Société

Le boom de la location temporaire de piscines

Temps de lecture : 2 min

Les rooftops, arrière-cours et autres jardins bien cachés rencontrent aussi un franc succès.

Petit nageur. | Guillermo Diaz Mier y Terán via Unsplash
Petit nageur. | Guillermo Diaz Mier y Terán via Unsplash

Pour le New York Times, la journaliste Ronda Kaysen s'est intéressée à ce nouveau type de location de plus en plus prisé: les propriétaires ne se contentent plus de mettre à disposition un logement entier ou une chambre, mais proposent désormais quelques heures au bord de leur piscine, sur leur rooftop ou dans leur jardin sans vis-à-vis.

Ce marché est en train de prendre une ampleur folle, tant les gens qui en ont les moyens semblent éprouver le besoin de s'échapper de leur quotidien pour au moins quelques heures. C'est sans doute l'un des effets des confinements successifs et des restrictions dues à la situation sanitaire actuelle: si voyager semble parfois compliqué, il semble nécessaire d'aller se ressourcer devant d'autres paysages que le mur de son bureau ou le plafond de sa chambre à coucher.

Louer une piscine privative, c'est s'assurer ou assurer à sa famille un moment de calme et de sérénité, dans un décor souvent idyllique, avec la possibilité de laisser de côté la plupart des règles liées au Covid-19. Tout cela a un prix: entre autres exemples, la journaliste cite celui de cette juriste de 52 ans qui loue l'accès à sa piscine au tarif horaire de 75 dollars (environ 64 €) pour un maximum de cinq personnes, la présence de chaque personne supplémentaire étant facturée à 10 dollars (8,50 €). D'autres n'ont aucun problème à proposer des tarifs encore plus élevés.

Sur le site Peerspace, consacré à ce genre de bien, le nombre de recherches a augmenté de 550% entre juin 2019 et juin 2021 (et de 360% depuis juin 2020). En 2019, le site avait enregistré 36.981 réservations... et en est déjà à plus de 61.000 pour ce seul été 2021. Une explosion absolue pour cette entreprise qui propose également des courts de tennis, des terrains de basketball et des gymnases privatisés.

Un marché pas sans conséquences

Pour gagner beaucoup d'argent à tout prix, certain·es propriétaires semblent prêt·es à tout, comme cet homme qui passe des week-ends entiers enfermés dans sa chambre avec sa jeune fille pendant que ses locataires éphémères profitent de sa piscine. Il en profite d'ailleurs pour jouer les espions et comptabiliser scrupuleusement le nombre de personnes présentes afin de vérifier qu'il n'est pas lésé.

Si certains soucis évoqués sont clairement des problèmes de riches, la journaliste soulève cependant un lièvre: parce que les lieux loués le sont souvent à des fins festives, les invité·es s'y sentent tellement à leur aise que certaines règles de vie finissent rapidement par être bafouées. Musique trop bruyante, voitures garées en double file, parterres piétinés: le voisinage ne voit pas d'un bon œil ce nouveau genre de location.

Il se pourrait bien que pour des questions d'incivilités et surtout de gros sous, certains États américains ne tardent pas à légiférer afin d'empêcher que les propriétaires puissent louer une partie de leur domicile à leur guise. D'autant que les compagnies d'assurances sont très loin d'accueillir avec bienveillance ces locations d'un nouvel ordre.

Newsletters

Jouer collectif

Jouer collectif

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Ça a l'air tellement bon.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio