Égalités / Culture

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Temps de lecture : 2 min

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

Le 25e volet de la saga est présenté comme celui où la répartition entre les personnages masculins et féminins se rapproche le plus de la parité. | Jordan Nix via Unsplash
Le 25e volet de la saga est présenté comme celui où la répartition entre les personnages masculins et féminins se rapproche le plus de la parité. | Jordan Nix via Unsplash

Le réalisateur du 25e James Bond, Mourir peut attendre, qui sortira dans les salles françaises le 6 octobre, a déclaré que le personnage interprété par Sean Connery était «fondamentalement» un violeur dans les premiers films de la série. Cary Fukunaga fait en particulier référence à une scène d'Opération Tonnerre, sorti en 1965. Une infirmière, jouée par Molly Peters, repousse les avances de l'agent 007 tandis qu'il l'embrasse de force.

Non, c'est non

Dans une scène ultérieure, James Bond suggère qu'il ne révélera pas d'informations compromettantes concernant la jeune femme, qui pourraient lui coûter son travail, à condition qu'elle ait un rapport sexuel avec lui. «Je suppose que mon silence pourrait avoir un prix», dit-il.

«Vous ne voulez pas dire... oh non», répond le personnage de Molly Peters, ce à quoi l'agent britannique réplique «oh oui». Puis il la pousse dans un sauna et lui enlève ses vêtements.

Pour le réalisateur de Mourir peut attendre, une telle scène ne serait plus acceptée à l'heure actuelle. «Est-ce Opération Tonnerre ou Goldfinger où le personnage de Sean Connerye viole une femme?», se demande Cary Fukunaga, le second film cité comprenant lui aussi une scène problématique.

La productrice exécutive du prochain James Bond, Barbara Broccoli, qui produit des films Bond depuis 1995, se félicite que les mobilisations soient parvenues à faire en sorte que de telles choses «ne soient plus acceptables, dieu merci». En revanche, elle préfère, tout comme Daniel Craig –l'acteur qui interprète James Bond pour la dernière fois dans Mourir peut attendre– que le personnage de l'Agent 007 reste un homme. «C'est un personnage masculin. Il a été écrit en tant qu'homme et je pense qu'il restera probablement en tant qu'homme. Et c'est bien. Nous n'avons pas à transformer des personnages masculins en femmes. Créons simplement plus de personnages féminins et adaptons l'histoire à ces personnages féminins», déclarait-elle au Guardian en 2018.

Le 25e volet de la saga est présenté comme celui où la répartition entre les personnages masculins et féminins se rapproche le plus de la parité. Lashana Lynch, qui joue l'un des rôles principaux, devrait hériter du matricule 007.

Newsletters

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio