Santé / Monde

La Californie s'apprête à interdire le stealthing, ce retrait du préservatif sans consentement

Temps de lecture : 2 min

Ce projet de loi devrait conduire l'État de Californie à réviser sa législation sur les agressions sexuelles.

Un préservatif. | Towfiqu barbhuiya via Unsplash
Un préservatif. | Towfiqu barbhuiya via Unsplash

C'est à l'unanimité que la législature de l'État de Californie a approuvé ce mardi 7 septembre une mesure visant à interdire le stealthing, une agression sexuelle qui consiste à retirer un préservatif pendant un rapport sexuel sans le consentement de l'autre partenaire.

Le projet de loi n'attend plus que la signature du gouverneur démocrate Gavin Newsom, qui devra le promulguer avant le 10 octobre. Si la loi passe, la Californie sera le premier État du pays à faire du stealthing un délit civil.

Cette pratique ne sera toujours pas considérée comme un viol –en tant que pénétration sexuelle effectuée par surprise–, mais la nouvelle législation conduira à modifier la définition pénale des agressions sexuelles en vigueur dans l'État, et permettra aux victimes de poursuivre leurs agresseurs afin d'obtenir réparation.

Accompagner les victimes

La députée démocrate Cristina Garcia, qui soutient le projet de loi et milite pour la criminalisation de cette pratique depuis 2017, a déclaré que cette mesure «ferait apparaître clairement que [le stealthing] n'est pas seulement amoral mais qu'il est aussi illégal». Elle espère que cette première mesure permettra à terme d'inscrire le stealthing dans le code pénal de l'État.

Selon Alexandra Brodsky, autrice d'une étude sur le stealthing et de l'ouvrage Sexual Justice, qui traite des réponses institutionnelles apportées aux agressions sexuelles et au harcèlement, le fait que cet acte soit en passe d'être désigné comme un délit et non un crime permettrait de faciliter les procédures pour les victimes. D'une part, parce que les litiges civils requièrent un niveau de preuves moins élevé que les affaires criminelles (comme c'est notamment le cas des viols), d'autre part, parce que le type de recours qu'ils proposent, notamment en termes de dommages et intérêts, seraient plus utiles aux victimes:

«Il y a beaucoup de survivantes qui ne veulent pas voir la personne qui leur a fait du mal aller en prison, et qui ont vraiment besoin d'aide pour couvrir leurs factures médicales ou avoir les ressources nécessaires afin de consulter un thérapeute.»

Agressions sexuelles et risques

D'après une étude de 2019 publiée par la National Library of Medicine, aux États-Unis, 49% des femmes âgées de 21 à 30 ans ont été confrontées à un partenaire leur imposant des rapports sexuels sans préservatif, et 12% d'entre elles ont déclaré avoir été victimes de stealthing –aucune n'ayant déclaré l'avoir pratiqué elle-même avec un partenaire masculin. Une seconde étude s'intéressant aux hommes de la même tranche d'âge révèle que 10% des hommes admettent avoir déjà retiré leur préservatif lors d'un rapport sexuel sans le consentement de leur partenaire. Les hommes interrogés lors de cette étude reconnaissent avoir pratiqué le stealthing de 1 à 21 fois, pour une moyenne de 3,62 fois.

Selon cette même étude, les hommes auteurs de ce type d'agression sexuelle sont nettement plus susceptibles d'avoir reçu un diagnostic d'infection sexuellement transmissible (29,5% contre 15,1%) ou d'avoir eu une partenaire ayant connu une grossesse non planifiée (46,7% contre 25,8%).

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Dans les États du New York et du Wisconsin, des projets de loi similaires avaient été présentés, mais aucun n'a été adopté. En France, le stealthing ne fait toujours pas l'objet d'une incrimination pénale.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Au moins 450 enfants sont atteints d'hépatites aiguës à travers le monde. Aujourd'hui, personne ne peut encore émettre de recommandations pour protéger les plus jeunes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio