Monde

Un journaliste italien tué à Bangkok

Temps de lecture : 2 min

Un journaliste italien, le photographe Fabio Polenghi, est mort ce mercredi matin dans des émeutes à Bangkok. Il a été frappé par trois balles au coeur et à l'estomac, et est mort avant d'atteindre l'hôpital. Les émeutes ont fait six morts et 58 blessés (bilan provisoire) depuis l'offensive de ce mercredi matin. Le ministère des Affaires étrangères italien a confirmé la nouvelle, selon Reuters.

Il Corriere della Sera retrace les faits. Selon le quotidien italien, une amie du photographe l'a reconnnu à la télé, dans des images qui montraient son transport à l'hôpital.

Polenghi se trouvait dans la zone de Saleng, à un kilomètre du quartier général des chemises rouges. Les images dramatiques de Polenghi blessé ont été montrées par la chaîne télé thaïlandaise Pbs. Transporté par un groupe de collègues vers une moto, Polenghi, qui portait un gilet pareballes et un casque, a été transporté d'urgence vers le Police Hospital.

Tout a commencé quand les militaires, autorisés à tirer sur les manifestants, ont décidé de mener une action décisive pour dégager le centre de Bangkok que les insurgés occupaient depuis le 3 avril dernier. Les militaires ont fait sauter la barricade, et les chemises rouges ont tenté de résister. C'est à ce moment-là que s'est déclenchée la fusillade dans laquelle Polenghi a été mortellement blessé. La plupart des chemises rouges ont pris la fuite et se sont dispersés dans la ville.

Andrea Bernardi, envoyé spécial pour le journal Unimondo, se trouvait dans la même zone que Polenghi. Il raconte au Corriere ce qu'il a vu.

Je me dirigeais vers le quartier où j'avais pris des photos et interrogé des chemises rouges la veille, quand j'ai entendu une rafale. Ce ne venait pas des francs-tireurs mais de chars. Ensuite, une deuxième rafale. On a tous pris la fuite et j'ai entendu des jeunes femmes crier.

Fabio Polenghi, 45 ans, était en Thaïlande depuis trois mois, et travaillait pour une revue européenne, explique le quotidien la Repubblica, qui dresse un portrait du photographe.

D'abord photographe de mode, Polenghi se réoriente vite, se sentant à l'étroit dans le monde de la publicité. Il part photographier des sportifs à travers le monde, et son travail est remarqué par les grandes agences de presse. Sa nouvelle carrière est lancée. Pendant 29 ans, il sillonne le monde: il a parcouru plus de 70 pays, en particulier l'Amérique centrale et méridionale

Il a aussi exposé ses photographies à la Cité des Sciences et de l'Industrie et à l'Expo du livre à Paris.

[Lire les article sur Reuters, il Corriere Della Sera, et la Repubblica]

Photo: Fabio Polenghi / Photomasi / diaporama du Corriere Della Serra

À REGARDER SUR SLATE: Notre Grand Format: la reddition des Rouges

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters