Égalités / Société

Les pourboires et l'obligation d'être aimable favorisent le harcèlement sexuel des serveuses

Temps de lecture : 2 min

Une étude américaine a établi un lien empirique entre ces deux éléments.

70% des employées de restaurants aux États-Unis ont été harcelées sexuellement, et la moitié sont victimes de ces comportements chaque semaine. | Alexander Popov via Unsplash
70% des employées de restaurants aux États-Unis ont été harcelées sexuellement, et la moitié sont victimes de ces comportements chaque semaine. | Alexander Popov via Unsplash

Ce n'est pas nouveau: le secteur de la restauration est propice au harcèlement sexuel. De récentes enquêtes avaient déjà révélé que plus de 70% des employées de restaurants aux États-Unis ont été harcelées sexuellement, et que la moitié d'entre elles sont victimes de ces comportements chaque semaine. Les plaintes pour harcèlement déposées à l'Equal Employment Opportunity Commission (la commission américaine dédiée à l'égalité des chances en matière d'emploi) viennent plus souvent des employés de la restauration que de tout autre secteur. Une nouvelle étude scientifique américaine a cherché à savoir pourquoi.

La dépendance aux pourboires pour être correctement payée, ainsi que l'obligation d'être toujours amicale et agréable avec la clientèle, créent une culture du harcèlement sexuel dans cette industrie, d'après des chercheurs de la Penn State University, de l'University of Notre Dame et de l'école de commerce de Lyon (EM Lyon). Ils affirment que leur étude est la première à établir un lien empirique entre les pourboires et le harcèlement sexuel, indique la radio publique américaine.

«Une grande partie de la recherche et de l'attention médiatique s'est concentrée sur les raisons pour lesquelles les membres de l'entreprise se livrent au harcèlement sexuel. On ne s'est pas vraiment demandé pourquoi les employées étaient susceptibles d'être harcelées par des personnes extérieures à l'organisation, comme les clients, a déclaré Timothy Kundro, professeur au Mendoza College of Business de la University of Notre Dame. Nous voulions découvrir quels facteurs pouvaient être à l'origine de ce phénomène.»

«Un rapport de force qui conduit au harcèlement sexuel»

L'étude, publiée dans le Journal of Applied Psychology, comporte deux volets. Les auteurs ont d'abord interrogé 92 employées à temps plein à propos de leurs revenus, si elles étaient tenues d'avoir une attitude positive au travail et sur la fréquence à laquelle elles étaient victimes de harcèlement sexuel. Ils ont ensuite recruté 200 hommes pour participer à une expérience en ligne où ils jouaient le rôle du client, tandis que l'équipe de recherche ajustaient des variables telles que l'expression faciale de la serveuse et si elle dépendait ou non des pourboires.

Les résultats prouvent que la dépendance aux pourboires et la nécessité de paraître agréable augmentent le risque de harcèlement sexuel pour les employées. «Ces deux facteurs sont assez courants et peuvent sembler anodins, mais ensemble, ils peuvent créer un rapport de force qui conduit au harcèlement sexuel, a précisé Timothy Kundro. Nous voulons vraiment que les entreprises et les managers réfléchissent soigneusement à leur modèle de compensation financière pour les employées et à leurs exigences en matière de service.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Ces conclusions confirment celles de précédentes enquêtes. Un rapport de 2014 du Restaurant Opportunities Center, qui milite pour de meilleures conditions de travail dans ce secteur, a révélé que plus de la moitié des femmes ayant un emploi basé sur les pourboires ont déclaré que le fait d'en dépendre les avait conduites à accepter des comportements qui les rendaient «nerveuses ou mal à l'aise».

Newsletters

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Autant à travers ses standards qu’avec la mise en place de programmes dédiés, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar se bat activement contre les inégalités de genre et promeut l’empowerment des productrices et des travailleuses agricoles dans le monde.

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Des 999 premières femmes envoyées à Auschwitz, seules 22 ont survécu. L'une d'elles a été sauvée par la passion interdite d'un SS. À quel prix?

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

À l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie, la Commission nationale consultative des droits de l'homme publie un rapport dans lequel elle émet des propositions pour améliorer le quotidien des personnes LGBT+.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio