Écologiques, économiques et confortables: trois raisons d’adopter les culottes menstruelles
Santé / Société

Écologiques, économiques et confortables: trois raisons d’adopter les culottes menstruelles

Temps de lecture : 3 min
Slate.fr

Ce nouveau sous-vêtement, aux formes élégantes et aux fibres absorbantes, inodore et étanche, vous permet de vivre autrement vos règles

Souvenez-vous de vos premières règles et de la couche épaisse de plusieurs centimètres et enveloppée dans un emballage plastique rose fushia que l’infirmière du collège vous a mise entre les mains… On peut dire qu’il y a eu du progrès depuis: de serviettes plus discrètes à la cup menstruelle en passant par le tampon bio.

Mais, depuis quelques années, une petite nouvelle fait parler d’elle, et avec raison! La culotte menstruelle évoquerait presque les protections vintages utilisées par nos grands-mères (un simple linge que l’on nouait avec des épingles à nourrice autour d’une ceinture), à la différence qu’elle est nettement plus esthétique et confortable! Elle ressemble même, à s’y méprendre, à un sous-vêtement classique, grâce aux formes élégantes pensées par les stylistes et aux fibres absorbantes légères qui la composent. Et, contrairement aux linges ancestraux, elle est absolument inodore et étanche.

En partenariat avec le site dédié à l’hygiène menstruelle responsable et éthique Dans ma culotte, Slate vous donne trois bonnes raisons de franchir le pas et d’adopter la culotte menstruelle.

Une alternative plus écologique et économique

Le chiffre est tombé. Selon une calculette en ligne publiée par la BBC en 2017, une personne menstruée - qui aura ses règles à peu près 500 fois au cours d’une vie - dépenserait au total près de 1 730 euros en protections périodiques jetables, à raison de 22 tampons par cycle. Un coût économique non négligeable qui induit des situations critiques de précarité menstruelle pour les foyers les plus modestes.

Sans parler de l’impact écologique de la vente massive de produits d’hygiène sur-emballés, riches de composants chimiques et parfois dotés d’applicateurs en plastique à la dégradation pluri-centenaire. Selon une étude américaine, c’est près de 150 kilogrammes de déchets menstruels qui partiraient à la poubelle le long d’une vie…

Si l’acquisition d’un lot de culotte menstruelle représente un véritable investissement par rapport à celle d’une simple boîte de tampons, il ne s’agit pas moins d’un achat rentable. Sachant qu’une culotte peut être lavée et réutilisée pendant environ trois ans, c’est autant un gain énergétique qu’économique. Dans une perspective de vie zéro déchet plus responsable et plus éthique, la culotte menstruelle est une précieuse et incomparable alliée.

Dire adieu aux perturbateurs endocriniens et aux risques de choc toxique

Tout commence en 2012, lorsque la mannequin américaine Lauren Wasser, âgée de 24 ans, se voit amputée d’une jambe à la suite d’un choc toxique provoqué par le port d’un tampon. Depuis, l’inquiétude persiste quant à la composition précise des serviettes et tampons hygiéniques et de nombreuses consommatrices ont signé des pétitions en ligne pour que les grandes marques affichent clairement sur les emballages leurs procédés de fabrication.

En 2018, un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) indique que l’on trouve dans les tampons et serviettes non biologiques des traces de glyphosate, de chlore et bon nombre de perturbateurs endocriniens en contact direct avec les muqueuses vaginales.

Même si le rapport de l’Anses conclut à une «absence de risque sanitaire» (bien qu’il ne prenne pas en compte les effets à plus long terme des perturbateurs endocriniens sur la santé), la culotte menstruelle apparaît comme une alternative nettement plus rassurante. Composée de fibres biologiques et d’élasthanne, elle est la garantie d’un cycle vécu en toute sécurité.

Vivre autrement ses règles

Courir aux toilettes pour changer sa serviette de façon précipitée, souffrir à cause d’un tampon peu empli en fin de cycle ou devoir exercer une pénétration vaginale quotidienne avec une cup quand on est mal à l’aise avec cet acte, autant de désagréments qui disparaissent avec l’utilisation d’une culotte menstruelle.

Élastique, elle s’adapte naturellement aux gonflements du ventre, toujours plus ballonné à cette période, et permet de se sentir le mieux possible dans un corps souvent en proie aux douleurs, à la fatigue et aux crampes. La culotte menstruelle permet aussi de se livrer à de nouvelles manières de vivre ses règles comme de pratiquer le flux instinctif libre - le fait de retenir le flux de ses règles à l’aide de son périnée - et de se réapproprier cette période du mois si particulière.

Crédit photo: pexels.com - Karolina Grabowska

Est-ce que nous sommes en train de nous transmettre le «pire rhume de tous les temps»?

Est-ce que nous sommes en train de nous transmettre le «pire rhume de tous les temps»?

«Je dormais à peine, je me réveillais la nuit en toussant, le nez qui coule constamment et je me sentais tellement fatiguée.»

Les selles des bébés contiennent dix fois plus de microplastiques que celles des adultes

Les selles des bébés contiennent dix fois plus de microplastiques que celles des adultes

L'impact des perturbateurs endocriniens sur le développement des nouveau-nés inquiète les scientifiques.

Antis sceptiques

Antis sceptiques

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio