Égalités / Culture

Le couple derrière «Libérée, délivrée» révèle l'origine des paroles

Temps de lecture : 2 min

À l'occasion de la première de la comédie musicale «La Reine des Neiges» à Londres, Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez reviennent sur la genèse de cette chanson.

Anna & Elsa | Frank Phillips via Flickr CC License by
Anna & Elsa | Frank Phillips via Flickr CC License by

«Je m'excuse profondément auprès de tous les foyers qui 'n'en peuvent plus d'entendre “Libérée, délivrée” en boucle.» Ces mots de la chanteuse Anaïs Delva, interprète de la version française de la chanson-phare du film La Reine des neiges, disent bien à quel point le morceau (intitulé «Let It Go» en version originale) a obsédé toute une génération de jeunes spectateurs et spectatrices.

C'est à un couple, Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez, que l'on doit les chansons de ce film sorti en France en décembre 2013, et qui a remporté l'Oscar de la meilleure chanson originale. Le duo raconte que lorsqu'il a été abordé pour travailler sur le film, il n'y avait même pas encore de scénario. Kristen Anderson-Lopez confie avoir été très décontenancée lorsqu'on lui a révélé les grandes lignes de l'intrigue initiale, rien ne semblant pousser à la chansonnette.

Et c'est ainsi que la coréalisatrice Jennifer Lee, également coscénariste, finit par faire collaborer le tandem à l'écriture des personnages et des situations. Ensemble à la ville depuis 1999 et parents de deux petites filles, Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez ont ainsi puisé leur inspiration dans le quotidien de leur propre foyer. Et les chansons du film ont fini par voir le jour peu à peu.

Une histoire de pression

L'article publié par The Independent revient longuement sur le processus de création de ces chansons. Parmi elles, «Let It Go», interprétée par Idina Menzel dans la version originale. C'est Kristen Anderson-Lopez qui en raconte la création:

«La chanson a trouvé sa voie quand nous avons commencé à penser à la pression. La pression que j'ai ressentie à 16 ans, puis en tant que jeune femme, puis en tant que mère de deux filles. La pression de la perfection, de la minceur, de la belle maison...»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Officiellement, pas de sous-texte lesbien dans les paroles de «Let It Go», qui peut effectivement faire penser à la peinture d'un coming out. Juste une affaire de pression trop forte sur les épaules des femmes, contraintes par la société d'être au four et au moulin, sans broncher, et sans vraiment puvoir dire qui elles sont réellement.

Newsletters

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

La marque opère un toilettage de ses figures qui apparaissent dans les pubs.

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le travail à distance pourrait venir creuser un peu plus l'écart entre les genres.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio