Monde

Après s'être lancé le défi de passer des vacances dangereuses, un étudiant reste coincé en Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

«Lord Miles», un jeune homme britannique, raconte son périple à Kaboul sur les réseaux sociaux.

L'étudiant a contacté l'ambassade du Royaume-Uni mais reste sans réponse. | AFP
L'étudiant a contacté l'ambassade du Royaume-Uni mais reste sans réponse. | AFP

Pour des vacances un peu spéciales, Miles Routledge est arrivé à Kaboul ce vendredi 13 août, en provenance de Turquie. Il avait prévu de quitter l'Afghanistan six jours plus tard, le 19 août. Mais au vu de la situation actuelle dans le pays, son voyage ne se passe pas comme il l'avait imaginé, rapporte Newsweek.

Étudiant en physique à l'Université de Loughborough, en Angleterre, Miles Routledge fait beaucoup parler de lui en ce moment. Alors qu'il pensait pouvoir fuir la capitale afghane avant que les talibans ne s'en emparent, le groupe terroriste est parvenu à prendre le contrôle de Kaboul le 15 août et le jeune homme de 22 ans court à présent de grands risques. Sur la plateforme de streaming Twitch, il rassure ses followers quant à sa situation et leur révèle la raison de son départ pour un tel pays.

Le goût du risque

Surnommé «Lord Miles» sur plusieurs réseaux sociaux, Miles Routledge a expliqué qu'il aimait prendre des risques et qu'il souhaitait se rendre dans les destinations les plus dangereuses du monde. «Je me suis dit “quel est le pays le plus fun où je pourrais aller, qui n'est pas ennuyeux et qui serait différent?”, raconte-t-il. Je ne veux pas aller à Londres ou en Espagne. J'ai cherché les dix pays les plus dangereux du monde, puis je me suis servi de ça comme d'une to-do list.»

Pourquoi commencer par Kaboul? Tout simplement parce que l'Afghanistan se trouvait en premier sur la liste. «J'ai envoyé des messages à des gens, regardé des vidéos YouTube et c'était parti. J'ai pensé que tant que le Royaume-Uni et les États-Unis y étaient présents, je ne craignais rien. Je me suis dit que me prélasser en Afghanistan... ça sonnait bien!»

Plus tard dans le stream, «Lord Miles» a assuré qu'il n'avait «aucun regret» quant à ses aventures et continue de tenir au courant ses followers Facebook de son séjour à Kaboul. «J'ai effectivement vu un peu gros, ce qui m'a conduit à cette situation, a-t-il avoué. Je connaissais les risques, c'est un pari que je me suis lancé et qui a mal tourné, malgré ma confiance et mes blagues.»

Désormais, plutôt que de se prélasser, Miles est coincé dans ce cauchemar bien réel. «Je pense que je ne dormirai pas ce soir, j'ai vu trop de morts. Je voulais que ce périple soit une petite action de charité durant laquelle je visite un pays différent du mien, mais maintenant, je suis mentalement effondré.»

D'après Euronews Travel, Miles Routledge est actuellement censé se trouver dans une maison des Nations unies avec cinquante autres ressortissants étrangers. Il dit avoir contacté l'ambassade du Royaume-Uni ainsi que des représentants gouvernementaux mais être toujours sans réponse de leur part. Quant à son université, des responsables ont déclaré: «Nous sommes en contact avec notre étudiant et lui avons offert notre soutien. Nous continuons de suivre la situation de près.»

Newsletters

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Dans de nombreux États américains, les législations visant à interdire la «théorie critique de la race» se multiplient.

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une cérémonie a réuni plus de 3.000 personnes pour lui rendre hommage.

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

En vingt ans, le pays est entré dans la modernité au point d'être invité à la table du G7. Celui qui a rejoint le cercle des moyennes puissances peut s'appuyer sur son économie et sa gestion exemplaire du Covid-19 pour assumer son envie d'autonomie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio