Santé / Monde

La pandémie provoque le plus haut taux de décès dus à l'alcool depuis dix ans en Écosse

Temps de lecture : 2 min

Ceux qui buvaient beaucoup avant 2020 ont été plus susceptibles d'augmenter leur consommation à l'occasion des confinements liés au Covid-19.

Le gouvernement écossais a été le premier au monde à instaurer un prix minimum à l'unité sur l'alcool en mai 2018. | Adam Wilson via Unsplash
Le gouvernement écossais a été le premier au monde à instaurer un prix minimum à l'unité sur l'alcool en mai 2018. | Adam Wilson via Unsplash

Les décès liés à l'alcool ont augmenté de façon spectaculaire en Écosse l'année dernière, affirment les experts en santé publique. Le nombre de morts a en effet bondi de 17% en 2020, pour atteindre le niveau le plus élevé depuis plus d'une décennie, indique The Independent. On a enregistré un total de 1.190 décès, du jamais-vu depuis 2008. Maree Todd, ministre de la Santé publique écossaise (Parti national écossais, indépendantiste), a annoncé que les confinements dus au Covid-19 avaient conduit les personnes consommant beaucoup d'alcool à boire encore plus.

«Bien que la consommation d'alcool en Écosse ait baissé en 2020, les résultats de plusieurs enquêtes montrent que ceux qui buvaient beaucoup avant la pandémie étaient plus susceptibles d'augmenter leur consommation pendant le confinement, a-t-elle expliqué. Nous avons travaillé avec des organisations de lutte contre l'alcoolisme pour que les services reviennent le plus rapidement possible à leur niveau d'avant-Covid.»

Glasgow et les quartiers défavorisés très touchés

Les villes de Glasgow et Inverclyde ont enregistré les plus hauts taux de morts dus à l'alcool, alors que ces deux régions avaient connu la plus forte baisse de cette cause de décès depuis 2004. Selon Sir Ian Gilmore, président de l'Alcohol Health Alliance UK, ces chiffres suivent un «schéma similaire à celui observé ailleurs au Royaume-Uni pendant la pandémie de Covid-19 et démontrent le besoin urgent d'agir sur cette autre crise sanitaire».

«Même si le gouvernement écossais a ouvert la voie avec des politiques innovantes, comme le prix unitaire minimum, il reste beaucoup à faire pour s'attaquer aux dommages causés par l'alcool, notamment en garantissant l'accès à des traitements pour ceux qui en ont besoin, avance-t-il. Ces mesures doivent être soutenues par une réponse urgente du gouvernement britannique, sous la forme de taxes sur les boissons alcoolisées et d'une régulation des publicités à la télévision et en ligne pour protéger les enfants. Des vies en dépendent.»

Le gouvernement écossais a été le premier au monde à instaurer un prix minimum à l'unité sur l'alcool en mai 2018. La même année, il a déclaré que les Écossais avaient acheté assez d'alcool pour qu'un adulte en boive 19 unités par semaine, soit presque 40 bouteilles de vodka, ou environ 100 bouteilles de vin en un an. En moyenne, chaque adulte vivant en Écosse buvait donc 36% d'alcool de plus que la quantité recommandée au Royaume-Uni pour éviter les risques, fixée à 14 unités par semaine.

«L'Écosse a un vrai problème de traitement des addictions, qui n'a fait qu'empirer depuis que le parti indépendantiste est au pouvoir, a dénoncé Annie Wells, porte-parole du Parti conservateur écossais. Ce serait une grave erreur de penser que cette hausse est uniquement due à la pandémie.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le Parti travailliste suggère, par la voix de sa cheffe, Jackie Baillie: «Avec des décès quatre fois plus élevés dans les zones les plus défavorisées, il est évident que des mesures sont nécessaires pour s'attaquer aux causes sous-jacentes de l'abus d'alcool.»

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Selon une récente étude, la réponse à cette question pourrait bien se trouver dans l'ADN.

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Différents scénarios sont envisageables, qu'il importe de tous prendre en compte dès maintenant.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio