Société

«Est-ce que c'est juste pour le sexe de son côté?»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Anne, qui aimerait clarifier la nature de sa relation avec un homme affirmant ne pas vouloir s'engager.

«Je sais que je devrais lui parler mais j'ai peur de lui faire peur et de tout gâcher.» | benedikthosek via Flickr
«Je sais que je devrais lui parler mais j'ai peur de lui faire peur et de tout gâcher.» | benedikthosek via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par WhatsApp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Voilà, il y a un an, en août 2020, je suis allée boire un verre chez un collègue. Très bonne soirée, on discute bien. En partant, on s'embrasse. Je rentre chez moi et je reçois un SMS où il s'excuse de m'avoir embrassée, il ne veut pas de relation sérieuse (il a 47 ans, séparé, des enfants) et ne veut pas me faire souffrir (il savait que ma dernière histoire s'était mal finie, que j'avais été en arrêt plusieurs semaines...).

Je lui dis «ok, pas de souci», ce qui était vrai. Mais on continue à s'écrire, de plus en plus souvent, et finalement tous les soirs. On prend des nouvelles, on se raconte nos journées, on se parle de nos enfants, de nos parents, de ce que l'on fait... Parfois, cela dévie un peu sur des sujets plus coquins mais c'est loin d'être systématique. Il m'écrit parfois le matin pour me souhaiter bon courage pour le travail...

Mi-décembre, toujours lors d'échanges SMS (on ne s'est pas revu depuis fin août), il me dit qu'il ne veut vraiment pas s'engager, avoir de relation amoureuse... Il me demande aussi si je veux continuer à échanger des SMS. Je lui réponds que je suis moi aussi dans cet état d'esprit, j'ai peur de souffrir et que je veux bien que l'on continue à s'écrire car j'apprécie ces moments. Je lui ai aussi dit que j'avais envie de continuer à le découvrir et voir jusqu'où ça nous mène. Il me répond qu'il a envie aussi que l'on continue à s'écrire, que c'est important pour lui, que c'est plus qu'amical...

On passe une partie de la soirée du Nouvel An à s'écrire.

Finalement, il m'invite chez lui fin janvier. Il y a encore le couvre-feu donc je reste dormir mais je lui dis que je ne veux pas que l'on dorme ensemble (j'ai peur de m'attacher). Il respecte ça, et après une très bonne soirée apéro et beaux ébats, il me laisse son lit et dort dans le canapé.

Depuis, on se voit à peu près un week-end par mois (j'ai une fille et elle ne va pas chez son père alors que, lui, ses enfants vont chez leur mère, donc ça complique un peu les choses). Entre ces week-ends, on s'écrit vraiment tous les soirs, d'ailleurs, c'est souvent lui qui m'écrit. On se parle de tout, on s'envoie des photos de nos enfants...

Quand on se voit, c'est pareil. On discute en s'embrassant, on se taquine, on rigole. Maintenant, on dort ensemble et on s'endort blottis l'un contre l'autre. Il est très délicat et attentionné.

Le matin, pas de différence, on est toujours aussi proches. Et je vois bien que l'on a plein de points communs et des manières de faire assez identiques. On se retrouve une fois chez lui, une fois chez moi.

Mais, au bout de huit mois, je commence à m'attacher. On n'a plus reparlé de «nous deux» depuis décembre.

On est tous les deux assez solitaires et je n'ai pas envie que l'on se mette une étiquette de couple, que l'on se sente obligés de se voir quand on n'a pas les enfants, ou de se projeter à vivre ensemble... Mais j'aimerais bien faire des escapades les week-ends, faire des sorties… Je me sens bien avec lui, au-delà des relations intimes.

Je sais que je devrais lui parler mais j'ai peur de lui faire peur et de tout gâcher. Je me pose des questions: est-ce que c'est juste pour le sexe de son côté? Est-ce qu'il est attaché un peu aussi?

Est-ce que je devrais arrêter avant de souffrir encore? Est-ce qu'il se pose aussi les mêmes questions mais que lui aussi n'ose pas en parler?

Anne

Chère Anne,

Je suis convaincue que l'on ne peut rien gâcher en étant soi et en exprimant ses sentiments. Une relation qui ne tient que sur des non-dits n'est pas une relation équilibrée. Bien sûr, on ne veut pas être la personne qui a déclenché le tsunami. On ne veut pas que ce soit une phrase que l'on a prononcée qui soit à l'origine d'une prise de distance ou d'une rupture. On sait aussi qu'il y a des phrases qu'on ne peut pas retirer. La question de la définition de la nature de la relation, c'est un peu comme le premier «je t'aime». Il y a une étiquette et il y a aussi beaucoup d'appréhension liée à notre passé et notre bagage émotionnel. On a peur de créer le changement ou l'arrêt, alors on fait tout pour ne pas être le premier ou la première. Il n'est plus question ici de sentiments ou d'émotions mais d'une lutte de pouvoir. Et je ne crois pas qu'elle soit saine, cette lutte de pouvoir. Elle ne semble pas être une base solide pour une relation équilibrée à l'avenir.

Imaginez que votre relation ressemble actuellement à une baston de regards. Ne devriez-vous pas être occupée à autre chose que de paraître, que d'avoir peur d'être totalement vous? Au restaurant, vous ne regardez pas le serveur ou la serveuse pendant des heures dans les yeux en espérant que par magie apparaisse devant vous exactement le plat auquel vous pensiez?

Attendre de l'autre qu'il désire exactement la même évolution de relation au même moment que vous, et vivre dans l'appréhension de tout perdre si ce n'est pas le cas est absurde. Si cet homme trouve que vous allez trop vite à son goût, il peut toujours exprimer ses désirs et voir si vous pouvez trouver un terrain d'entente. Vous pouvez aussi décider mutuellement de continuer votre relation telle qu'elle est jusqu'à ce que ça change de son côté… ou pas. Une déclaration comme celle que vous envisagez, ce n'est pas tirer sur n'importe quel fil pendant un déminage. C'est juste l'expression d'un respect et d'une confiance qui ne présagent que du bon pour le futur.

Si vous avez peur de sa réaction, n'hésitez pas à préciser votre pensée. À lui dire qu'une visite de ville médiévale un week-end n'est pas l'équivalent du mariage. Si cela continue de l'angoisser et qu'il refuse tout net, alors vous saurez que vous n'êtes pas vraiment compatibles. C'est douloureux mais il me semble que cela reste plus sain pour vous que de vivre dans l'apparence indéfiniment.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Guerre et paix

Guerre et paix

Rester ami avec son ex n'est pas si bizarre

Rester ami avec son ex n'est pas si bizarre

Certains couples décident, une fois l'amour envolé, de prolonger leur relation sous une forme amicale. Cela n'est pas toujours bien perçu.

Après avoir emménagé chez leurs parents pendant la pandémie, ces adultes font le bilan

Après avoir emménagé chez leurs parents pendant la pandémie, ces adultes font le bilan

Leurs fortunes furent diverses.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio