Égalités / Société

Il est plus que temps de se réapproprier le terme de «chatte»

Temps de lecture : 4 min

Cessons de rougir de l'usage de ce mot: éloignons-le plutôt du phallocentrisme en l'adoptant.

Pourquoi avons-nous besoin d'une appellation pour désigner la vulve, le vagin, le clitoris, tout ça à la fois? | Pawel Czerwinski via Unsplash
Pourquoi avons-nous besoin d'une appellation pour désigner la vulve, le vagin, le clitoris, tout ça à la fois? | Pawel Czerwinski via Unsplash

Le terme de «chatte» a longtemps été perturbant pour moi. Je sais bien qu'il est choquant pour la plupart des gens. Il l'a été le jour où j'ai appris que Donald Trump s'était vanté d'agresser régulièrement les femmes en les «attrapant par la chatte».

À l'époque, il se trouve que j'essayais de trouver un nom pour un projet que j'avais alors en chantier –une encyclopédie bilingue anglais et espagnol, gratuite, inclusive, avec des données méticuleusement vérifiées, sur tout ce qui touche le vagin. Plus important encore, mon encyclopédie avait pour but de tout expliquer dans un langage simple et facile à comprendre.

Lorsque la phrase de Trump est devenue virale, j'ai dû entendre le mot chatte des milliers de fois, d'abord par des personnes qui relayaient ses propos, puis par d'autres qui se mobilisaient contre lui. Il y a eu toutes ces pancartes sur la «revanche de la chatte» à la Marche des femmes de 2016. Pour moi, il n'était pas question que Trump puisse s'approprier le mot. Nous en avons tous trop besoin. Mon projet allait finalement devenir pussypedia.net, désormais décliné en livre.

Et Dieu créa le clito

Mais je voudrais aller un peu plus loin, et souligner que la chatte est non seulement utile parce que le mot claque sur la couverture d'un livre, mais aussi comme terme plus large. La chatte n'a pas de définition préalable vraiment officielle, scientifique, et peut donc encore en adopter une. Ce qui fait qu'avec ma collaboratrice, María Conejo, nous proposons cette nouvelle définition: la combinaison du vagin, de la vulve, du clitoris, de l'utérus, de l'urètre, de la vessie, du rectum, de l'anus, et même des testicules (que possèdent certaines personnes intersexes dotées d'une chatte).

Parce que oui, il n'y a pas de mot officiel pour désigner tous ces trucs, dans leur ensemble. Il y a le vagin, qui désigne le canal vaginal, et il y a la vulve, qui désigne les parties que l'on voit à l'extérieur (que l'on appelle aussi couramment vagin). Certains incluent le petit gland du clitoris qui dépasse dans la définition de la vulve, d'autres non. Quoi qu'il en soit, ce petit bout de clitoris n'englobe pas tout le clitoris, ni même la majeure partie de celui-ci. Le clitoris est constitué des mêmes tissus qu'un pénis, il a à peu près la même taille (9 centimètres à l'état flaccide, en moyenne) et il est responsable de nos orgasmes. (J'aimerais vraiment ne pas avoir à comparer le clitoris au pénis pour faire saisir son importance).

La chatte n'a pas de définition préalable vraiment officielle, scientifique, et peut donc encore en adopter une.

La plupart des gens sont choqués, comme vous l'êtes peut-être, d'apprendre que le clito possède cette énorme structure interne, car l'anatomie du clitoris a été historiquement effacée. Nous apprenons le système reproducteur à l'école (parce que dans le patriarcat, la reproduction est la fonction principale d'une personne avec une chatte), et on nous présente des images de l'anatomie de la chatte dans lesquelles le clitoris a disparu. C'est parce qu'il est considéré comme trop profane pour être enseigné aux enfants.

Car vous savez... Dieu interdit aux petits enfants de savoir que leur corps est capable d'éprouver du plaisir. La société imploserait sinon. Quoi qu'il en soit, cet effacement du clito doit cesser. Comme l'a dit Sophia Wallace, instigatrice du mouvement de la clitératie, «la démocratie sans clitératie est une phalloperie».

Question de langue(s)

Pourquoi avons-nous besoin d'un mot pour désigner la vulve, le vagin, le clitoris, tout ça à la fois –en quoi cela peut-il nous aider? Sans un mot qui décrit le système interconnecté de la chatte, il est plus difficile de le conceptualiser. C'est comme si nous avions des mots pour le pied, le tibia, le mollet, le genou et la cuisse, mais pas pour la jambe. Une jambe est un système qui sert à marcher. Une chatte elle aussi est un système. De plus, nous utilisons déjà couramment un mot pour désigner, grosso modo, l'ensemble du système: le vagin, qui, répétons-le, est techniquement incorrect.

Je sais que la langue évolue et change, et que les usages populaires devraient être des substituts acceptables aux définitions officielles. (J'essaie d'exploiter cette réalité). Mais que se passe-t-il lorsque j'essaie de parler spécifiquement du canal interne, et non de toute la région? Le vagin devrait simplement signifier cela.

Une jambe est un système qui sert à marcher. Une chatte elle aussi est un système.

Aussi, je n'aime pas vraiment ce mot, qui vient du mot latin signifiant une gaine, un fourreau, un étui, comme ceux de l'épée. Au sens premier, nous désignons un morceau de chair interne, sensible et merveilleux, comme un «truc qui renferme un pénis». C'est un problème car les vagins n'existent pas pour être des objets au service des pénis; en fait, beaucoup n'ont jamais d'interaction avec. Nous ne devrions vraiment pas appeler vagin tout le système avec autant de désinvolture.

J'ai pleinement adopté le mot chatte. Au cours des cinq années qui se sont écoulées depuis que j'ai commencé à l'utiliser, d'abord sur pussypedia.net et maintenant dans le livre, j'ai appris à aimer sa sonorité. J'ai pratiquement oublié que c'est un gros mot à la base et parfois, quand les gens me demandent ce que je fais et que je commence par «chatte par ci, chatte par là», je vois leur visage rougir –comme peut-être le vôtre, en cet instant? La bonne nouvelle, c'est que l'embarras dure rarement longtemps. Ce qui reste quand il s'estompe, c'est un terme utile.

Newsletters

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

La figure de la femme nocive personnifie certaines des pires angoisses des rédacteurs de la Bible: la trahison, la perte de la virilité et la promotion de l'idolâtrie.

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Dans un enregistrement audio datant de 2018, elle s'agace des trans qui «veulent utiliser les toilettes des femmes».

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Pourquoi l'évolution des places respectives des femmes et des hommes dans la société ne mériterait-elle pas d'être enseignée?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio