Sciences

Des mille-pattes carnivores peuvent manger des milliers d'oisillons par an

Temps de lecture : 2 min

Découverts sur une île du Pacifique, ces animaux participent en fait de manière efficace à l'écosystème.

Le régime alimentaire de ces mille-pattes est composé à 48% d'animaux vertébrés. | Jeremy Zero via Unsplash
Le régime alimentaire de ces mille-pattes est composé à 48% d'animaux vertébrés. | Jeremy Zero via Unsplash

Une nouvelle étude a révélé que des mille-pattes carnivores géants se trouvant sur une île du Pacifique Sud pouvaient tuer et manger jusqu'à 3.700 poussins d'oiseaux de mer par an, rapporte Science Alert.

Appelés Cormocephalus coynei, ces mille-pattes de Phillip Island, île située à 1.400 km à l'est de l'Australie, sont des bêtes féroces, qui atteignent 30 cm de long et sont équipées d'un puissant venin qu'elles injectent à leurs proies à l'aide de leurs forcipules –les crochets venimeux proches de la bouche– en forme de pinces. Les chercheurs se sont surtout intéressés au régime alimentaire macabre de ces monstres à longues pattes.

Leur étude, publiée dans The American Naturalist, a permis de conclure que les Cormocephalus coynei, en chassant des milliers de poussins pétrels à ailes noires, sont les premiers prédateurs de l'île Phillip. «Dans un certain sens, ils ont pris la place des mammifères prédateurs absents de l'île», écrivent les chercheurs.

Des superprédateurs

Quand la nuit tombe sur l'île, les mille-pattes sortent de leurs repaires pour traquer leurs proies. À l'aide de leurs deux antennes sensibles, ils se frayent un chemin à travers le sol de la forêt, qui leur sert de terrain de chasse. Les pétrels à ailes noires installant leur terrier au niveau du sol, leurs poussins sont les premières cibles des mille-pattes carnivores. Ces derniers leur injectent un poison mortel et les mangent vivants tandis que la paralysie les immobilise.

En les observant chasser et en prélevant des tissus au niveau de leur orifice buccal, les scientifiques ont estimé que les mille-pattes consommaient entre 2.109 et 3.724 poussins par an. Et ce n'est pas tout. Ils ont également été aperçus en train de manger des geckos, des scinques, des grillons et des poissons. Grâce à un modèle de prédiction de régime alimentaire, l'équipe de recherche a découvert que 48% de l'apport alimentaire de ces superprédateurs provenaient d'animaux vertébrés, dont 8% seulement des poussins susmentionnés.

Aussi cruel soit-il, le mille-patte est en fait vital pour l'écosystème de l'île. Grâce à son appétit vorace, il apporte des nutriments de la mer (où les pétrels chassent leur nourriture) sur la terre, ce qui favorise la repousse de la végétation sur l'île. En effet, elle avait été largement détruite lorsqu'en 1788, les humains avaient transformé cette terre en colonie pénitentiaire et avaient introduit des porcs, des chèvres et des lapins qui avaient ravagé la flore. Au début du XXe siècle, ces animaux domestiques commencent à être retirés et dans les années 1980, des efforts de conservation de l'île permettent aux populations d'oiseaux de mer et de mille-pattes de réapparaître. Aujourd'hui, l'écologie de Phillip Island est désormais florissante.

Newsletters

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

La prolifération microbienne toxique a prospéré juste avant la fin du Permien-Trias. On la retrouve aujourd'hui au bord de nos cours d'eau.

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Le mammifère aux pattes palmées est essentiel à l'équilibre de son environnement.

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

La combinaison médicamenteuse fonctionne si bien que l'essai entre en phase 2.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio