Economie

Le billet de 500 euros est-il une arme?

Slate.fr, mis à jour le 14.05.2010 à 12 h 57

Faut-il dire adieu au billet violet, qui non seulement est inutile et invisible pour une majorité d'Européens (avez-vous déjà eu un billet de 500 euros en mains?), mais en plus profite aux trafics mafieux et aux fraudes?

Le débat n'est pas neuf, mais Londres vient de prendre la première mesure concrète, en interdisant aux bureaux de change de distribuer des billets de 500 euros, après que la police a constaté que 90% des transactions effectuées avec ce billet étaient celles de bandes criminelles, de trafiquants de drogues et de blanchisseurs d'argent. El Pais rappelle les débats précédents et s'interroge sur l'efficacité de l'interdiction britannique.

L'agence britannique contre le crime organisé (SOCA) estime que le commerce effectué avec ces billets dépasse les 500 millions par an, le plus gros passant par des mains criminelles. El Pais rapporte une histoire récente:

Une femme à l'aspect innocent de femme au foyer a été filmée avec une caisse de céréales qui contenait en réalité 300.000 euros en billets de 500. Le poids de la marchandise -de l'argent blanchi par une bande de 13 membres- dépassait à peine un kg.

El Pais ajoute qu'une somme de 20.000 euros en billets de 500 peut facilement être cachée dans un paquet de cigarettes.

L'interdiction britannique relance un débat déjà abordé devant les parlements français et espagnol, et de façon périodique au niveau européen.

Dans le cadre du G20 à Londres d'avril 2009, la France avait inclus la disparition des billets de 500 euros dans les trente mesures de lutte contre les paradis fiscaux. La commission des Finances de l'Assemblée nationale avait plaidé pour la fin du billet, mais l'initiative ne s'est pas concrétisée.

En Espagne, la Gauche Républicaine de Catalogne (ERC) a aussi défendu sans succès en avril à la Commision d'Economie du Congrès une proposition de loi pour exhorter le gouvernement à promouvoir dans l'Union européenne un débat «sérieux et profond» sur cette suppression. Le député ERC Joan Ridao évoquait la perception du billet par les citoyens, qui l'ont baptisé le «Ben Laden», «pour tout ce qui peut se dire sur lui alors que personne ne le voit».

L'interdiction peut-elle vraiment être efficace pour combattre les fraudes? Difficile de croire que, privé du côté pratique des billets de 500 euros, on devienne subitement un ange... Ne suffit-il pas de s'habituer à des billets de 100 euros et à une valise plus lourde?

Non, ce n'est pas qu'une affaire de poids des billets, affirme le directeur de la SOCA:

Les organisations criminelles vont maintenant utiliser des billets de 200 euros, mais les difficultés seront plus grandes: leur circulation est plus limitée, et leur trace est plus facile à identifier par la police.

[Lire l'article d'El Pais]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo : f650biker via Flickr CC License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte