Égalités / Société

Un couple noir accusé d'avoir kidnappé ses enfants adoptifs blancs

Temps de lecture : 2 min

Jennifer et Harry Moore ont six enfants, dont quatre sont adoptés et trois sont blancs.

Avec des parents noirs et des enfants blancs, la famille Moore est régulièrement victime de préjugés raciaux. | Kindel Media via Pexels
Avec des parents noirs et des enfants blancs, la famille Moore est régulièrement victime de préjugés raciaux. | Kindel Media via Pexels

Un couple noir de Pennsylvanie, qui a adopté des jumeaux blancs, a été accusé d'avoir kidnappé ses propres enfants. Une femme aurait même menacé d'appeler la police quand les deux jeunes garçons se sont mis en colère sur un terrain de jeux, rapporte le New York Post.

Jennifer McDuffie-Moore, 43 ans, et son mari, Harry Moore, 37 ans, ont d'abord recueilli Brayden et Trevor, 3 ans, en tant que famille d'accueil. Ils avaient été séparés à la naissance de leur mère biologique, qui souffrait de toxicomanie. Deux ans plus tard, ils ont officiellement adopté les jumeaux, qui ont rejoint les enfants biologiques du couple, Joy, 21 ans, et Kourtney, 11 ans, ainsi que leurs autres enfants adoptifs, Keenan, 10 ans, et Sanchez, 8 ans.

Jennifer et Harry ont vécu plusieurs épisodes racistes en tant que parents noirs d'enfants blancs. «Il y a un mois, nous étions à l'aire de jeux et les jumeaux ne voulaient pas rentrer à la maison. Une dame nous observait et quand un des jumeaux a piqué une colère, elle m'a dit qu'elle allait appeler la police, raconte Jennifer. J'ai pris les enfants dans mes bras et elle a pensé que je les kidnappais. Un des jumeaux a dit: “Non, c'est ma mère!” Je ne veux pas me justifier, parce que les gens devraient s'occuper de leurs affaires.»

Des épisodes plus intenses au moment des manifestations Black Lives Matter

Les deux parents ont également déclaré avoir été arrêté par la police alors qu'ils étaient au volant de leur minivan. Un policier les a interrogés sur les enfants blancs qui se trouvaient dans le véhicule. «On revenait d'une sortie en famille dans le Delaware et on nous a demandé de nous arrêter, explique Jennifer McDuffie-Moore. On avait nos enfants et deux petites filles blondes qui étaient en famille d'accueil chez nous. La première question que le policier a posée à mon mari, c'était: “À qui sont ces enfants?”»

Le couple affirme que leur première expérience en matière de préjugés raciaux a eu lieu en 2016, quand ils ont adopté Keenan, qui est blanc lui aussi. Mais, selon eux, ces épisodes se sont intensifiés après le meurtre de George Floyd et au plus fort du mouvement Black Lives Matter.

«On voit souvent des adoptions transraciales dans l'autre sens: une famille blanche qui adopte un enfant noir, a déclaré Jennifer. Même en faisant la paperasse, il y a beaucoup de questions sur notre capacité à accueillir des enfants qui sont blancs. Il nous a fallu 2.695 jours pour adopter Keenan, parce que nous sommes noirs.»

«Nous avons des conversations sur la race tout le temps. On en parle chez nous et on sait que tout le monde est différent, il faut le reconnaître, poursuit Jennifer. L'année dernière, nous avons vu tous ces incidents à connotation raciale se produire et nous avons dû en parler à nos enfants.» Aujourd'hui, le couple n'imagine pas sa famille sans les jumeaux. «Ce sont nos fils. Au lieu de regarder notre couleur, les gens devraient comprendre que c'est l'amour qui fait vivre une famille.»

Newsletters

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

La figure de la femme nocive personnifie certaines des pires angoisses des rédacteurs de la Bible: la trahison, la perte de la virilité et la promotion de l'idolâtrie.

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Dans un enregistrement audio datant de 2018, elle s'agace des trans qui «veulent utiliser les toilettes des femmes».

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Pourquoi l'évolution des places respectives des femmes et des hommes dans la société ne mériterait-elle pas d'être enseignée?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio