Égalités

En Corée du Sud, les femmes défient les normes sociales en se coupant les cheveux

Temps de lecture : 2 min

Après que la championne olympique An San a été vivement critiquée pour sa coupe de cheveux, une campagne Twitter pour la défendre a été lancée.

L'archère An San, 20 ans, a remporté trois médailles d'or au Jeux olympiques de Tokyo. | Adek Berry / AFP
L'archère An San, 20 ans, a remporté trois médailles d'or au Jeux olympiques de Tokyo. | Adek Berry / AFP

L'archère sud-coréenne An San a beau avoir remporté trois médailles d'or olympiques à Tokyo, elle n'a pas été accueillie par un déluge d'éloges lors de son retour dans son pays d'origine. Au contraire, c'est une pluie de critiques qui l'attendaient à cause de ses cheveux courts, raconte BBC.

Parmi toutes les insultes à son encontre, An a été étiquetée comme «féministe», un terme lourd de sens en Corée du Sud, où il est trop souvent associé au fait de haïr les hommes.

Un acte politique

Dans une publication, on pouvait lire: «C'est bien qu'elle ait obtenu la médaille d'or, mais ses cheveux courts laissent penser qu'elle est féministe. Si c'est le cas, alors je retire mon soutien. Toutes les féministes doivent mourir.» Mais, en même temps que les critiques envers An affluaient, une campagne pour la défendre prenait aussi de l'ampleur. À travers le pays, des milliers de femmes se sont mises à poster des photos d'elles avec leurs cheveux courts, précisant que cela ne les rendait pas moins féminines.

En Corée du Sud, les femmes luttent depuis longtemps contre la discrimination et la misogynie, mais, au cours de la dernière décennie, elles ont fait de grands pas en avant, de la campagne #MeToo du pays à l'abolition de l'interdiction d'avorter. Han Jiyoung est la femme au cœur de la campagne Twitter dédiée aux cheveux courts, qu'elle a créée sous le hashtag #women_shortcut_campaign. Elle a raconté à la BBC avoir été très troublée lorsqu'elle a lu «non pas un ou deux, mais [plusieurs] commentaires misogynes [à propos de An]». Ces antiféministes sont généralement de jeunes hommes, mais incluent aussi des individus plus âgés, et parfois aussi des femmes. «Ce genre d'attaque de masse envoie le message que les hommes peuvent contrôler le corps des femmes et que celles-ci doivent cacher leur identité féministe», commente l'utilisatrice de Twitter.

Mais pourquoi les cheveux courts sont-ils associés avec le fait d'être féministe? Hawon Jung, autrice d'un livre à paraître sur le mouvement #MeToo en Corée du Sud, explique que les deux éléments sont liés depuis le mouvement «Cut the Corset». En 2018, les jeunes femmes sud-coréennes ont défié les idéaux de beauté en se coupant les cheveux et en sortant sans maquillage. «Depuis, les cheveux courts sont devenus un acte politique pour de nombreuses jeunes féministes», conclut Hawon Jung.

L'origine de ces mouvements haineux, largement composés de jeunes hommes, se trouve dans leur croyance que le succès des femmes se fait à leurs dépens. Par exemple, la concurrence pour accéder aux études supérieures en Corée du Sud étant rude, certains hommes estiment qu'ils ont été injustement désavantagés. Mais la réalité est bien différente. Les Sud-Coréennes ne gagnent en moyenne que 63% du salaire de leurs collègues masculins, un des plus grands écarts salarials parmi les pays développés.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cette dernière campagne Twitter va-t-elle engendrer des changements sociétaux? «[Je pense] qu'il y a déjà eu des changements réels au cours des dernières années, estime Hawon Jung. Les femmes essaient de tracer leurs propres voies et défient la pression sociétale.»

Newsletters

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Il y a quatre-vingts ans, 999 jeunes Slovaques qui croyaient partir travailler dans une fabrique de chaussures ont dû construire le futur camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Tout l'héritage laissé par la juge RBG, icône féministe et progressiste, pourrait bien partir en fumée à cause d'une mauvaise décision prise en 2014.

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

«Casey», la décision qui a lentement tué le droit à l'IVG aux États-Unis

Souvent résumée à une réaffirmation de la jurisprudence Roe v. Wade, la décision Planned Parenthood v. Casey de 1992 a considérablement affaibli le droit à l'IVG aux États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio