Économie

La vérité sur les agences de notation

Temps de lecture : 2 min

Les agences de notation sont dans le collimateur des politiques et de l'opinion publique depuis le début de la crise grecque, accusées d'avoir attisé le feu. Le journal Les Echos revient dans un long article sur ces fameuses agences qui semblent toutes-puissantes sur les marchés.

Le quotidien économique s'interroge d'abord sur les conditions de leur notation:

L'analyse du risque souverain est à la fois quantitative et qualitative. La première approche évalue la politique fiscale, la performance budgétaire, les échéances de la dette, etc. La seconde s'intéresse à l'environnement politique et social, et notamment à la volonté des Etats d'assurer le service de leur dette. Le Venezuela a ainsi été épinglé sur ce critère. Au final, « c'est avant tout l'opinion des différents analystes de l'agence qui prime, plus qu'un modèle mathématique ou économétrique », résume Norbert Gaillard, consultant à la Banque mondiale. La décision finale de notation est prise à l'issue d'un comité.

Les différences de notation entre les 3 grandes agences sur la dette grecque ont suscité de nombreuses interrogations. Chez Standard & Poor's, la dette grecque est pourrie («junk bond»). Tandis que chez Moody's, elle est classée en «investment», mais «sous revue pour une possible dégradation». Selon les Echos, il y a tout simplement une différence de méthodologie:

A l'exception des pays les mieux notés (AAA), les notes attribuées par Moody's se révèlent plus stables que celles de Standard & Poor's et de Fitch. « L'objectif de Moody's est de juger la solvabilité d'un pays à travers le cycle économique. L'agence essaie de rester détachée des marchés et de voir à moyen terme. Fitch et S & P voient à plus court terme et ont des notations plus corrélées aux marchés, explique Norbert Gaillard. C'est aussi pourquoi les changements de note de Moody's sont bien plus révélateurs, qu'ils sont un signal encore plus fort envoyé aux marchés. »

[Lire l'article sur le site des Echos]

Image de Une: Lingots d'or Reuters

Slate.fr

Newsletters

L'impolitesse peut tuer l'ambiance d'une entreprise

L'impolitesse peut tuer l'ambiance d'une entreprise

Des stratégies de harcèlement peuvent servir à compenser l'incompétence.

Des produits d'entretien en comprimés pour réduire les déchets plastiques

Des produits d'entretien en comprimés pour réduire les déchets plastiques

L'industrie des soins ménagers et des produits d’hygiène corporelle représente une production moyenne de 8,9 millions de tonnes de plastique par an.

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

Plus nous passons de temps à monter des meubles ou à assembler des objets, plus nous leur accordons de valeur émotionnelle et financière.

Newsletters