Culture

Dans le podcast «Rocktogone», les classiques du rock se livrent un combat auditif impitoyable

Temps de lecture : 2 min

Max Besnard et Stéphane Bouley nous invitent à (re)découvrir des monuments du genre et à élire les meilleurs albums à travers un octogone sans règles.

Un podcast pour réviser ses classiques et l'histoire du rock'n'roll tout en profitant de quelques secondes de musique. | Hector Bermudez via Unsplash
Un podcast pour réviser ses classiques et l'histoire du rock'n'roll tout en profitant de quelques secondes de musique. | Hector Bermudez via Unsplash

Le concept peut paraître simple, il n'en est pas moins efficace. Lancé le 2 janvier 2020, Rocktogone fait s'affronter chaque semaine durant une trentaine de minutes deux albums sortis la même année, entre 1970 et 2020. Au programme: les classiques indémodables du rock –bien évidemment– mais aussi de la pop, du metal, du rock indé, de l'alternatif, du heavy metal, bref, tout ce qui fait un max de bruit.

Après une rapide mise en contexte comprenant une présentation de chaque album, des artistes qui les ont composés et de leur impact sur l'époque, Max Besnard et Stéphane Bouley –deux passionnés avec lesquels on a envie d'aller boire des bières chaudes dans un pub anglais– choisissent chacun un poulain à défendre et se livrent un duel pour élire le grand gagnant. Dans une ambiance décontractée et conviviale, les deux mélomanes exposent leurs meilleurs arguments afin d'attribuer des points selon trois critères de base: la qualité, l'originalité et l'importance historique. À quoi s'ajoute le «bonus GROS SON», qui en réalité n'en est pas vraiment un puisqu'il ne comptabilise pas de points, mais a le mérite de faire plaisir à nos oreilles.

Après un combat acharné où tous les coups sont permis, l'album gagnant voit l'un de ses titres être ajouté à une playlist Spotify et Deezer regroupant tous les grands champions; et il a en plus l'honneur d'intégrer le Hall of Fame –l'équivalent du Panthéon version rock'n'roll, mais moins fermé que l'original.

Passion gros son et baston

On ne se lasse pas d'écouter Rocktogone car la passion qui anime Max Besnard et Stéphane Bouley, l'analyse des différents chefs-d'œuvre, les anecdotes autour de leur conception et les extraits musicaux qui viennent rythmer chaque épisode rendent ce combat auditif aussi instructif que divertissant.

Pendant vingt-quatre minutes, l'historique «Lust for Life» d'Iggy Pop –également connu sous le nom de «pape du punk rock»– est opposé à «Nevermind the Bollocks» des Sex Pistols, tout aussi fameux. La suite offre des joutes parfois surprenantes: Red Hot Chili Peppers face aux Smashing Pumpkins, The Police contre Iron Maiden, Queen versus Pink Floyd, Metallica s'opposant à Slayer, ou encore Queens of the Stone Age... qui s'affrontent eux-mêmes.

Il n'en restera qu'un

Si les cinquante premiers épisodes ne vous suffisent pas, rendez-vous sur Rocktogone Reloaded, toujours avec Max Besnard et Stéphane Bouley. Cette fois-ci, ils s'attaquent aux meilleurs albums précédemment élus dans Rocktogone. Les règles sont les mêmes, c'est-à-dire qu'il n'y en a pas. Seules différences avec la première saison: le rythme de sortie des épisodes, qui est devenu mensuel, et la finalité du combat, menant au prestigieux titre de «Meilleur album de gros son de tous les temps», dont l'élection se tiendra en décembre 2021.

Rockotogne permet de réviser ses classiques et l'histoire du rock'n'roll, tout en profitant de quelques secondes de musique. Une bonne alternative pour celles et ceux qui hésitent entre écouter un morceau ou un podcast sur le trajet pour aller au boulot. Attention toutefois, l'écoute de cette compétition sonore pourrait vous donner envie d'acheter cinquante vinyles et de les jouer à fond jusqu'à l'arrivée de la police pour tapage diurne.

Newsletters

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio