Economie

Faut-il annuler la dette de la Grèce si elle gagne le Mondial?

Slate.fr, mis à jour le 17.05.2010 à 17 h 00

L'Europe annulerait-elle la dette de la Grèce si l'équipe hellénique remportait la Coupe du monde? L'hypothèse n'est pas si burlesque. Regardez Carrefour et sa super offre promotionnelle qui s'affiche dans les couloirs du métro à l'approche du 11 juin: «Votre téléviseur écran plat 100% remboursé si la France gagne la finale!». L'argument commercial est évident, tout comme le fait que le géant de la grande distribution semble persuadé que la sélection française n'a aucune chance. L'opération commerciale est donc juteuse selon Carrefour.

Streetpress pousse le scénario de science-fiction jusqu'au bout dans un contexte de crise européenne. Alors que l'UE et le FMI ont annoncé conjointement un plan de sauvetage de 110 milliards d'euros, la dette de la Grèce se trouve au centre des débats:

Les Bourses mondiales faisant office de bookmakers géants pour businessmen avides, on peut légitimement se demander si de nombreux hedge funds ne parient par sur un effondrement de la Grèce pour générer encore plus de profit. Un peu comme quand Carrefour et Saturn parient sur un effondrement des Bleus, «les mesures d'austérité» en moins.

Benjamin Gans et François Nazon se sont donc adressés aux députés et leur ont demandé pourquoi, sur le modèle de Carrefour ou Saturn qui s'engagent à rembourser leur client en cas de victoire des bleus, «on ne récompenserait pas la Grèce en annulant sa dette si elle gagne la coupe du monde»?

Il y a ceux qui se marrent comme le député UMP Eric Ciotti et ceux qui, à l'instar de Françoise de Panafieu, qui se demandent «si l'on peut comparer le poids de la dette Grecque au prix d'un téléviseur». Mauvais supporter, Patrick Braouezec (député GDR Seine-Saint-Denis) ne croit pas trop à la victoire des bleus et estime que «ce qui peut marcher pour des grandes enseignes qui prennent pas trop de risques commerciaux risque de ne pas marcher pour la Grèce».

Beaucoup plus joueur par contre, Maxime Gremetz, député PC de la Somme, pourrait prendre le pari mais dans le pire des cas car pour lui «il faut annuler la dette grecque et sans attendre qu'elle gagne la Coupe du Monde». Bruno Leroux député socialiste se fait patriote et souligne le cynisme de la grande distribution qui «n'imagine pas la France gagner, puisqu'ils parient sur la défaite». Quant à Noël Mamère, il n'a pas l'air de très bien suivre l'actualité du football car il se demande si «les malheureux grecs pourront participer à la coupe du monde tellement ils sont mal en point».

[Voir la vidéo et l'article sur Streetpress]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: filet, via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte