Culture

La mafia a son musée

Temps de lecture : 2 min

Mettre la mafia en vitrine? C'est fait. Dans la ville de Salemi, en Sicile, le critique d'art Vittorio Sgarbi a inauguré le premier musée italien sur la mafia, nous apprend le quotidien italien La Stampa.

Le logo est emblématique: une tache de sang de la forme de Sicile, signée par la star de la photographie Oliviero Toscani. Le principe est simple: le spectateur se promène dans dix cabines électorales des années 50, chemin de croix laïc d'une demi-heure, au rythme de trois minutes par cabine. Chacune d'entre elles révèle une facette de Cosa Nostra: des rapports avec la religion à la gestion de l'énergie et de l'eau. Et puis la prison, le rôle de la famille, la politique, l'information, la santé.

La cabine des «massacres» est inspirée de l'arrière boutique d'une boucherie, avec ses briques blanches tachées de sang, et ses crochets. Parce que les mafieux ont longtemps affiché leur attachement à la religion pour bénéficier du soutien populaire, la cabine de la religion, rouge pourpre, regorge de rosaires et de statues de saints. Celle sur le pouvoir, toute en or, a un trône où le spectateur peut s'asseoir et se regarder dans un miroir déformant, ou regarder défiler les visages d'hommes politiques corrompus, comme Vito Ciancimino, premier politicien italien à être condamné pour ses liens avec la mafia et incarcéré en 2001, un an avant sa mort. Et il y a aussi la cabine sur la gestion des ressources hydriques, où une sculpture reproduit, avec un réalisme choquant, un cadavre déshydraté. En référence aux disputes sur le contrôle de l'eau, à l'origine de guerres entre clans mafieux.

Enfin, dans la salle «Palerme bien heureuse», les photographies d'une Palerme en béton, sacrifiée pas les grues, contrastent avec les images de l'architecture fin de siècle et dénoncent l'emprise de la mafia sur la politique urbaine.

[lire l'article sur La Stampa]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Mafia, albertopveiga via Flickr CC License by

Newsletters

Le français envahi par l'anglais? C'est nous qui avons commencé

Le français envahi par l'anglais? C'est nous qui avons commencé

L'Académie française s'insurge régulièrement face à la prétendue omniprésence de l'anglais dans notre langue. Il est bon de rappeler tout ce que l'anglais doit au français.

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

Avec son dispositif visuel inhabituel, le film de Rithy Panh met en scène de manière bouleversante des visions des massacres du XX​e siècle comme questionnement inquiet d'une pulsion de mort de l'espèce humaine tout entière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio