Boire & manger / Sciences

Oui, manger bruyamment donne un meilleur goût à la nourriture

Temps de lecture : 2 min

D'après une étude, faire du bruit en mangeant serait en fait bénéfique pour nos papilles.

Le «slurping» est une pratique encouragée dans certaines cultures, et décriée dans d’autres. | Michael Kilcoyne via Unsplash
Le «slurping» est une pratique encouragée dans certaines cultures, et décriée dans d’autres. | Michael Kilcoyne via Unsplash

Faire du bruit en aspirant ses nouilles ou en buvant sa soupe? Impensable et malpoli pour beaucoup d'entre nous. Ce bruit si reconnaissable, auquel les anglophones ont donné un nom, le «slurping», peut heurter la sensibilité de la plupart des Occidentaux. En revanche, pour beaucoup d'Asiatiques, c'est une façon de montrer qu'on apprécie le plat et de complimenter le chef.

Beaucoup insistent également sur le fait que le «slurping» donne un meilleur goût à nos aliments. Si personne ne gagnera jamais le débat sur la définition des bonnes manières de manger à table, la science a choisi son camp, en révélant que manger bruyamment rend vraiment notre nourriture encore meilleure, rapporte Discover Magazine.

«L'étude indique que, d'une certaine manière, manger en faisant du bruit améliore le plaisir de l'expérience», affirme Josef Youssef, fondateur de Kitchen Theory, un studio de design qui crée des expériences culinaires originales. Lui et Charles Spence, de l'université d'Oxford, ont fait goûter à 207 participants occidentaux des soupes de légumes. Pour un premier groupe, la soupe était servie dans des bols, et pour le second, dans des assiettes avec des cuillères. Ils ont demandé aux participants de manger d'abord la soupe normalement, puis de l'aspirer bruyamment, en notant le potage après chaque étape.

Une histoire de sens

L'équipe de recherche a constaté que les participants préféraient la soupe servie dans un bol, et que le «slurping» améliorait le goût. «Les résultats révèlent que la soupe a été évaluée comme ayant une saveur plus intense quand ils l'ont bu en faisant du bruit», ont déclaré les auteurs de l'étude, publiée dans le International Journal of Gastronomy and Food Science.

Cela pourrait être en partie lié au fait que notre appréciation des aliments n'est pas seulement une question de goût: nos cinq sens sont impliqués. Car le goût est un sens limité. Nos papilles sont uniquement capables de percevoir certaines saveurs. Ce que la plupart des gens considèrent comme le goût relève en fait plus souvent de l'odorat, qui «est là pour nous dire à quel point les aliments peuvent être délicieux», explique Josef Youssef, qui s'intéresse à l'intersection entre la nourriture, la psychologie et nos sens, «le côté émotionnel de la nourriture».

La vue et l'ouïe jouent également un rôle important: pensez à l'aspect d'une assiette bien dressée ou au son de vos dents qui croquent une pomme. Le «slurping» peut ainsi améliorer votre expérience culinaire en jouant sur le son des nouilles qui passent à travers vos lèvres. D'autres facteurs peuvent influencer ce phénomène, comme l'air que vous aspirez lorsque vous avalez bruyamment votre soupe en ouvrant grand la bouche: l'oxygène modifie subtilement la saveur des aliments.

Pour Josef Youssef, il faut apprendre à jouer avec sa nourriture pour se familiariser avec l'aspect, l'odeur ou la texture d'un aliment, et manger bruyamment fait partie de ce processus selon lui. «Jouer avec sa nourriture est l'une des choses les plus importantes à encourager chez les enfants», résume-t-il.

Newsletters

Six adresses de bistrots testées par Gilles Pudlowski, un gourmet au palais sûr

Six adresses de bistrots testées par Gilles Pudlowski, un gourmet au palais sûr

Et deux restaurants de qualité, pour une tournée parisienne bistronomique.

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

L'adresse du cossu XVIe arrondissement mise sur la simplicité et la justesse. Et aux fourneaux de l'un des derniers vrais bistrots de Paris, la cheffe Kelly Jolivet revisite les classiques avec doigté.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio