Sports

Pourquoi autant de records ont été battus aux J.O. de Tokyo

Temps de lecture : 2 min

Ce n'est pas uniquement dû à l'incroyable préparation des athlètes.

Le Norvégien Karsten Warholm, auteur d'un stupéfiant record du monde du 400 mètres haies masculin. | Jewel Samad / AFP
Le Norvégien Karsten Warholm, auteur d'un stupéfiant record du monde du 400 mètres haies masculin. | Jewel Samad / AFP

Cet été à Tokyo, les pistes d'athlétisme ont tremblé. La Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah, qui a conservé à Tokyo les titres olympiques du 100 et du 200 mètres déjà acquis à Rio, est devenue la sprinteuse la plus rapide du monde, si l'on met de côté les troublants records établis par Florence Griffith-Joyner. Établis à la fin des années 1980, les chronos établis par la coureuse américaine ont toujours été entachés par des soupçons de dopage, renforcés par la mort prématurée de FGJ en 1998, à l'âge de 39 ans.

Du côté du 400 mètres haies, les deux records du monde ont été battus. Chez les femmes, l'Américaine Sydney McLaughlin a réalisé un temps de 51 secondes et 46 centièmes. Chez les hommes, le Norvégien a couru en 45 secondes et 94 centièmes, faisant mieux que son propre record établi à Oslo en juillet, qui lui avait permis d'effacer le chrono réalisé par Kevin Young en 1992.

Sur ce sujet, NewScientist a donné la parole à Laura Healey, responsable du pôle innovation de Puma. Elle explique que ces temps démentiels peuvent être dus en partie aux hautes technologies qui se glissent dans les pointes des athlètes (au cas où l'athlétisme ne soit pas votre truc, ce mot désigne les chaussures portées sur la piste).

La technologie employée pour donner aux pointes la meilleure accroche possible sur la piste se rapproche de plus en plus de celle déjà utilisée depuis quelques années dans les chaussures des marathoniens et marathoniennes. Depuis 2017 et la Nike Vaporfly 4%, les coureurs et coureuses de fond réalisent des économies d'énergie non négligeables grâce à leurs pointes. Dans le cas de la chaussure Nike, l'économie était de 4% par rapport aux athlètes portant des chaussures classiques. Comme son nom l'indique.

Ces «super pointes» utilisent la fibre de carbone pour trouver le meilleur alliage entre douceur et solitidité, afin d'accrocher la piste de façon optimale tout en fournissant le meilleur rebond possible. Laura Healey explique que l'apport de ces nouvelles pointes est difficile à quantifier, mais qu'il est indéniable.

L'un des objectifs des concepteurs de pointes est de limiter la quantité d'énergie absorbée par la mousse située dans la semelle. Dans le cas des modèles utilisés par les athlètes des Jeux olympiques de Tokyo, la mousse restitue 80 à 90% de l'énergie insufflée par les coureurs et coureuses, la partie absorbée étant de plus en plus limitée à peau de chagrin.

Mais toute médaille possède un revers: en réduisant la quantité d'énergie perdue au moment de la flexion des orteils, les pointes exigent une plus grande résistance de la part des chevilles des athlètes, qui sont donc mises à rude épreuve. Doit-on s'attendre à une augmentation des problèmes de cheville chez les champions et championnes de demain?

Piste optimale

La piste du stade de Tokyo peut également être mise en cause dans l'établissement de nouveaux records olympiques ou mondiaux. Elle est le fruit d'un travail de recherche qui a duré trois années. L'entreprise Mondo, qui l'a conçue, a justement travaillé sur l'absorption des chocs et la restitution d'énergie, lui permettant de jouer un rôle similaire à celui des «super pointes».

Théoriquement, une piste comme celle de Tokyo pourrait permettre d'améliorer les résultats d'environ 2,9% par rapport à une piste ordinaire, d'après une étude réalisée récemment. En réalité, la progression apportée par la piste du Stade national de Tokyo est sans doute plus proche des 2%, ce qui est déjà gigantesque.

Malgré la chaleur et l'humidité évoquées depuis le début des J.O., les athlètes auront donc réussi à se dépasser et à tirer profit des cinq années de préparation écoulées depuis les derniers Jeux olympiques. Mais le matériel utilisé n'est clairement pas étranger à leurs résultats faramineux.

Newsletters

Ciryl Gane, le «Bon Gamin» en passe de faire exploser le MMA en France

Ciryl Gane, le «Bon Gamin» en passe de faire exploser le MMA en France

Combattant français des arts martiaux mixtes, ce champion invaincu, intelligent et posé a découvert sa première cage il y a seulement trois ans. Fait inédit, son prochain combat pour le titre mondial UFC poids lourds pourrait avoir lieu dans l'Hexagone.

Un bus autonome Toyota renverse un athlète paralympique malvoyant

Un bus autonome Toyota renverse un athlète paralympique malvoyant

Le judoka japonais Aramitsu Kitazono a été percuté par le véhicule alors qu'il traversait un passage piéton dans le Village paralympique de Tokyo.

Les événements en Afghanistan privent les athlètes de Jeux paralympiques

Les événements en Afghanistan privent les athlètes de Jeux paralympiques

Zakia Khudadadi, en taekwondo, et Hossain Rasouli, en athlétisme, devaient atterrir à Tokyo le 17 août.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio