Égalités / Monde

Une star de Bollywood perd un rôle pour avoir exigé le même salaire que l'acteur masculin

Temps de lecture : 2 min

Deepika Padukone, l'actrice la mieux payée d'Inde, ne peut toujours pas gagner autant que ses homologues masculins, dont son mari.

L'Inde a perdu vingt-huit places dans le Global Gender Gap Index du Forum économique mondial cette année, se classant ainsi 140e sur 156 nations. | Narinder Nanu / AFP
L'Inde a perdu vingt-huit places dans le Global Gender Gap Index du Forum économique mondial cette année, se classant ainsi 140e sur 156 nations. | Narinder Nanu / AFP

L'actrice indienne Deepika Padukone a beaucoup travaillé depuis ses débuts sur grand écran en 2007. Acclamée par la critique, elle a gagné de nombreux prix pour son jeu. Elle est également l'une des rares célébrités de Bollywood à figurer sur la liste des 100 personnes les plus influentes du magazine Time. Malgré tout, l'industrie cinématographique indienne, connue pour ses inégalités salariales, ne lui verserait toujours pas la même somme que ses collègues masculins.

Le tabloïd indien Bollywood Hungama affirme que la jeune femme vient de perdre un rôle très convoité: la production aurait refusé de la payer autant que l'autre acteur principal, Ranveer Singh, qui se trouve être son mari.

«Apparemment, Deepika veut la même rémunération que son mari. Pas un centime de plus, pas un centime de moins», a déclaré une source anonyme. L'actrice était en discussion pour jouer aux côtés de son époux dans un film intitulé Baiju Bawra, réalisé par Sanjay Leela Bhansali, l'un des plus grands réalisateurs de Bollywood, indique Vice.

Un cas loin d'être isolé

Ces récentes allégations surviennent quelques semaines seulement après des rumeurs selon lesquelles une autre actrice de Bollywood, Kareena Kapoor Khan, aurait demandé 1,6 million de dollars pour jouer le rôle principal dans un remake de l'épopée hindoue Ramayana. L'actrice a été critiquée sur les réseaux sociaux pour ce tarif, alors que d'autres stars masculines très populaires sont régulièrement rémunérées à hauteur de ces tarifs.

Deepika Padukone est actuellement la femme la mieux payée de l'histoire du cinéma indien, un titre qu'elle a obtenu après avoir décroché un rôle payé 2,6 millions de dollars, alors que sa co-star masculine s'est vu offrir presque trois fois la même somme (6,7 millions de dollars). D'ailleurs, le titre de l'acteur le mieux payé d'Inde a été remporté cette année par Shah Rukh Khan, pour un rôle à 13,4 millions de dollars.

En 2019, Deepika Padukone s'était exprimée sur le fait de refuser un rôle qui ne la payait pas autant que son collègue. «Je ne pense pas que je serais capable de vivre avec l'idée que, malgré le même type de contribution créative de ma co-star masculine, je sois sous-payée», a-t-elle déclaré à The Indian Express.

L'écart de rémunération entre les sexes est un problème profondément ancré dans de nombreuses industries. En Inde, le patriarcat et les décennies de films traitant les femmes comme des objets ont conduit Bollywood à sous-payer les actrices.

L'argument souvent avancé en faveur de ces inégalités est que les films où le rôle principal est un homme auraient tendance à obtenir de meilleurs résultats au box-office, et donc que les acteurs masculins devraient être mieux rémunérés. De manière globale, l'Inde a perdu vingt-huit places dans le Global Gender Gap Index du Forum économique mondial cette année, se classant ainsi 140e sur 156 nations.

Newsletters

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

De Dalila à la reine de Saba, ce que les femmes dangereuses de la Bible nous disent des craintes des hommes

La figure de la femme nocive personnifie certaines des pires angoisses des rédacteurs de la Bible: la trahison, la perte de la virilité et la promotion de l'idolâtrie.

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Dans un enregistrement audio datant de 2018, elle s'agace des trans qui «veulent utiliser les toilettes des femmes».

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Le grand complot des livres d'histoire contre les femmes

Pourquoi l'évolution des places respectives des femmes et des hommes dans la société ne mériterait-elle pas d'être enseignée?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio