises sont particulièrement insatisfaites de leur vie sexuelle

Pourquoi les Françaises sont particulièrement insatisfaites de leur vie sexuelle

Les principaux facteurs explicatifs sont d'ordre biologiques, psychologiques, culturels et sociologiques.

Les mariages homosexuels sont possibles au sein de la famille royale néerlandaise, sans perdre l'accès au trône

Les mariages homosexuels sont possibles au sein de la famille royale néerlandaise, sans perdre l'accès au trône

Le Premier ministre des Pays-Bas a rédigé une lettre au Parlement sur le sujet, après la parution d'un livre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio