Sciences

Le trou de la couche d'ozone est désormais plus grand que l'Antarctique

Temps de lecture : 2 min

Une situation inquiétante que surveillent les scientifiques.

Des pics montagneux vus depuis l'avion de recherche Operation IceBridge de la NASA, le 4 novembre 2017, au-dessus de l'Antarctique. | Mario Tama / Getty Images North America / Getty Images via AFP
Des pics montagneux vus depuis l'avion de recherche Operation IceBridge de la NASA, le 4 novembre 2017, au-dessus de l'Antarctique. | Mario Tama / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Le Service européen Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère rapporte une nouvelle alarmante: le trou dans la couche d'ozone, qui se forme chaque année au-dessus de l'Antarctique, est plus important que d'habitude. Au point qu'il dépasse désormais la dimension du Continent blanc.

La couche d'ozone est une couche de la stratosphère terrestre, située entre 15 et 50 km d'altitude, et qui protège la planète des rayons ultraviolets du soleil. Pendant la saison printanière de l'hémisphère Sud, de septembre à décembre –en ce moment même donc–, un trou y apparaît, notamment provoqué par les activités humaines. Au cours des dernières semaines, ce trou a atteint des dimensions inquiétantes et est désormais plus grand que 75% des trous d'ozone à ce stade de la saison depuis 1979, précise La Libre Belgique.

Ce qui préoccupe les scientifiques, c'est que le trou de cette année n'a vraisemblablement pas encore atteint son apogée, qui se situe généralement entre mi-septembre et mi-octobre. S'ils ne savent pas comment va évoluer ce dernier dans les prochaines semaines, les chercheurs peuvent s'appuyer sur celui observé en 2020, dont les similitudes seraient nombreuses. Et ce n'est franchement pas une bonne nouvelle non plus.

En 2020, le trou avait été parmi les plus profonds et les plus durables jamais enregistrés par Copernicus. Son étendue avait au total culminé à près de trois fois la taille de la zone continentale des États-Unis, ajoute The Guardian. En décembre, à la fin du printemps de l'hémisphère sud, les niveaux d'ozone étaient finalement revenus à la normale.

Réparation en cours

Heureusement, le tableau n'est pas entièrement sombre. La couche d'ozone est en train de se reconstituer progressivement, notamment grâce à un traité appelé le protocole de Montréal, signé en 1987 par vingt-quatre pays et la Communauté économique européenne.

Cet accord historique interdit l'utilisation de substances détruisant cette enveloppe gazeuse, comme les chlorofluorocarbures (CFC). Mais ce processus de guérison est long et, bien que l'ensemble des pays de la planète ait ratifié cet accord désormais, il faudra attendre les années 2060 ou 2070 pour voir l'élimination complète des substances appauvrissant la couche d'ozone. Si ces produits chimiques n'avaient pas été contrôlés, leur simple utilisation aurait contribué à une augmentation de la température globale de 2,5°C d'ici à la fin du siècle, selon une étude publiée le 18 août dans la revue scientifique Nature.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ces efforts seraient cependant compromis par un autre phénomène: le réchauffement climatique. En Arctique par exemple, ce dernier accélère la destruction de cette barrière protectrice contre les UV, ralentissant sa reconstitution progressive. Le chemin vers le rétablissement de la couche d'ozone semble encore bien long.

Newsletters

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Souffrant de problèmes d'érection, un homme s'est injecté de la mousse isolante dans le pénis

Souffrant de problèmes d'érection, un homme s'est injecté de la mousse isolante dans le pénis

Il s'est rendu aux urgences trois semaines plus tard, alors qu'il urinait du sang.

Des tubes métalliques datant d'il y a 5.500 ans pourraient être les plus anciennes pailles à boire

Des tubes métalliques datant d'il y a 5.500 ans pourraient être les plus anciennes pailles à boire

En or et en argent, elles auraient servi à siroter de la bière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio