EconomieMonde

BP et Facebook, même combat?

Slate.fr, mis à jour le 14.05.2010 à 19 h 23

De prime abord, la comparaison paraît au mieux spécieuse, au pire déplacée. Pourtant, dans une tribune pour le Huffington Post, le journaliste John McQuaid, prix Pulitzer de son état, ose dresser le parallèle entre le géant pétrolier et le réseau social.

Au rayon des points communs, les deux entreprises ont dû faire face ces deux dernières semaines à une actualité qui ne joue pas vraiment en leur faveur. Tandis que BP tente de minimiser sa responsabilité dans la marée noire du Golfe du Mexique, la start-up de Mark Zuckerberg doit affronter les critiques d'internautes mécontents, qui s'en prennent à une politique de confidentialité pour le moins débridée.

D'emblée, McQuaid reconnaît qu'il faut faire le distinguo entre «le réel et le virtuel». Mais il pense aussi que les deux compagnies «relèvent du même problème»:

Facebook et BP opèrent dans des environnements dignes du Far West, avec une surveillance minimale, à mener des actions que la société juge d'une importance capitale - au regard de la demande pour leurs produits ou leurs services. BP est à la recherche d'une substance rare et extrêmement importante dans une région impitoyable et isolée. Facebook a visiblement converti la moitié de l'humanité aux réseaux sociaux - définissant les contours de l'expérience-type du XXIe siècle [...] Le problème, c'est que le Far West n'existe plus.

Aux yeux du journaliste primé, les deux entreprises partagent un goût prononcé pour l'exploitation à n'importe quel prix. Là où British Petroleum ne maîtrise pas des outils techniques particulièrement complexes, Mark Zuckerberg laisse planer le doute quant à la politique qu'il mène à travers Facebook. «Le gouvernement fédéral est incapable de superviser leur action, regrette-t-il encore [...] Le forage pétrolier est géographiquement éloigné, et les réseaux sociaux délimitent une nouvelle frontière.» Dans ce nouvel écosystème où le dumping est protéiforme, l'éditorialiste du Huffington Post constate l'inanité d'une régulation, et espère seulement que «Facebook ne va pas (nous) exploser à la figure».

[Lire l'article sur le Huffington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à à infos @ slate.fr

Photo de une: REUTERS / Rick Wilking

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte