Culture

Neuf autrices, neuf romans, neuf extraits de la rentrée littéraire 2021

Temps de lecture : 18 min

Parmi les 521 romans de cette rentrée, ceux-ci parviennent à se distinguer haut la main.

Dans cette pléthore de romans, neuf qui valent vraiment le détour. | CHUTTERSNAP via Unsplash
Dans cette pléthore de romans, neuf qui valent vraiment le détour. | CHUTTERSNAP via Unsplash

«Dans la maison rêvée», mille styles pour une emprise

Les mots qui vont suivre sont soigneusement pesés: Carmen Maria Machado est l'une des plus grandes écrivaines en activité. Son corps et autres célébrations, ahurissant recueil de nouvelles, donnait déjà envie de créer l'adjectif «machadien» tout comme on parle d'univers lynchiens. Deux ans après la parution de ce monument, l'autrice américaine enfonce le clou avec Dans la maison rêvée, son premier roman, qu'on peut résumer comme une plongée au sein d'un couple lesbien où s'installent les violences conjugales.

Un résumé à la fois fidèle et réducteur, tant le livre est loin de se présenter comme un témoignage platement factuel. Machado saucissonne son récit en une multiplicité de courts chapitres (la plupart ne dépassent pas les deux pages) qui apparaissent comme autant de facettes d'une même histoire d'emprise. Les titres des chapitres («La Maison rêvée à la manière de Mon beau-père et moi», «La Maison rêvée à la manière d'un livre dont vous êtes le héros», «La Maison rêvée à la manière d'un classique lesbien culte»...) annoncent à chaque fois la couleur, puisque la forme diffère dans chacun d'entre eux.

Dans la maison rêvée n'a cependant rien d'un exercice de style un peu vain qui prendrait le pas sur son propos: même lorsqu'elle pousse par exemple l'expérience jusqu'à transformer son roman en Livre dont vous êtes le héros, Carmen Maria Machado ne se détourne pas de son sujet. Les ressorts de cette relation abusive sont décortiqués avec une précision qui sidère (le style est vraiment dingue) autant qu'elle accable (la violence psychologique est terrible). Immense bouquin.


Carmen Maria Machado. | Tom Storm Photography

Extrait:
Un jour, elle te demande: Qui est au courant pour nous deux? Ça devient une rengaine. C'est étrange, car pour les générations précédentes cela aurait pu vouloir dire tant de choses. Qui sait que nous sommes ensemble? Qui sait que nous sommes amantes? Qui sait que nous sommes gays? Mais quand elle te pose la question, le sous-entendu est affreux, dénué de toute noblesse, de tout romantisme: Qui sait que je te crie dessus? Qui est au courant de l'incident à Noël?
Elle ne l'exprime jamais ainsi, évidemment; elle veut seulement savoir à qui tu parles, qui elle devrait éviter, à qui il ne sert à rien de faire l'effort de plaire. N'importe quelle réponse la met dans une colère noire. Quand tu lui dis: «Personne», elle te traite de menteuse. Quand tu lui dis: «Juste mes colocs», ses yeux rétrécissent et deviennent durs comme du silex.

Dans la maison rêvée

de Carmen Maria Machado (traduit par Hélène Cohen)

Christian Bourgois éditeur

384 pages

22,50 euros

Parution le 2 septembre


«Artifices», Banksy est une femme

Dans Rien n'est noir, son roman précédent, Claire Berest s'était interessée à la vie de Frida Kahlo, arpentant ses questionnements artistiques et sa grande histoire avec le peintre Diego Rivera. C'est à nouveau autour d'une artiste torturée que se construit Artifices. L'autrice y imagine un monde de l'art contemporain aussi surexcité que chamboulé par les installations d'une dénommée Mila, qui fait énormément parler mais dont personne ne semble connaître la véritable identité.

À travers Abel Bac, un personnage fascinant de flic asocial, obsédé par la centaine d'orchidées qui remplissent son domicile, l'autrice met en place un suspense haletant, mais qui ne prend jamais le pas sur son envie de raconter la façon dont un passé traumatisant peut marquer des êtres humains au fer rouge. Car si Artifices est frénétique comme un thriller, il est avant tout pétri de meurtrissures.

Ce qui rend les livres de Claire Berest si appétissants, c'est la manière qu'a l'écrivaine de rentrer dans le lard de ses protagonistes, de les faire accoucher de leurs contradictions les plus perturbantes et de leurs secrets les plus dingues. Abel et Mila ne sont d'ailleurs pas les seuls personnages de cette œuvre qui se déploie avec force en dépassant allègrement le stade du double portrait.


Claire Berest. | Astrid di Crollalanza

Extrait:
Pour venir à Londres deux ans plus tôt, elle avait dû quitter Lisbonne, déchirement. Les marches toniques pour aller au bas de la ville lui avaient manqué, le train qui serpente le long de la côte, Cascais et Belém, ses nages dans l'eau portugaise toujours fraîche et exaltante, sa Lisboa où l'amour est forcément dramatique, les plafonds déglingués et la nuit sans silence. Partir. Casser le sablier des quelques habitudes. Le même manège à l'envers. Quand elle avait déménagé à Londres, elle travaillait alors sur sa série des Martyrs. Elle accrochait aux monuments des effigies de martyrs célèbres, pendus comme à des gibets. Elle avait commencé avec des martyrs chrétiens: saint Sébastien couvert de flèches, saint Georges tenant sa tête décapitée, sainte Blandine...

Artifices

de Claire Berest

Stock

308 pages

21,50 euros

Parution le 25 août

«Grande Couronne», à l'arrière des berlines

Années 1990, dans une ville non identifiée de la banlieue parisienne. L'héroïne teen de Grande Couronne envie celles qui, parmi ses camarades, peuvent s'offrir biscuits non discount et sacs à main de marque. Sans réellement prendre la mesure de sa décision, elle accepte d'intégrer un réseau dans lequel des filles de son âge s'occupent des «zguègues» de clients venus s'offrir leur premier frisson sexuel.

Une étape parmi d'autres pour un roman d'apprentissage qui parvient souvent à rendre le sordide hilarant. La langue fleurie et imaginative de Salomé Kiner lui permet de tirer le meilleur de l'adolescence de ses personnages, celle-ci étant brillamment ramenée à sa plus simple expression: c'est l'exact croisement entre une enfance encore teintée d'innocence et un âge adulte aussi glauque que désabusé.

Francilienne installée en Suisse, Salomé Kiner signe des débuts de romancière fracassants: Grande Couronne est l'un des romans les plus féroces et ciselés de cette rentrée littéraire. Susceptible de fédérer plusieurs générations de spectatrices (et de spectateurs), atteignant une certaine forme d'universalité malgré son décor banlieusard, il pourrait sans nul doute devenir un film magistral si son adaptation était par exemple confiée à Rebecca Zlotowski.


Salomé Kiner. | Marie Taillefer

Extrait:
Quatorze heures huit. La sueur perlait sur les tempes de Damien. Il était roux, les cheveux très épais, presque crépus, taillés en brosse.
– Moi c'est la première fois, j'avoue je sais pas trop quoi faire.
Des taches de rousseur parsemaient son visage, rampaient dans son cuir chevelu. Il avait l'expression d'un enfant.
– T'inquiète pas, c'est facile, faut juste que tu sortes... la... ta...
J'ai fait un signe vers sa braguette. Damien s'est débattu quelques secondes avec la ceinture de son jean et s'est déboutonné d'une main tremblante. Une forme enflait sous son boxer.
– Attends deux secondes.
Il a caché la bosse dans son poing, soufflé deux fois, tiré sur le boxer pour le décoller de sa peau. J'ai vu des poils roux. Quatorze heures douze d'après le tableau de bord.
– Attends deux secondes.
– Pardon.
J'ai regardé ailleurs. Il a poussé un râle.
– Putain. Désolé.
Il avait la main pleine de glaires. Je ne savais pas quoi faire.
– Tu veux que je la touche?
Il a dit Nan, désolé, je suis trop nul, je suis dégoûté.
Il a renversé la tête en arrière, comme Miguel aux Orangers, et il a encore soupiré en remontant son sous-vêtement. J'ai cru comprendre qu'on en resterait là. Il m'a demandé les mouchoirs qui étaient dans la boîte à gants, je lui ai tendu un paquet, c'était des Marque Repère, ma mère achetait les mêmes, ils me râpaient le nez. J'ai pensé qu'avec mon prochain billet bleu, j'achèterai des Kleenex menthol, comme ceux que Kat Linh respirait quand les profs puaient de la gueule.

Grande Couronne

de Salomé Kiner

Christian Bourgois éditeur

288 pages

18,50 euros

Parution le 19 août


«L'Intrusive», la science des rêves

Il y a quelque chose d'éminemment cinématographique dans le roman de Claudine Dumont. Une tristesse accablante et une noirceur épaisse qui siéraient mieux que bien à Claire Denis. L'écrivaine québécoise a une façon désarmante de mêler l'intime et le métaphysique. L'Intrusive est une aventure intérieure qui tient en haleine.

Au cœur du roman (le troisième de son autrice après notamment Anabiose, traduit en plusieurs langues), la quête de Camille, alias Mac: l'héroïne, qui ne dort plus depuis des semaines, a vu le manque de sommeil la pousser à commettre un acte inattendu de sa part. Sommée de consulter Gabriel, un spécialiste du sommeil et des rêves qui vit en ermite, elle va se frotter à sa personnalité rugueuse... et découvrir son incroyable machine à décrypter les rêves.

Comme Claire Berest dans Artifices, Claudine Dumont signe un roman de genre au suspense insoutenable, mais dont l'issue n'a rien d'une fin en soi. Au cœur de L'Intrusive, il y a aussi surtout le double portrait de Mac et de Gabriel, et la façon dont ces deux bêtes sauvages vont tenter de s'apprivoiser. Un page-turner d'une grande qualité esthétique.


Claudine Dumont. | Claudine Dumont

Extrait:
Je devrais manger. Je sais que je devrais manger, mais je n'ai pas faim. Je fais bouillir l'eau, prépare l'infusion et me permets un peu de miel dans la camomille. Je retourne au salon avec ma tasse pour voir où en est rendu le soleil, juste au cas où il aurait essayé quelque chose de différent aujourd'hui. Il reste une lumière indécise entre les arbres, mais c'est tout. La nuit s'installe. Une autre nuit où je ne dormirai pas. Dire qu'avant, il me manquait de temps. Je travaillais, je m'occupais de tout et je n'avais plus de temps pour rien. Maintenant, les heures s'empilent, inutiles, parce que même si j'ai le temps, je n'ai plus l'envie. Je n'ai plus la force. Je ne peux rien entreprendre. Je peux seulement attendre. Regarder les minutes passer et souhaiter que quelque chose change, même si cela ne se produit pas. La nausée qui me tord l'estomac me prend par surprise. La tasse glisse de mes doigts et éclate contre le rebord de la fenêtre. la tisane explose sur toutes les surfaces avoisinantes, incluant mes cuisses et mon tricot blanc. Je regarde le liquide traverser mon pantalon. Je n'ai pas le temps de réagir à la sensation de chaleur, de brûlure, une autre contraction soulève mon estomac. Je veux empêcher ce qui veut remonter de franchir mes lèvres, mais rien ne vient, sauf une douleur aiguë qui me fait tomber à genoux dans les tessons, les mains dans le reste de tisane. Mes muscles se contractent, mais je ne vomis rien, même pas le liquide que je viens de boire, des efforts inutiles pour vomir quelque chose qui ne sort pas. Pour vomir du rien. Un autre effort. Pour vomir du vide. Je suis en sueur, tout mon corps travaille pour rendre quelque chose que je n'ai pas mangé. Je gémis. Le son est inhumain et résonne dans ma tête. Les larmes sur mes joues, la bave sur mon menton, une chaleur fiévreuse s'étend sous ma peau, puis se retire aussi vite, créant un froid humide, puis une sueur glacée.

L'Intrusive

de Claudine Dumont

Le Mot et le Reste

378 pages

24 euros

Parution le 19 août

«Memorial Drive», violent comme un homme

En 1985, la mère de Natasha Trethewey, prix Pulitzer de poésie en 2007, est morte assassinée par son deuxième mari. L'autrice raconte son enfance de jeune fille métisse (sa mère était noire et son père blanc), l'éloignement progressif de ses parents, puis la rencontre avec ce vétéran du Vietnam autoritaire et effrayant, qu'elle surnomme rapidement «Big Joe».

Écrit à la deuxième personne du singulier (l'emploi du «tu» lui permet de se raconter à elle-même), Memorial Drive raconte d'abord le racisme et le poids des cicatrices parentales, puis l'irruption de la violence dans le quotidien de Natasha et de sa mère, Gwendolyn Grimmette. Les enfants se rendent-ils compte que des violences conjugales se produisent sous leur toit? Oui, raconte l'écrivaine, même si la date de la première prise de conscience est sans doute loin de correspondre à la date des premières violences.

Lorsqu'il devient clair que Big Joe ne relâchera pas son emprise sur Gwendolyn et que cette dernière risque la mort s'il n'est pas totalement mis hors d'état de nuire, Memorial Drive devient littéralement révoltant. Ni la justice ni la police ne semblent pouvoir protéger durablement cette femme qui se sait en sursis. La retranscription intégrale des dernières conversations téléphoniques entre Big Joe et elle rend les violences masculines encore plus palpables. Être disposé à tuer plutôt que de laisser s'échapper celle qu'on dit aimer: c'est l'ahurissante logique des auteurs de féminicides.


Natasha Trethewey. | Matt Valentine

Extrait:
Mais ce jour-là, je suis trop excitée pour attendre que ma mère soit seule alors je leur déballe tout à peine sommes-nous assis. Non seulement j'ai été promue rédactrice en chef du journal, mais de plus, grâce à une nouvelle que j'ai écrite, on m'a proposé de rejoindre la Plume et le Parchemin, le club qui publie la revue littéraire de l'école. Je lis la joie sur le visage de ma mère. Elle me sourit et je suis come une jonquille tournée vers le soleil. Je leur raconte combien j'adore l'anthologie de nouvelles qui nous sert de manuel en cours d'anglais, que «A et P» de John Updike est ma préférée pour l'instant, que je prévois d'écrire une autre nouvelle pour le prochain numéro de la revue. «Je vais devenir écrivaine» dis-je.
«Tu feras rien de tout ça», déclare Joel en haussant les épaules. Il ne lève pas les yeux de son assiette en prononçant ces mots. Ma mère est assise à ma droite et je la vois du coin de l'œil, une ride profonde entre ses sourcils, sa mâchoire tellement contractée qu'elle semble parler la bouche fermée. «Elle. Fera. TOUT. Ce. Qu'elle. Veut.»
Je suis abasourdie, la tête baissée vers ma propre assiette, effrayée de la regarder ou de provoquer Joel en croisant son regard de l'autre côté de la table. Elle a tenu sa langue pendant des années, m'encourageant surtout en privé pour éviter la colère jalouse de son mari. Cet instant est différent des autres et j'en connais le coût.
Il va la battre ce soir, me dis-je, le ton –y compris en mon for intérieur– résigné et neutre.

Memorial Drive

de Natasha Trethewey (traduit par Céline Leroy)

Éditions de l'Olivier

224 pages

21,50 euros

Parution le 19 août

«Traverser la foule», un deuil pas obséquieux

Début décembre 2017, alors qu'elle rentrait les bras chargés de cadeaux de Noël pour ses deux petites filles, Dorothée Caratini a trouvé son compagnon pendu dans la salle à manger familiale. C'est par cette découverte macabre et glaçante que démarre Traverser la foule, qui compose par petites touches la description d'un deuil fait d'accablement, de colère, et d'un milliard d'autres sentiments.

Mis en lumière par Titiou Lecoq dans sa newsletter, les billets signés par l'autrice sur son blog (actuellement indisponible) parvenaient à être aussi drôles que déchirants, ciselés sans être poseurs. Traverser la foule, qui transforme une partie du matériau bloguesque en un récit autobiographique homogène et cohérent, est à cette image: Dorothée Caratini y dynamite le stéréotype de la veuve digne et admirable qui ne souffre ni trop ni pas assez (car il ne faudrait pas mettre les gens mal à l'aise).

Cette traversée à l'écriture emballante est un petit miracle, qui ne se réfugie jamais derrière ses effets de style (qu'il s'agisse de listes à effet cumulatif ou d'un flashforward particulièrement bien senti). L'écrivaine porte un regard singulier sur le monde qui l'entoure, le rapport à la mort, les possibilités de reconstruction, la meilleure façon d'élever ses deux filles (A., aveugle de naissance, et sa petite sœur S.). Il est possible qu'on en sorte moins con·ne.


Dorothée Caratini. | Tony Trichanh

Extrait:
C'est terrible pour moi, ce bagage. Il est laid. Il a la tronche de la mort. Une femme avec la mort en sac à dos. Une femme de quarante ans avec deux enfants et un mort dans sa salle à manger. Tu l'envisages, toi, la vie, avec ce bagage dont le contenu dégueule à la moindre occasion? Et le contenu, tu l'as vu, le contenu? Je fais quoi avec ce mort encombrant? Je lui voue un culte? Je lui octroie une médaille du courage? Je lui dresse un autel? Ce mort, ce nuage au-dessus de ma tête, je dois le vénérer et le remercier de faire de moi ce que je suis aujourd'hui? Pourquoi je dois garder cette marque à vie sur mon cœur? Une marque au fer rouge, «veuve» sur la peau.
Le quotidien avec ce bagage sur le dos. Se lever, préparer les petits déjeuners, veiller à ne pas oublier le livre de la bibliothèque de l'école, aux couches et au change, à bien mettre les chaussures à Velcro et pas à lacets, sourire à l'auxiliaire de puériculture à la crèche, oui elle a bien mangé ce matin et elle a bien dormi même si elle a toussé, et partir à l'heure pour ne pas éveiller des soupçons de fainéantise, parce que je ne travaille pas, moi, j'ai tout mon temps, je peux le regarder passer sur le balcon de mon appartement en fumant des clopes et en buvant des cafés. Les soupçons qu'on porte sur toi quand tu ne travailles plus et qui s'ajoutent au bagage de la mort, et de l'isolement, et de la solitude, en plus de pas être une maman très sophistiquée, pas la femme de quarante ans aux cheveux ondulés et entretenus, ce soupçon pèse lourd comme les reproches que tu te fais le matin, le midi, le soir.

Traverser la foule

de Dorothée Caratini

Bouquins

208 pages

16 euros

Parution le 19 août

«Les Chansons françaises», la vie façon playlist

Céline Berger a un patronyme de chanteur célèbre, mais cela n'a rien à voir avec le fait qu'elle publie en septembre un premier roman intitulé Les Chansons françaises. Chaque chapitre porte le titre d'une chanson du répertoire francophone, de Juliette Armanet à Alex Beaupain, de Benjamin Biolay à Barbara. Partant du principe que les grandes étapes de nos vies (et notamment de nos vies sentimentales) sont jalonnées par des chansons, l'écrivaine raconte les pérégrinations existentielles d'Emma, jeune femme au cœur incertain.

Lorsqu'elle retrouve une boîte à trésors qu'elle avait pris soin de dissimuler quelques années auparavant, l'héroïne se replonge dans une histoire d'amour qui a marqué son passé et dont elle ne s'est jamais remise. Ces souvenirs-là créent chez elle un tumulte dont l'envergure la dépasse rapidement. Entre cette histoire passée avec Alexandre (comme chez Juliette Armanet) et la relation qui la lie désormais à Raphaël, son mari, Emma semble se perdre un peu, et pas sûr que les chansons françaises puissent tout à fait régler ça.

Loin de s'enfermer dans un concept, le roman de Céline Berger est avant tout le portrait d'une femme indépendante, qui refuse d'être prisonnière de ses sentiments mais souhaite les vivre aussi ardemment que possible. Les voix de Jane Birkin, Richard Cocciante et Alain Souchon traversent également cette épopée intime qui nous rappelle que les histoires d'amour, contrairement à ce que claironnait Catherine Ringer, ne finissent pas toujours si mal.


Céline Berger. | Louis David

Extrait:
Emma bondit de son lit sans se laisser de temps pour réfléchir davantage. Elle sort, sursaute sur la toute pointe nue de ses pieds tant le sol est gelé par la nuit d'automne, ouvre son coffre, attrape la boîte et retourne dans son lit de lin lavé.
Elle y renverse le contenu du coffret. Elle pratique la technique du sparadrap. Il faut y aller en un coup. Ne pas se laisser l'opportunité de changer d'avis. Elle allume sa lampe de chevet en demi-sphère dorée et, calfeutrée dans sa chambre, s'assied les jambes tendues et les pieds nus autour de ses souvenirs. Cela va être dur et beau, mais douloureux, et elle le sait. La dernière fois qu'elle a vu tout ça, elle a écrit au rouge à lèvres: «n'ouvrir sous aucun prétexte».
Il y a sept ans de vie sur son lit, deux mille et quelques jours ensemble, de ses dix-sept à ses vingt-quatre ans, confinés dans une boîte en carton. Un seul écrin de vie, scellé au rouge à lèvres et enfermé dans la cave de sa grand-mère. Un écrin de souvenirs qu'elle voyait comme une menace pour la vie d'après et qu'elle a fini par éloigner d'elle, par manque de place et de courage, sans jamais pouvoir vraiment s'en débarrasser.

Les Chansons françaises

de Céline Berger

Éditions du Panthéon

234 pages

17,90 euros

Parution le 17 septembre

«Mise à feu», vers la maison rêvée

Clara Ysé sait visiblement tout faire. La chanteuse et musicienne, qui sortira son premier album en 2022, a plus d'une fois enflammé les scènes françaises avec sa voix de Barbara new age (écoutez donc «Le Monde s'est dédoublé»). Elle déploie cette fois sa poésie inquiète dans un récit d'une beauté éthérée, qui se tient à juste distance du réel.

Dans Mise à feu, l'adolescente Nine et son petit frère Gaspard tentent de rejoindre l'éden que leur promet L'Amazone, leur mère, dans ses lettres. Une nouvelle maison, accueillante et enveloppante, qu'elle est en train de leur préparer dans le Sud. De quoi oublier l'incendie qui, lors du réveillon de l'an 2000, a ravagé le foyer familial, nuit au cours de laquelle L'Amazone s'est volatilisée.

Les personnages de Mise à feu quittent progressivement le monde de l'enfance, sans toutefois se défaire de leurs idéaux et de leur innocence. La bulle protectrice composée par Clara Ysé dans ce premier roman menace d'éclater à tout moment, sous le regard de Nouchka, la pie qui accompagne Gaspard et Nine dans leur quête d'un lendemain plus serein. Un voyage doux (mais pas que) et picaresque, qui confirme le statut d'artiste à suivre de son autrice.


Clara Ysé. | Jean-François Paga

Extrait:
Nouchka apparut entre les feuilles rousses. Elle comprit instantanément que j'avais besoin d'aide. On s'approcha toutes les deux de la porte principale du collège, devant laquelle se tenait une femme qui vérifiait les autorisations de sortir. Nouchka s'élança, fit mine de se projeter contre les murs, comme font certains pigeons qui perdent leur chemin et se retrouvent coincés dans des bâtiments. La femme cria et partit chercher un balai. Cela me laissa le temps d'ouvrir la porte pour que Nouchka et moi nous y faufilions. Dehors, je courus à toute allure. Le vent frais séchait mes larmes, refroidissait mes cuisses, faisait danser mes cheveux autour de moi, mon cœur accélérait ses battements, se libérant de la nasse d'angoisse dans laquelle je l'avais jeté. Je traversais aux feux rouges comme un ouragan, avec la sensation de changer d'identité, d'abandonner ma timidité pour me métamorphoser en cheval, en coureur d'élite. Je me faufilais entre les voitures. Nouchka planait à côté.

Mise à feu

de Clara Ysé

Grasset

198 pages

18 euros

Parution le 18 août

«Mon mari», comme à Wisteria Lane

C'est l'histoire d'une femme très amoureuse de son mari (qu'elle appelle «mon mari» parce qu'elle trouve génial de pouvoir préciser à tout moment quel lien l'unit à lui). Sur une semaine (le livre est découpé en sept chapitres, du lundi au dimanche), Maud Ventura montre que plus d'un nuage plane sur l'amour apparemment inconditionnel et idyllique qui lie l'héroïne à l'homme de sa vie.

Il y a un petit côté Desperate Housewives dans ce premier roman, sans les meurtres ni les séquestrations. D'ailleurs, la narratrice n'est pas femme au foyer, mais professeure d'anglais et traductrice. L'esprit est cependant le même: il s'agit de montrer que sous le vernis, les bonnes manières et les petites attentions du quotidien, ce sont le fiel et la bile qui bouillonnent, n'attendant qu'un sursaut supplémentaire pour jaillir.

Mon mari est un roman amusant au sens Bree Van de Kamp du terme, car sous ses airs polis se cache un constat vachard sur la vie conjugale, la charge émotionnelle et la charge domestique. Maud Ventura construit un jeu de massacre au crescendo jubilatoire: l'apparente résignation de cette femme mystifiée se mue en une énergie dévastatrice, mise au service d'idées parfois tordues. Une curiosité.


Maud Ventura. | Céline Nieszawer / Leextra

Extrait:
Au moment de payer, je suis sensible au fait que mon mari paye spontanément l'addition. C'est peut-être un détail, mais cette petite attention transforme officiellement notre déjeuner en rendez-vous galant. Je remarque alors qu'il laisse un pourboire franchement excessif. Le ton un peu trop familier avec la serveuse, les lasagnes, le pourboire élevé: est-ce que mon mari est tombé amoureux d'une autre femme? Puisque ça ne peut pas être la serveuse qui n'a rien d'une wife material, qui est cette rivale que je dois craindre? Est-ce l'euphorie de cet amour naissant qui le fait dépenser sans compter et modifier ses habitudes? Il y a bien sûr d'autres explications possibles aux changements que j'ai relevés dans son comportement: il est peut-être heureux de déjeuner avec moi (c'est le meilleur scénario), soulagé d'avoir retrouvé son dossier (c'est probable) ou satisfait de la météo très douce de ce début d'après-midi (c'est vrai qu'il fait bon). Mais quelque chose a changé.
Habituellement, je peux prédire le plat que mon mari commandera (tout sauf les lasagnes), le montant du pourboire qu'il laissera sur le table et la manière dont il remerciera la serveuse en partant. Je connais sa grammaire par cœur. Je connais son ton, ses intonations et sa syntaxe. Je peux anticiper ses mots (il m'est même arrivé d'anticiper ses éternuements). Je sais qu'il mange peu de sucreries. Alors comment peut-il devenir aussi brutalement un inconnu pour moi?

Mon mari

de Maud Ventura

L'Iconoclaste

355 pages

19 euros

Parution le 19 août

Newsletters

«Killer Social Club»: la fiction sonore immersive sur les traces d'une organisation criminelle

«Killer Social Club»: la fiction sonore immersive sur les traces d'une organisation criminelle

Le podcast, porté par Vincent Elbaz, Mathieu Kassovitz et Geneviève Doang, est diffusé en exclusivité sur la plateforme payante Audible.

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

L'acuité de la fiction de l'écrivain britannique nous permet de réfléchir au sort actuel des réfugiés environnementaux.

Kippour, saison 5782

Kippour, saison 5782

[BLOG You Will Never Hate Alone] Aujourd'hui est le jour du grand pardon pour les juifs de tous horizons. Reste à savoir qui il nous faut pardonner. Nous ou Lui?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio