Société

Et si la France qui se vaccine manifestait à son tour?

Temps de lecture : 2 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] À force de parler de la France qui manifeste, on en oublie celle –archi-majoritaire– qui se vaccine. Il serait peut-être temps de changer le rapport de force, non?

La France silencieuse doit cesser de l'être. | Nicolas Alejendro via Flickr
La France silencieuse doit cesser de l'être. | Nicolas Alejendro via Flickr

À n'en pas douter, demain sera un jour de forte mobilisation contre le pass sanitaire. Défilera dans les rues de l'Hexagone tout un agglomérat d'individus venus crier leur colère de vivre dans un pays devenu à leurs yeux une dictature. Chacun ira de sa petite musique. Quand certains réaffirmeront leur refus de la vaccination, d'autres s'alerteront de la confiscation des libertés publiques. Les plus effrontés invoqueront l'esprit de résistance et n'hésiteront pas à se réclamer de l'héritage de Jean Moulin, en appelant à la grandeur de la France et à son sursaut. On y chantera, on y dansera, on y cassera et à la fin de la journée, on rentrera chez soi, assurés cette fois d'avoir marqué les esprits.

Mais quelle que soit la manière prise pour les comptabiliser, ces joyeux drilles représenteront un infime pourcentage de la population française. Une goutte d'eau si scrupuleusement étudiée par les chaînes d'information en continu qu'elle donnera l'impression à certains de ressembler à une averse torrentielle. Ce sera un succès manifeste des anti-vaccins et autres aimables complotistes dont on nous montrera en boucle les images, ces avenues et places noires de monde où, entre pancartes révolutionnaires et drapeaux tricolores, on distinguera ici et là quelques douteuses références à la Seconde Guerre mondiale.

Et puis dimanche viendra. Lundi aussi. Rien n'aura changé. Tout ce que la France compte d'aigris, de souverainistes, d'identitaires, d'extrêmes de tout bord, continuera à fanfaronner sur leurs réseaux sociaux quand la très grande majorité de la population française en sera, du moins pour les plus chanceux, à bronzer sur les plages du littoral ou à vagabonder en montagne. Pourtant à n'en pas douter, on continuera à nous entretenir des manifestants du week-end passé comme si ces derniers représentaient un mouvement d'envergure, une force agissante avec laquelle il faudra compter.

Une goutte d'eau si scrupuleusement étudiée par les chaînes d'information en continu qu'elle donnera l'impression à certains de ressembler à une averse torrentielle.

Évidemment, ce ne sera là que chimères et effets en trompe-l'œil. Quand bien même seraient-ils un million qu'ils continueraient à ne représenter qu'eux-mêmes, à savoir un mélange hétéroclite de personnes fort excitées souffrant toutes d'un rapport très compliqué à la réalité du monde d'aujourd'hui. Un échantillon représentatif de tout ce que ce pays compte de désillusionnés et autres inadaptés, âmes simplettes ou excessivement tourmentées dont l'absorption en continu de nouvelles fantaisistes les transforme en grands pontes de la science médicale, tout à fait capables de remettre en question des concepts auxquels ils ne comprennent goutte.

Ce sera la France des Bidochon et de Bigard, de tous ces Philippot de comptoir qui s'imaginent des destins de révolutionnaires là où ils ne sont que des répliques des miliciens d'autrefois, quand au nom de la France éternelle mais néanmoins collaborationniste, il s'agissait de traquer juifs, métèques et résistants pour les remettre à la force occupante. Auxquels se mêleront quelques justiciers des libertés individuelles, de ces esprits exaltés qui cherchent sans cesse la confrontation avec l'État républicain, persuadés qu'ils sont de vivre sous le joug d'un régime hautement autoritaire, si autoritaire d'ailleurs que personne ne les empêche de battre le pavé voire même de s'en servir pour juger de la nervosité des forces de l'ordre.

Et ce petit jeu durera des semaines et des semaines. Samedi après samedi, on rejouera à l'infini cette farce sordide. À la longue, on ne saura même plus l'objet de leurs revendications tant elles apparaîtront comme disparates voire contradictoires –de la révocation du président de la République à l'affirmation de bien vouloir recevoir une dose de vaccin si ce dernier exhalait le génie cocardier d'un laboratoire installé sur le territoire national.

Pendant ce temps-là, les Français continueront de se faire vacciner par millions.

Oui, par millions.

De quoi se demander si l'heure n'est pas venue d'établir un nouveau rapport de force plus fidèle aux réalités du terrain.

Ou autrement dit, la France silencieuse doit cesser de l'être.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

Jouer collectif

Jouer collectif

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Ça a l'air tellement bon.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio