Immobilier: la démarche responsable
Économie

Immobilier: la démarche responsable

Temps de lecture : 4 min
Slate.fr

Les critères environnementaux et sociétaux deviennent des enjeux majeurs pour les bâtiments. Et vous pouvez choisir d’investir dans des fonds immobiliers responsables. Lancés récemment, ils ont déjà le vent en poupe.

Quand on interroge les Français, la réponse est sans appel: l’immobilier reste leur investissement privilégié. Ils sont 26% à envisager d’acheter leur résidence principale, 20% à considérer placer leur argent dans un investissement locatif et 13% dans une résidence secondaire. Et si, pour son logement, on peut choisir un bâtiment écologique, il est aussi possible d’épargner dans des fonds immobiliers responsables, de plus en plus plébiscités.

Tout comme dans les autres domaines de l’épargne responsable et solidaire, ces fonds offrent des garanties concernant l’environnement, la qualité des entreprises et des sous-traitants qui les construisent, la bonne gestion des immeubles et le bien-être des occupants. Ce cahier des charges est regroupé sous les critères dits «ESG» (pour «environnementaux, sociétaux et de gouvernance») appliqués à l’immobilier. L’argent investi est donc assuré de servir pour des bâtiments respectant des normes environnementales et sociales. Une nécessité, car le secteur va connaître dans les années de sérieuses mutations.

Une évolution indispensable du secteur

Là-dessus, les chiffres sont clairs: selon les estimations de l’ONU, le secteur immobilier a émis près de dix gigatonnes de CO2 en 2019, soit 38 % des émissions de CO2 dues à l’énergie dans le monde. En France, le ministère de la transition écologique estime à 123 millions de tonnes de CO2 les émissions de CO2 du secteur immobilier. Il représente 44% de l’énergie consommée en France. Pour obtenir la neutralité carbone d’ici à 2050, comme s’y est engagé notre pays, il est impératif de réduire drastiquement ces émissions.

La réglementation l’encourage, notamment en incitant à des programmes de rénovation de l’ancien et par la construction d’immeubles neufs répondant à des certifications comme HQE (haute qualité environnementale) ou BREEAM (l’équivalent HQE à l’international), ou à des normes comme BBC (bâtiment basse consommation). «Ces bâtiments visent une empreinte carbone maîtrisée pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, une consommation énergétique sobre et un confort des occupants», précise Sabine Brunel, responsable programme Bâtiment décarboné et relations partenaires à l’Observatoire de l’immobilier durable.

Un éventail de solutions

Pour diminuer l’empreinte carbone à la construction, il est possible dorénavant de privilégier des matériaux plus écologiques, comme le bois, même pour des immeubles de grande hauteur. «On expérimente aussi des constructions en terre crue, et on prend en compte la question de gestion des déchets de chantier, en essayant de les revaloriser», explique Sabine Brunel.

Ces bâtiments doivent ainsi être prêts pour la transition écologique et capables de résister aux aléas induits par le changement climatique. «On peut prévoir une construction sur pilotis pour prévenir des risques d’inondation, ou bien encore intégrer des pare-soleil aux parois vitrées pour limiter les vagues de chaleur, ou utiliser la géothermie, c’est-à-dire l’inertie thermique de la terre, pour refroidir ou réchauffer les immeubles», détaille Sabine Brunel. Cela s’applique également à des bâtiments plus anciens qui, rénovés, peuvent améliorer leurs performances énergétiques. Et ce sont tous ces types d’immeubles que les fonds immobiliers visent.

Des placements prêts pour l’avenir

En plaçant son argent dans l’immobilier responsable, on «verdit» son portefeuille et on participe activement à la construction ou la rénovation d’immeubles pour les rendre plus vertueux d’un point de vue écologique. Pour ces fonds, comme pour les autres produits financiers, il existe un label certifiant leurs qualités: le label ISR (investissement social et responsable), agréé à l’été 2020 et lancé à l’automne.

Auparavant limité aux fonds d’actifs mobiliers (actions, titres, …), le label ISR s’est ouvert depuis près d’un an à l’immobilier. «Ce label vise à concilier performance économique et impact social et environnemental», explique Nehla Krir, directrice développement durable et RSE (responsabilité sociétale des entreprises) chez BNP Paribas Real Estate Investment Management (REIM).

Un fonds responsable immobilier

En novembre 2020, BNP Paribas a lancé son premier fonds immobilier labellisé ISR, BNP Paribas Diversipierre. «Pour obtenir ce label, concrètement, un organisme tiers indépendant vient comprendre et vérifier la stratégie ISR mis en place sur ce fonds. Des audits sont réalisés, immeuble par immeuble, pour identifier les actions à mettre en œuvre afin d’améliorer les immeubles: certifications environnementales, plans d’efficacité énergétiques pour s’attacher à réduire les consommations d’énergie, amélioration de la qualité de l’air, de l’eau… On définit ensuite un plan d’action sur trois ans», développe Nehla Krir.

Dans le cadre de ce fonds, on investit directement dans de l’immobilier physique à plus de 50%, principalement des bureaux loués dans des immeubles récents intégrant les dernières normes environnementales. C’est ce qu’on appelle la «pierre-papier». Pour épargner dans un OPCI, rien de plus simple: il suffit de prendre des parts, dans le cadre d’une assurance-vie, en bénéficiant ainsi de son régime fiscal favorable, ou via un compte de titres financiers, comme un PEA.

Un investissement tout aussi performant

Ces placements immobiliers ont des rendements tout à fait similaires aux autres, «mais ils apportent la garantie supplémentaire d’une démarche d’investissement responsable avec des immeubles gérés de manière responsable, un engagement avec les locataires de bureaux et une maîtrise très fine de la qualité environnementale des bâtiments», précise Nehlra Krir. L’argent reste toujours disponible, même si la durée optimale d’investissement tourne autour huit ans.

Et l’engouement se ressent. «En moins d’un an, le label ISR représente déjà 6 % du marché des fonds immobiliers», constate Sabine Brunel. BNP Paribas compte lancer quatre produits financiers labellisés sur les douze prochains mois. Une accélération qui permet d’envisager un avenir où ces produits deviennent la norme. Une épargne immobilière responsable qui serait un bon présage pour la planète!

Cet article vous est proposé par Slate.fr et BNP Paribas dans le cadre de l'opération Investir Demain.

Découvrez l'ensemble des contenus articles et podcasts publiés sur notre site-évènement.

Crédit photo: Adobe

En savoir plus:
La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio