Parents & enfants / Monde

La Suède interdit à des parents d'appeler leur fils Vladimir Poutine

Temps de lecture : 2 min

Une liste de prénoms et noms bannis a été érigée selon la loi Naming Law, promulguée en 1982 et mise à jour en 2017.

Les parents suédois qui se sont vu refuser d'appeler leur fils Vladimir Poutine ont trois mois pour déclarer un nouveau prénom. | Brooklyn Grace via Unsplash
Les parents suédois qui se sont vu refuser d'appeler leur fils Vladimir Poutine ont trois mois pour déclarer un nouveau prénom. | Brooklyn Grace via Unsplash

Un couple suédois, qui vit dans la ville de Laholm, dans le sud du pays, s'est vu refuser le prénom qu'il souhaitait donner à leur nouveau-né par l'agence des impôts, la Skatteverket. Leur fils ne pourra donc pas s'appeler Vladimir Poutine, comme le président russe, rapporte The Independent. Ce rejet résulte de l'application de la loi Naming Law, promulguée pour la première fois en 1982 et mise à jour en 2017. Elle dresse la liste des noms et prénoms interdits dans le pays.

Ni gêne ni offense

Les règles qui régissent la Naming Law sont assez simples: le prénom ne doit pas créer d'offenses ou risquer de provoquer la gêne de celui ou celle qui le porte. En outre, il est interdit de porter un prénom qui se rapproche clairement d'un nom de famille. Ces mesures ne s'appliquent pas uniquement aux nouveau-nés, mais également aux personnes majeures qui souhaitent changer de prénom.

Le couple suédois ne sait pas lequel de ces principes s'est appliqué à leur décision d'appeler leur fils Vladimir Poutine. L'agence fiscale ne s'est pas prononcée à ce sujet. Les parents ont maintenant trois mois pour déclarer un nouveau prénom pour leur enfant auprès des autorités de contrôle.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Selon les chiffres de Statistics Sweden, 1.413 hommes s'appellent Vladimir en Suède. Pour autant, il semblerait que moins de deux d'entre eux porte le nom de famille Poutine. Parmi les prénoms rejetés par la loi figurent également Allah, Ford ou Pilzner.

Newsletters

Pédocriminalité: l'enseignement artistique aura-t-il droit à son #MeToo?

Pédocriminalité: l'enseignement artistique aura-t-il droit à son #MeToo?

Le sport, la famille, ou encore l'Église ont été pointés du doigt pour leur gestion d'affaires de pédocriminalité. Mais un autre espace accueillant des enfants commence à faire parler de lui: celui de l'enseignement artistique extrascolaire.

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Affirmant qu'elle n'aurait jamais dû naître, une femme gagne un procès contre son médecin

Elle recevra plusieurs millions d’euros de dommages et intérêts.

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio