Covid-19: hôtellerie, restauration, tourisme et culture restent les plus meurtris
Économie

Covid-19: hôtellerie, restauration, tourisme et culture restent les plus meurtris

Temps de lecture : 3 min
Slate.fr

Malgré la politique de soutien aux secteurs les plus affectés par la crise sanitaire, de nombreux professionnels craignent de ne pas survivre. En partenariat avec le media c19-worldnews, Slate fait le point sur leur situation.

La fin du «quoi qu’il en coûte»

Après une embellie récente de la croissance française, avec une hausse du PIB de 1,1% entre avril et juin 2021, contre 0,9 % attendue par l'Insee, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie a sifflé la fin du «quoi qu’il en coûte», cette politique de soutien aux entreprises les plus affectées par la crise due à la pandémie du Covid-19. Le media spécialisé c19-worldnews s’efforce de suivre l’évolution économique des secteurs les plus impactés.

La fin du «quoi qu’il en coûte» va se traduire par l’arrêt du Fonds de solidarité versé aux entreprises, prévu pour le 30 septembre. Sauf dans les territoires français d’Outre-mer où les obligations de fermetures administratives sont toujours en vigueur. Face à la détresse persistante de certains secteurs qui réclament une prolongation, le ministre a cependant promis de continuer à soutenir ceux qui en ont besoin, à l’occasion de la Rencontre des entrepreneurs de France du Medef.

Quel impact du pass sanitaire?

Cette demande d’aide est particulièrement forte dans le secteur de la restauration, des cafetiers, des hôteliers et des discothèques, dont l’activité estivale 2021 a reculé de 20 % par rapport à l’été 2019, avant la propagation de la pandémie. D’après les estimations des organisations syndicales comme l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, la mise en place du pass sanitaire, le 9 août, a provoqué une forte baisse d’activité.

Ainsi, en août, seuls 40% des restaurants ont réalisé leur chiffre d'affaires habituel et les professionnels du secteur jugent la situation «catastrophique». Avec d’autres chiffres à l’appui, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire contredit le constat alarmant de ces professionnels et estime que «le pass sanitaire n'a pas d'impact sur l'activité économique du pays».

Paris sinistré, la Provence épargnée

Dans le tourisme, la capitale a particulièrement souffert. L'office de tourisme de Paris estime ainsi que la fréquentation touristique a chuté de 60% en cette période estivale 2021. Faute de visiteurs étrangers, en particulier asiatiques qui ne peuvent traverser les frontières, les hôtels ont été désertés, forçant les deux tiers d’entre eux à fermer leurs portes en août.

Pour autant, la fréquentation dans d’autres régions comme la Provence était bel et bien au rendez-vous. Sur toute la France, le tourisme tire donc un bilan saisonnier en demi-teinte, en progression par rapport à l'été 2020, mais en retrait par rapport à l'été 2019.

La culture, principale victime

Avec les restrictions de rassemblements, entre mars 2020 et mai 2021, les établissements culturels ont totalisé plus de onze mois de fermeture. Résultat: le monde de la culture reste l’un des secteurs les plus touchés par la crise du Covid-19, particulièrement en région parisienne, qui fait vivre environ 310 000 personnes.

Face aux inquiétudes des représentants du monde de la culture, la ministre Roselyne Bachelot a affirmé que l'aide continuerait d’être attribuée au cas par cas, en fonction de l’impact de la crise sanitaire sur le chiffre d’affaires et la fréquentation des lieux concernés.

Pas de retour à la normale pour les travailleurs indépendants

En raison de la reprise inégale qu’ils connaissent, les travailleurs indépendants et les autoentrepreneurs souhaitent également la réactivation du Fonds de solidarité. Selon une étude auprès du syndicat Indépendants.co qui compte 7 000 adhérents, seuls 29 % des indépendants ont repris une activité normale.

Par ailleurs, moins de 40% d’entre eux ont reçu une aide depuis le début de la crise. En effet, l’éligibilité aux dispositifs de soutien est soumise à certains critères difficiles à remplir pour les indépendants, concernant leur secteur d’activité ou leur chiffre d’affaires. Tous ne relèvent pas des secteurs impactés par la crise. L’aide au titre du mois de mai était accessible aux indépendants de tous les secteurs, mais ce n’est plus le cas depuis le 1er août.

Crédit photo: pexels

En savoir plus:
La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio